reQ chronique du CD

Par Dom Imonk

Parue le 01 mars 2014 dans la Gazette Bleue n° 3

REQ

Voici enfin le premier disque du groupe reQ, que l’on a souvent eu la chance de voir en concert sur Bordeaux, et que l’on aime ! Sachez que si vos goûts musicaux vont de Led Zeppelin à John Cage, en passant par John Zorn, Steve Reich, John Coltrane, Miles Davis, Otis Redding, A Silver Mount Zion, sans oublier Ravel, Debussy, et j’en passe et des meilleurs, hé bien ce disque est fait pour vous !
Le « Radicalité, Existentielle, Quartet » déclare en effet qu’il « s’inspire autant de la musique française du 20ème siècle que du rock psychédélique, du punk, de la pop ou du jazz américain ». Très alléchant !
On entre dans cet univers par une pochette à l’esthétique minimaliste bien venue. Belle photo d’Alexandre Dupeyron, prise probablement en milieu urbain, les couleurs sont belles. En la regardant de loin, en troublant un peu son regard, on dirait une miniature à la Rothko. A la limite de l’abstraction.
Beau design aussi, réalisé par Nicolas Delbourg avec le même souci de simplicité, comme à l’intérieur où les musiciens ont chacun un petit symbole délicat, rapportés sous les morceaux, pour les créditer.
reQ c’est Laurie Batista (voix), Simon Pourbaix (batterie), Thomas Julienne (contrebasse), Thomas Saint- Laurent (guitare électrique) et deux invitées : Eloïse Renard (violon) et Juliette Lacroix (violoncelle).
Sept morceaux, comme les bras d’un être musical hybride, aux chairs pétries de free-post-rock, de new-jazz, d’avant-garde et de musique classico/contemporaine, mais la liste n’est pas exhaustive, les mots me manquent ! Tous s’étendent généreusement et sont prétexte à de beaux développements, où les cordes invitées se révèlent être l’une des grandes originalités du disque.
Dès les premières notes de Petit déjeuner sous un cerisier du japon qui ouvre le disque, le « tube » de reQ en concert, on sait qu’on va avoir affaire à de la belle matière. Ce morceau, comme ceux qui suivront, est une histoire en lui-même. Il offre des climats calmes, amples et graves, contrastant avec de redoutables montées en régime. Suit DR. B.R et son parfum de délicieuse balade « jazzy » nostalgique, avec ce très original phrasé très « Meredith-Monkien » de Laurie Batista. Puis on est littéralement emporté par Hey Nobody ! Beyond the path, what is the drawing ? Cette intro, cet espace, quel morceau ! Un hymne ! Non, le rock n’est pas mort, Kurt Blue et sa belle épaisseur nous en convainc dès l’intro, le ferme et beau drumming de Simon Pourbaix aidant, lui aussi est habilement construit de pleins et de déliés rythmiques, avec ce break en plein milieu, écrin à une émouvante supplique vocale écorchée. Le temps de se rafraîchir d’une petite douceur de DEUX MINUTES, et voilà qu’une RUSSIAN DOLL au sourire un peu triste, vient nous séduire d’une danse qui nous hypnotise, prétexte à deux très beaux chorus de chacun des Thomas, puis à un final superbe, ou guitare et voix rivalisent d’ingéniosité sonore. AGDZ qui clôt l’album est probablement l’une des pièces les plus ambitieuses et originales de reQ, une espèce de rock mutant, qui s’évanouit en nappes bruitistes et mystérieuses, pour s’abandonner en silence au fantôme qui réapparaîtra, au final…
Tout au long de l’album, on aime cette synergie : une guitare électrique novatrice aux strates métalliques sans cesse reformées, la belle rondeur et la profondeur d’une contrebasse au son de bois net et bien en avant, la fête polyrythmée des peaux et des cymbales, qui aiment le Baron, la légèreté boisée des cordes qui enjolivent tout d’une cape classique, voire baroque, et enfin la fine voix haut perchée et précise de Laurie Batista, qui n’hésite pas à emprunter les sentiers trop peu foulés de l’avant-garde vocale.
Vous l’avez compris, on est sous le charme de ce groupe. Il sait fabriquer une musique originale, singulière et à forte personnalité. Pas étiquetable, c’est de la musique du 21° siècle ! Dites les parisiens, reQ se produira en Avril prochain à Paris au Sunset, vous savez ce qu’il vous reste à faire ? Et nous, on va les pister quand ils seront de retour à Bordeaux pardi !

Par Dom Imonk

(Autoproduit) Copyright © 2013  http://www.req.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *