Nola’s news # 39

par Alain Piarou, photos : Irène Piarou

Encore un festival à New Orleans ? Les néo-orléanais disent qu’il n’y a pas assez de week end dans l’année pour organiser des festivals. Celui-ci marque en principe le début de la saison chaude … et c’est vrai. Heureusement, le « Bayou Boogaloo Fest » est organisé au bord du bayou St John et c’est le seul endroit à Nola où il y a un peu d’air … pas frais mais ça donne l’impression. Durant 3 jours, 3 grandes scènes sont installées le long de ce bayou et c’est un festival (gratuit) ou les gens viennent en famille et certain font même du canoé, du pédalo … du radeau et de toute autre forme d’embarcation (ils ont de l’imagination). Côté musique, on y trouve du jazz (Tom McDermott, Meshiya Lake, Davis Rogan,…), du Blues (Kim Carson …), du punk rock (Mike Dillon, …), du Zydeco (Terrance Simien …), des Brass Band et beaucoup de funk. Et c’est justement le funk des « Wild Magnolias » qui nous a intéressé. C’est une magnifique formation avec un guitariste extraordinaire, Jake (John « papa » Gros)

Jake

Jake

et l’incontournable pianiste Tom Worrell, toujours aussi efficace.

Tom Worrell

Tom Worrell

Et bien entendu, on trouve au chant Bo Dollis Jr, superbe chanteur et showman.

Bo Dollis Jr

Bo Dollis Jr

Et Big Chief Bo Dollis Jr est toujours accompagné d’ indiens en costume qui viennent parader et assurer des chants.

Wild Magnolias Indians

Wild Magnolias Indians

Indian

Indian

Cette musique et l’ambiance qu’elle procure ne peut vous laisser indifférents et assis dans votre fauteuil. Car, c’est une véritable invitation à la danse que proposent ces musiciens. Et Bo Dollis et ses indiens viennent même se mêler à la foule pour faire quelques pas de danse.

Indians

Indians

Bo Dollis et sa soeur

Bo Dollis et sa soeur

Le spectacle est total car les costumes des indiens sont magnifiques et la musique excellente. Du funk de toute beauté.

Indian

Indian

Du funk, oui, mais avec une touche tellement particulière comme, seuls Bo Dollis et ses indiens savent proposer. Tant et si bien qu’après ça, le concert qui suivait paraissait presque fade. Et pourtant, là encore de très bons musiciens offraient une musique, peut-être (pour moi, du moins) trop variée. Mené par le bassiste-chanteur  Tony Hall,

Tony Hall

Tony Hall

nous passions du funk au rythm’n blues en passant par du reggae et du rock. Bon, très bien fait mais pas passionnant. Il fallait attendre le dernier concert de la soirée pour se relancer dans la frénésie d’une superbe prestation des « New Orleans Suspects ». On y retrouve encore ce merveilleux guitariste (que finalement beaucoup de groupes s’arrachent) Jake. Et, tout de suite, c’est lui en tant que guitariste mais aussi chanteur qui attire l’attention.

Jake

Jake

Un très bon pianiste qui prenait également des initiatives au chant ou sur l’instrument,

pianiste

pianiste

et un saxophoniste tonitruent qui faisait des interventions magnifiques.

Saxophoniste N.O. Suspects

Saxophoniste N.O. Suspects

Particulièrement bien soutenus par un bassiste efficace et une batterie performante, ils offraient un funk d’une qualité extrême. Une autre sonorité que les Wild Magnolias et la guitare et le saxophone étaient mis en avant.

New Orleans Suspects

New Orleans Suspects

Le guitariste faisait évidement un hommage au maître disparu, BB King, très apprécié du public qui n’a pas cessé de gigoter pendant 1h30. Magnifique concert.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *