OGGY & THE PHONICS – Chronique « ATLAS »

oggy & the phonics

Par Dom Imonk

Parue le 01 mai 2015 dans la Gazette Bleue N° 10

Oggy & The Phonics est un groupe de cinq jeunes musiciens, d’horizons divers, mais ayant tous commencé très tôt l’étude de la musique. Ils ont étudié à la prestigieuse « Haute École de Musique de Lausanne » (HEMU). Faisons les présentations : Louis Billette (sax), Théo Duboule (el g), Gaspard Colin (el b), Clément Meunier (clar) et Marton Kiss (dms). « Atlas » est leur premier album, il est produit par Free Art Kollectiv et la très belle pochette est signée Simone Ringer (la fille de Catherine). Ce qui frappe d’entrée c’est la qualité d’écriture des onze compositions, qui sont œuvre collective. On est aussi fortement séduit par la précision de l’enregistrement (Alain Wits et Emil Spanyi). Dès « Mi & Fa », on est embarqué dans un voyage à travers de belles histoires toutes simples, mais fort bien construites. L’ambiance est celle d’un jazz mutant de ce siècle, sans barrière. La beauté nostalgique qui habite « Adagio », « Slippery Leaf » et « Lyria » pousse à la méditation, alors que le groove furieux de « Staka » et le speed oblique de « Goûts et couleurs » nous entraineraient plutôt vers quelque piste de danse. Les musiciens ont des jeux très complices et l’humour est parfois bien présent, comme dans le « Buried alive » en deux parties, la première cachant bien le jeu de la seconde. On se régale de leurs chorus, inspirés et plutôt perchés. Chacun a un son très personnel, saxophone, guitare et clarinette s’en donnant à cœur joie, alors que la basse féline et profonde veille et que la batterie, épatante, relance sans relâche. L’album s’achève dans la fureur et la beauté avec « Comme le vent », Midnight bird » et « Air comprimé ». Une petite merveille de disque.

Par Dom Imonk

http://www.oggyandthephonics.com/

UTR 4591/Unit Records/Gema/Suisa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *