Snarky Puppy 17 Mai 2017 – Le Rocher de Palmer, Cenon

Le premier set est remarquablement livré par la pétillante et francophile Becca Stevens. En 5 morceaux, la jeune chanteuse originaire de la Caroline du sud charme le public du Rocher 1200 avec une reprise toute personnelle et touchante du Sud, celui de Nino Ferrer. Son nouvel album « Regina » et ses collaborations avec la « galaxie » Snarky Puppy sur le label GroundUp sont autant de gages de qualité.

21:30. « Flood », premier titre de la soirée, extrait de l’album « Tell your friends » donne tout de suite le ton et pose le décor. Gros son, formation sur vitaminée, écrans vidéos live.

Snarky Puppy

Effet waouh garanti. Snarky Puppy est dans la place !
En 5 ans et 3 concerts à Cenon, Snarky Puppy est passé du statut d’outsider de la nouvelle scène jazz à celui sans doute définitif de gros poisson, ou plutôt de gros « chiot », (puppy en anglais). La salle ne s’y trompe pas. Plein comme un œuf, le Rocher 1200 s’enflamme sur les breaks redoutablement impeccables du groupe. Snarky semble ravi de retrouver le chaud public de Cenon.

Justin Stanton – trompette & claviers
Bob Lanzetti – guitare
Michael League – basse (et moog sur cette photo)

« Semente, Gemini et Tarova », trois extraits du dernier album « Cucha Vulcha » s’enchainent et mettent tour à tour en lumière un des membres du groupe. La flute de Chris Bullock s’envole sur « Semente »,

Chris Bullock

Bobby Sparks (un ancien des grandes « maisons » comme Marcus Miller et Roy Hargrove époque électrique) sort un solo à faire pâlir, sur le mythique clavier Minimoog. Les voix du groupe, peu utilisées généralement se font douces et suaves sur le titre « Gemini ». Un premier solo de percussion vient alors renverser de bonheur la salle sur le très groovy « Tarova ».

Bobby Sparks

“34 Klezma” de l’album Bring Us the Bright est un subtil mélange de rythmes flamenco et Est européens. Le frêle violon de Zack Brock prend alors tout l’espace et s’impose face à l’énorme machine sonore et rythmique.

Zach Brock – violon
Bob Lanzetti – guitare
Michael League – basse

Retour sur l’album Tell your friends avec le morceau « Whitecap » où s’illustre Maz, (surnom du trompettiste Mike Maher).
Déjà 6 titres, le public est bien chaud, mais le groupe semble hésiter au moment d’enchaîner. Finalement, c’est « Grown Folks” (extrait du récent CD Cucha Vulcha) qui est choisi pour continuer. Bobby Sparks nous régale d’une très Stevie Wonderesque rythmique sur son clavinet. Ne lâchant pas le leadership aux claviers, Bobby, coupe afro et moue boudeuse toujours de rigueur, envoie un solo de légende qui scotche tout l’auditoire sur le groove mid tempo de « Sleeper » (album GroundUp).

Bob Lanzetti – guitare
Michael League – basse

Le rappel « Shofukan » (album We like it here) est un véritable feu d’artifice qui commence par une petite rythmique de guitare qui appelle un solo de trompette et se termine par un invraisemblable duel (ou duo ?) batterie / percussions ; du jamais entendu !
Pour ceux qui auraient eu le mauvais goût de manquer ce rendez-vous, il est possible de vous rattraper en téléchargeant le live du concert au Rocher, sur le site officiel du groupe.

May 17, 2017 – Cenon, France (FLAC)
Toutes les dates de leurs tournées sont ainsi accessibles au téléchargement pour quelques euros et je me fais ainsi l’écho du petit laïus de Mickael League le bassiste leader et producteur du groupe qui insistait sur le fait de contribuer et soutenir financièrement les artistes.
Achetez les CD, les DVD, payez vos téléchargements, allez voir les artistes en live… pour résumer, et nous continuerons à écouter des artistes inventifs, généreux et libres comme Snarky Puppy.

Photos de David Bert

Snarky Puppy – May 17, 2017 – Le Rocher de Palmer, Cenon,

TRACK LISTING:
1. Flood
2. Semente
3. Gemini
4. Tarova
5. 34 Klezma
6. Whitecap
7. Grown Folks
8. Sleeper

9. Shofukan

COMPOSITION DU BAND :
Chris Bullock – sax tenor, flute & flute alto
Mike “Maz” Maher – trompette & bugle
Justin Stanton – trompette & claviers
Bobby Sparks – claviers
Zach Brock – violon
Bob Lanzetti – guitare
Michael League – basse
Larnell Lewis – batterie
Nate Werth – percussions

 

Interview Michael League, leader et bassiste (17 mai 2017, 18:15)
Après 14 ans d’existence et 10 CD, d’où vient encore l’inspiration ?
Le premier CD est sorti en 2004 et il y en a 11 au nom de Snarky Puppy et 15 que j’ai produits en plus.
Ce sont les musiciens du groupe, la principale source d’inspiration, leur envie d’aller plus loin, de créer, d’apporter de nouvelles idées. Chacun dans le groupe cherche à s’élever.
Aussi, c’est toujours différent, soir après soir, la famille étant de plus en plus large, elle se nourrit de toutes ces différentes idées et de différentes influences.

D’où vient le nom de votre groupe ? (littéralement chiot sarcastique ou mesquin)
Le nom de Snarky Puppy est une idée un peu idiote. J’avais accepté une date de concert pour le groupe dans lequel je jouais à l’époque et on n’avait pas de nom. J’ai emprunté ce nom à mon frère, c’est comme cela que je l’appelais, je me suis dit que ce serait marrant, juste pour cette fois, et maintenant cela fait 14 ans, donc c’est foutu. J’ai pourtant essayé de changer plusieurs fois !

Revenons à la musique. Avez-vous envie d’explorer une ou plusieurs influences à insérer dans un futur projet ?
Non, les idées apparaissent quand j’écris, au fur et à mesure, cela sonne un peu brésilien par exemple, alors on creuse l’idée, on avance dans ce sens. Mais on ne cherche pas vraiment à explorer quelque chose de précis en particulier.

Y a-t-il un ou plusieurs musiciens français avec lesquels vous souhaiteriez collaborer comme sur les albums Family dinner 1 & 2 ?
Je n’ai pas d’attente particulière pour travailler avec tel ou tel artiste et peu importe la nationalité. Il y a de grands artistes en France et dans le monde. On a la chance de pouvoir collaborer avec certains, cela se fait simplement par les rencontres.

Alors, un Family dinner numéro 3 ?
Je ne pense pas. C’est tellement coûteux de financer ces disques. Maintenant les gens cessent d’acheter des CD à cause du streaming. On a du mal à faire ce genre d’album et à faire payer le prix juste au public, c’est triste, vraiment dommage. Mais on verra.

Êtes-vous fan de certains musiciens, des artistes vous ont-ils marqué, influencé ?
Je suis fan de plein d’artistes, Mickael Jackson bien-sûr, Tom Petty… les Beatles, ce sont eux qui m’ont poussé à vouloir jouer d’un instrument. J’adore les Beatles.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *