No Mad dynamite The Party

par Philippe Desmond.

affiche_the_party

Pour une fois nous partons au cinéma. L’association Larural que nous connaissons pour ses « jeudis du jazz » souvent chroniqués dans ce blog, proposait ce vendredi soir une projection ciné-concert du drôlissime film de Blake Edwards « The Party », l’histoire d’une réception hollywoodienne qui tourne mal à cause de la présence d’un acteur gaffeur incarné par le grand Peter Sellers ; un prélude aux contemporains « Very Bad Trip » mais surtout dans la lignée de Chaplin, Keaton ou Tati.

La BO du film signée Henri Mancini va du jazz cool à la Bossa Nova en passant par des sonorités pop de l’époque ; nous sommes en 1968. Cette BO est une forte caractéristique du film, pourtant le groupe No Mad la dynamite -allusion au début du film – en la réécrivant et en la jouant en live à la façon des accompagnateurs de films muets.

Autour du grand écran six musiciens de la Drôme et de l’Isère, Élodie Lordet (chant, accessoires) Florent Hermet (contrebasse, plat à tartes !), Julien Cretin (accordéon), François Vinoche (batterie), Nicolas Lopez (violon, bruitages aquatiques), Pierre Lordet (clarinettes,  guitare, clavier). Ils ont lancé ce projet sur une idée de Nicolas Lopez fan absolu du film ; comme moi. Ce film je le connais par cœur, découvert sur le tard dans les années 90 il est devenu culte pour moi et aussi pour mes filles encore toutes jeunes à l’époque. De nombreux enfants étaient là hier soir et se sont bien amusés d’ailleurs. C’est donc avec une curiosité mêlée d’inquiétude que je me suis rendu au centre Culturel de Créon.

The Party 1

Le prologue hilarant et sa scène à grand spectacle passés, le groupe attaque fort sur le générique avec un thème proche de l’initial aux accents indiens, comme le héros principal du film. Ça commence bien car ça joue très bien

Ensuite il me faudra un temps d’adaptation, la bande son originale non musicale alternant avec des passages joués sans les bruits d’ambiance hormis quelques bruitages. Il est vrai que le début du film est d’un rythme assez lent et peu bruyant mais par contre truffé de gags. Certaines scènes sont d’ailleurs passées en accéléré, choix délibéré des artistes, ceux-ci accélérant bien sûr le tempo.

La scène avec le perroquet et sa mangeoire « Birdy Num Num » (à l’origine du nom du groupe électro Birdy Nam Nam) est – à ma grande joie – sauvegardée avec les dialogues : « intouchable » me dira Elodie Lordet.

Petit à petit la musique s’installe et se fond dans le film. Tous les styles y passent, du jazz aux sonorités orientales ou d’Europe centrale aux ballades langoureuses chantées par Elodie – très bien et avec humour – notamment à la place du classique « Nothing to Lose ». De l’humour musical encore quand le sax de l’orchestre de la party est doublé par un kazoo tremblotant et des tas d’inventions parfaitement synchronisées avec le film. Période et situation obligent la pop est aussi très présente et revisitée. Une vraie création musicale qui leur aura pris seulement six jours voilà maintenant quatre ans ; le spectacle est joué partout plus d’une dizaine de fois chaque année depuis.

Quand le film part en vrille dans un délire total je me surprends à oublier que les musiciens sont là. Je le leur dirai comme un compliment. Un vent de folie parcourt leur musique, tout comme il parcourt l’image. Un regard sur l’écran ou leur retour image, les musiciens obéissent au chef d’orchestre : le film. C’est lui qui donne la cadence, les parties chantées devant même se synchroniser avec les lèvres de l’actrice. On est loin de l’accompagnement des films muets, celui-ci ne l’étant pas, même si les dialogues s’effacent beaucoup devant les situations, comme chez Tati. De temps à autres l’improvisation n’est pas non plus oubliée. Un pari gonflé réalisé avec brio.

Merci encore à Larural de proposer au public – nombreux hier soir – des spectacles toujours originaux. Et comme toujours avec eux cela se termine entre amis autour de la table, les musiciens, dans leur grande générosité, s’installant pour un set de standards et de jazz Klezmer. On mange, on boit on danse, on est à Créon !

12524157_10206678839117335_5322509730517738796_n

http://www.la-curieuse.com/artiste/156-the-party

http://www.larural.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *