Nola’s news # 5

Big Easy Poboys

Big Easy Poboys

Jour J pour le French Quarter Fest qui rajoute une journée à son organisation.  Chaleur orageuse pour ce début de festival entièrement gratuit et déjà, énormément de monde sur les seulement 5 scènes ouvertes le 1er jour. Après Ellis Marsalis (le père), visite de la scène Cajun/Zydeco avec « The Big Easy Poboys » qui, dans la pure tradition Cajun, fait danser le one step ou le two step aux afficionados … et, il y en avait beaucoup. Ce festival se déroule de 11h00 à 19h00 dans une ambiance familiale et bon enfant, pendant les vacances scolaires. Les Cajuns sont fiers de montrer leurs origines et chantent et dansent dans un français créole qui est quelque fois difficile à comprendre … mais ils sont tellement fiers de dire qu’ils ont des appartenances françaises qu’on ne les contrarie pas.

Allen Toussaint et Roland Guerin

Allen Toussaint et Roland Guerin

Allen Toussaint et Roland Guerin

Allen Toussaint et Roland Guerin

Pour la suite du programme, notre choix s’est porté sur l’enfant du pays, le toujours très élégant Allen Toussaint et son band. Grande classe, monsieur Toussaint qui s’est bien entouré, comme d’habitude, de quelques solides  musiciens et choristes. Une énorme affluence l’attendait avec enthousiasme et il entonnait quelques succès, flirtant avec la variété (américaine … heureusement) que la foule reprenait aisément. Il revenait rapidement au jazz avec quelques solos de piano bienvenus qui attiraient les larges hourras et applaudissements. Deux énormes chorus à la basse à 5 cordes de Roland Guerin et quelques solis du guitariste et du formidable saxophoniste mettaient le feu. Allen Toussaint, en showman saluait le steamboat « Natchez » alors qu’il faisait rugir sa sirène, seulement à quelques mètres de la scène, sur le Mississippi. Ses compositions faites, une fois fois encore, pour la danse, faisaient honneur à New Orleans, à sa musique et au Mississippi. Il dédiait même une chanson à Big Chief Bo Dollis, (chef d’une communauté indienne) disparu il y a seulement quelques semaines et qui suscitait les ovations de la foule.

Allen Toussaint

Allen Toussaint

Il laissait la place à ses accompagnateurs qui prenaient de larges chorus que la foule plébiscitait. 1h30 de concert sous les ovations du public.

Allen Toussaint

Allen Toussaint

Roland Guerin

Roland Guerin

Pour finir, nous nous arrêtons à la scène où George Porter Jr nous démontrait qu’il était bien à l’origine des « Meters » et qu’il faisait bien partie de ces pionniers de la musique funk néo-orléanaise. Il s’était adjugé des services, ô combien précieux d’un guitariste qui faisait pleurer sa Gibson, d’un organiste qui prenait des chorus endiablés, d’un des meilleurs saxophonistes de la discipline et qui plus est, du cru en la personne de Kris Royal. Le tout, largement soutenu par la batterie (toujours sur sonorisé) d’un jeune musicien local. La basse électrique du maître résonnait de décibels et son chant, de sa voix éraillée, enchantaient les très nombreux supporters venus l’écouter mais aussi danser. Voilà donc la première après-midi musicale du French Quarter Fest qui se terminait sous la chaleur pesante.

George Porter Jr

George Porter Jr

Kris Royal

Kris Royal

A demain pour la 2éme journée marathon du French Quarter Fest (qui dure 4 jours).

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *