THE DOWNTOWN AVENGERS

THE DOWNTOWN AVENGERS

Par Dom Imonk

Parue le 01 juillet 2015 dans la Gazette Bleue N° 11

On ne s’ennuie jamais à New York, quand on aime les musiques tangentielles qui se jouent downtown. C’est ce qu’a dû se dire le violoniste Fung Chern Hwei. Natif de Kuala Lumpur, il est séduit par le violon dès l’âge de quatre ans, et trouvera un professeur à huit. Il a étudié, bercé des cultures chinoise, malaise, indienne et occidentale. Il arrive à New York pour y poursuivre ses études à la Aaron Copland School of Music, dont il sortira diplômé. Brillant musicien, il vogue du classique au hip hop, en passant par le jazz et le rock. Très demandé, il travaillera avec Uri Caine, Ryuichi Sakamoto, Stanley Clarke, Elliot Sharp et bien d’autres. Violoniste attitré du Sirius Quartet, il crée « The Downtown Avengers », qui est, selon lui, plus une « communion musicale » qu’un groupe. Ce disque, leur premier, sort fin 2014 sur le label Evolver que dirige Lola Danza, ici à la production et aux vocaux. Autour de Fung Chern Hwei sont réunis de sérieux aventuriers, allumés des sons : Vasko Dukovski (clarinettes), Ben Stapp (tuba), Sayun Chang (percussion), et l’on retrouve avec plaisir George Spanos (batterie et percussion). Les « avengers » sont les figurines de la pochette, sortes de « vengeurs » musicaux, libérateurs des sons. Ce disque est un régal d’échappées free. Dès « Testing Waters » et « Placing Dots », Sayun Chang et George Spanos, créent des merveilles qui évoquent la magie du « Magg Zelma » de l’Art Ensemble of Chicago (album « Full Force »), ou la bizarrerie du « Farmer’s reserve » de Mesdeski, Martin & Wood. Suit l’animé « Choosing the next leader » qui désigne Vasko Dukovski pour conduire le monstrueux » Alejandro muy muy grande ». Ça monte en puissance avec un « Cosmic Drift » qui porte bien son nom, on perd pied, on dérive, surtout que déboule un « Obey the chief » de folie, suivi des deux brûlots paroxystiques « Deep circle » et « Rotation II », où l’on croit presque entendre Linda Sharrock ! Cet album est fou, ces musiciens sont au-delà du terrestre ! La « bonus tracks » calme un peu le jeu, on a samplé les voix de ses vengeurs géniaux, de grands enfants hyperdoués. C’est le « New York downtown state of mind » quoi. Et on en redemande !

Par Dom Imonk

http://www.downtownavengers.com/
http://chernhwei.webs.com/
Evolver records (2014)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *