VIRET FERLET MOREAU – Chronique de « L’ineffable »

VIRET FERLET MOREAU L INNEFABLE

Par Dom Imonk

Parue le 01 mai 2015 dans la Gazette Bleue N° 10

Le printemps est enfin là, et ce disque arrive à point nommé pour célébrer la délicate beauté des choses qui s’éveillent. Son écoute, le nez à la fenêtre grande ouverte, ouvre l’âme à des éléments qui nous dépassent, et nous laissent muets d’admiration. La nature dans toute sa splendeur, ses grands arbres protecteurs, les fleurs, les parfums, les chants d’oiseaux qui se font la cour…Tout devient petite symphonie de l’instant, à nous de prendre le concert au vol, avec un bouton d’or comme ticket. Ce sont toutes ces impressions délicieuses que m’inspire ce disque dès son ouverture. Tout y semble simple et naturel, alors que ces trois hommes y bâtissent des constructions complexes, enrichies par l’évidente complicité qui les unit depuis plus de quinze ans, avec sept disques à leur actif. Ici, l’atmosphère voit s’animer un jazz vif, à la modernité semblant sans limite, respirant à pleins accords l’air frais et libre du vent contemporain. Jean-Philippe Viret (contrebasse), Édouard Ferlet (piano), signant chacun quatre compositions, et Fabrice Moreau (batterie), auteur du très beau « Valence », forment un trio d’exception, qui évolue bien au-delà de toute notion de virtuosité. Is sont depuis longtemps passés au stade d’après, celui de la création naturelle de beauté, ineffable, pure et accessible à tous. Romantisme et limpidité du piano, solidité et voix plurielle de la contrebasse, précision, clarté et puissance et de la batterie, les trois se testent, se confrontent, se séduisent, puis s’épousent, en une fête rare, servie par une prise de son parfaite. Album indispensable car ivre de sons.

Par Dom Imonk
http://www.viret.com
http://www.melisse.fr/lineffable-trio-viret/

Mélisse MEL666015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *