Saint-Emilion Jazz Festival : off #1

par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc.

Vendredi  21 juillet  2017.

Et c’est parti pour le 6ème Saint Emilion Jazz Festival puisqu’il faut parler en anglais. C’est maintenant avec impatience que les amateurs attendent ce moment, tant ici l’ambiance est agréable. Pensez-donc, une très belle programmation, de très beaux lieux, un parc à l’atmosphère de kermesse et de grands vins, tout est là. La grande inconnue annuelle, qui a joué un sale tour en 2014, c’est la météo. Fraîche cette année, tant mieux pour les Grands Crus !

Pour ce millésime 2017 l’organisation change un peu, toujours bâtie autour du parc Guadet et ses spectacles « off » gratuits, mais ceux-ci s’interrompent lors des concerts « in » payants dans les douves du Palais Cardinal, proximité des deux sites oblige.

A souligner les choix de Dominique Renard et de son équipe, d’associer aux artistes dits internationaux des musiciens qui pour être « locaux » n’en ont pas moins de talent. Quelle belle exposition pour eux.

En vedettes ce soir Hugh Coltman et Stacey Kent. Le premier nous l’avions vu à la salle du Vigean en mars 2016 pour un concert qui s’était avéré une très bonne surprise (chronique sur ce blog) , la seconde deux mois plus tard à l’Auditorium avec l’ONBA, avec une impression plus mitigée.

Un festival de jazz on le sait maintenant – mais ce n’est pas nouveau, Montreux avait ouvert la voie il y a bien longtemps – c’est l’occasion de proposer des passerelles vers d’autres univers, de déguster d’autres saveurs (voir chronique précédente).

TDBI2431-Modifier

Ce soir c’est Karmarama qui s’y colle. Mêlant des musiciens venus de la pop, du jazz et de la world musique ce projet est d’une réelle beauté, sonore et esthétique. Pas facile, pour ces musiciens pourtant chevronnés, d’ouvrir le festival à presque l’heure de l’apéritif qui ici se décline en rouge autour du stand des vins de Saint-Emilion et ses satellites, où l’offre est large et très accessible ce qui est à souligner. En plus on déguste – car on ne boit pas – dans de jolis et fins verres à pied… mais surprise cette année, en plastique, sécurité oblige. Le saint-émilion finalement ça va avec tout, même avec cette musique aux parfums indiens que nous délivre Karmarama. Le projet, mené par Mark Brenner (chant sitar, basse, guitare) ,

TDBI2375-Modifier

découvert à l’automne dernier au Rocher (voir chronique) a musicalement pris encore plus d’ampleur. Autour de son équipe habituelle, Thomas Drouart aux claviers et Antony Breyer à la batterie, sont venus se greffer pour ce groupe la grande Shekinah Rodz, un enchantement à la flûte et au chant,

TDBI2288-Modifier

Emmanuel Lefèvre (claviers et loops), Jean-Christophe Jacques (sax, ce soir avec Post Image ici) et Matthias Labbé aux tablas. Musique riche, mélodieuse, ouverte aux improvisation, des sonorités qui nous font voyager vers l’Inde avec une réelle beauté harmonique. Mark Brenner travaille et se perfectionne régulièrement avec des grands maîtres du sitar et ses compositions quasiment toutes originales sont de grande qualité.

TDBI2397-Modifier

Mais voilà 20 heures, il faut migrer vers le « in » dont la Gazette de septembre vous parlera en détail. Juste quelques mots, notamment mon premier souvenir de jazz dans ces douves magiques du Palais Cardinal. C’était un concert centré sur les guitares, Boell et Roubach en première partie et ensuite le Philip Catherine Group (le guitariste belge pas le chanteur perché français) en août 1981… Les prémices du SEJF.

Le concert en deux mots, Hugh Coltman toujours aussi talentueux et grande classe, Stacey Kent délicate et dynamique ce soir, merveilleuse sur le «  Smile » de Charlie Chaplin. Tiens, au détour d’un gradin rencontre et échange sympathique avec Jean-Luc Ponty et Kyle Eastwood qui seront sur scène aujourd’hui avec Bireli Lagrène.

Mais la journée n’est pas finie, loin de là, retour au parc Guadet pour ce qui va se révéler un concert de feu.

_20170722_145728

 

Rix y a carte blanche. Lui aussi est un artiste polymorphe, nécessité faisant souvent loi, du jazz acoustique au tribute à Franck Sinatra en passant par de la soul et du funk, il promène sa guitare et sa voix avec une élégance certaine.

TDBI2724-Modifier

Autour de lui, une équipe de tueurs, bien installés sur le groove de basse de Shob,

TDBI2747-Modifier

 

Jean-Loup Siaut (g),

TDBI2697-Modifier

 

Xavier Duprat (kb), Joachim Montbord (chant),

TDBI2764-Modifier

 

Jérôme Dubois (tp, demain avec On Lee Way), Olivier Léani (dr) et Lucas Saint Cricq (sax) vont dérouler un tapis de funk très punchy – des compositions originales – qui finira pas faire danser une partie de l’assistance. Et oui certains sont toujours attablés il faut dire que l’offre gastronomique est variée et délicieuse. Quant au vin à cette heure-ci on ne prononce plus le mot modération…

Très belle organisation, accueil chaleureux des responsables et des bénévoles, tiens j’y repars de suite !

Liens :

Hugh Coltman : http://blog.actionjazz.fr/de-charme-et-dombre/

Karmarama : http://blog.actionjazz.fr/mark-brenner-au-rocher-another-world/

Programme (scène du parc Guadet gratuite)

La-programmation-2017-en-un-clin-d-oeil-page-001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *