Tonnerre de Jazz !

Par Lydia Sanchez, photos : Lydia de Mandrala

IMGP3758fili

Tonnerre de Jazz, l’association, clap premier concert !

Forts de notre démarrage festivalier en mars dernier à Billère, nous avons décidé de proposer du jazz tous les mois, rien que ça, dans Pau et l’agglomération.

Le problème, évidemment, est de trouver des salles.

La première est l’espace Dantza, où Sabaline Fournier nous accueille volontiers. La scène est grande, les miroirs occultés, les gradins mettent le public en contact étroit avec les musiciens.

J’arrive en fin d’après midi pour installer mes photos de jazz rétroéclairées, histoire de mettre le public dans l’ambiance dès l’entrée.

Les musiciens répètent, l’air est doux, l’ambiance à la fois studieuse, amicale, ouverte et assurée. Un je-ne-sais-quoi nous susurre que tout est à sa place, tout conspire à faire de cette soirée une réussite. D’ailleurs il est marqué « complet » sur la porte de verre. Je souris.

Je ne pose aucune question aux musiciens : Antoine Perrut a carte blanche, je lui fais confiance.

Jean-Claude Tessier ouvre la session en tant que Président. Il dévoile une partie du programme. Nous promet des concerts exceptionnels.

Celui-ci débute dans le calme et l’assurance. Par un duo de saxophone et d’accordéon. Michel Queuille regarde Antoine Perrut, pose les yeux sur son accordéon, puis ferme les yeux. Ses doigts parlent, son menton se pose, il sourit. Ce n’est pas le duo Emile Parisien/Vincent Peirani, plein de fougue et de jeunesse. Celui-ci est mûr, radieux et posé, nous entraîne dans des compositions travaillées, certaines « pour un examen en juin » (le DEM). Il enchaîne les morceaux avec un grand plaisir, une confiance et une fierté d’être ensemble. Ils sont ravis d’être là, le public est attentif, on voudrait les écouter toute la nuit mais déjà ils annoncent la pose pour s’hydrater un peu.

A la reprise Michel Queuille est au piano, Laurent Chavois à la contrebasse, Eric Perez à la batterie. Standards, morceaux gais, compositions personnelles d’Antoine.

IMGP3782fili_DxOFP

Bien sûr j’avais écouté le CD de la Fanfare du Sergent Perrut. Bien sûr j’avais déjà apprécié le batteur et le contrebassiste avec Leïla Martial notamment. Ils sont rejoints par des invités modestes aux yeux brillants de joie : Fabien Vergez et Mehdi Firah aux saxophones, Gwenaël Lafitte à la guitare. Cette fois ils nous régalent de compositions de Mehdi, autant que de morceaux classiques : Thelonious Monk, puis John Scofield au rappel. Vibrants, engagés, confiants, ils ont partagé le plaisir de jouer, de se produire, de nous charmer. Tout le concert est pétri de ces émotions : ils se disent en sons, et avec les yeux, l’amitié, la sincérité, la confiance et le plaisir de jouer ensemble.

IMGP3864fili

Bien entendu le public, attentif, répond avec le cœur. Puis il ne s’enfuit pas mais reste pour parler, sourire aux lèvres. Signe que la soirée fut appréciée.

Voilà une première qui laisse planer un air de revenez-y, d’ailleurs rendez-vous le 13 novembre !

Pour tout renseignement :

https://www.facebook.com/tonnerredejazz/?fref=ts

06 82 06 98 77

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *