Nola’s news # 36

par Alain Piarou, photos : Irène Piarou

Le rendez-vous hebdomadaire est bien entendu « Jazz in the Park ». Tous les jeudis, à partir de 17h00, le Parc Louis Armstrong où il y a la fameuse place « Congo square », reçoit sur une belle scène adossée à l’auditorium (malheureusement fermé depuis Katrina), les meilleurs artistes locaux de renommée. Cela commence toujours par une « second line » derrière un Brass Band qui sillonne le magnifique parc Louis Armstrong. Après un 1er concert d’un groupe de rock, c’est au pied de la scène que le spectacle avait lieu. En effet, une quinzaine d’hommes de tous âges, déguisés en « Elvis Presley » s’étaient donnés rendez-vous pour réaliser 2 ou 3 chorégraphies sur les tubes du King.

"Elvis Brothers"

« Elvis Brothers »

Oh, ils ne se prenaient pas au sérieux mais ils s’appliquaient et même si ça n’était pas toujours au point, ils prenaient plaisir à danser et à amuser le public qui s’était agglutiné devant eux, le sourire aux lèvres et l’envie de « bouger ». Après quoi, sur la scène cette fois, c’est le James Andrews Band qui faisait son show.

James Andrews Band

James Andrews Band

James Andrews fait partie d’une autre grande famille néo-orléanaise de musiciens (Glen David, Troy « Trombone Shorty », etc …). Il est le cousin de Travis « trompet Black » Hill, décédé ces derniers jours, à l’âge de 28 ans alors qu’il était en tournée au Japon.

James Andrews

James Andrews

Pour lui rendre hommage, après avoir fait observer une minute de silence, James Andrews avait rassemblé quelques musiciens qui animaient régulièrement (tous les lundis) le club « Ooh Poo Pah Doo » (Mondays trompet summit) avec lui. Et, pas des moindres, puisqu’on y trouvait, entre autre, l’excellent guitariste June Yamaghushi

June Yamaghushi

June Yamaghushi

et un autre personnage marquant de la Nouvelle Orléans, le saxophoniste John Stubbelfield (Dirty Dozen Brass Band)

John Stubbelfield

John Stubbelfield

pour interpréter les airs de Tremé qu’il affectionnait particulièrement. James Andrews, depuis la scène suggérait quelques chorégraphies que le public appliquait bien volontiers. L’ambiance était vraiment à la fête et une « second line » s’organisait, les femmes avec leurs ombrelles et les hommes avec leurs mouchoirs blancs. Tout le monde chantait avec beaucoup de ferveur ces fameux airs de Tremé et de la Nouvelle Orléans. Et puis, la scène faisant face à la très belle statue de Satchmo, hommage lui devait d’être fait et c’est un « wonderful world » et « St James Infarmery » qu’interprétait avec brio James, au chant et à la trompette et son orchestre de rêve. Voilà donc une soirée qui commençait donc sous les meilleurs hospices.

James Andrews

James Andrews

Un commentaire sur “Nola’s news # 36

  1. Fanny dit :

    Encore de bien belles photos pour illustrer ce chouette début de soirée. Bravo ! Continuez à nous faire vibrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *