Gainsbourg revisité au Baiser Salé

par Philippe Desmond.

20160523_213348

Me revoilà comme chaque année fin mai un soir à Paris, entre deux premières journées d’une quinzaine ayant pour objet une autre de mes passions. Alors puisqu’il est question de sets, direction rue des Lombards mais pour des sets musicaux cette fois et dans un lieu que j’adore, le Baiser Salé. Tous les lundis soir c’est jam – voir chronique du 27 mai 2015 – autour de François Constantin le grand percussionniste.

20160523_221936

Mais avant la jam il y a toujours un concert, certes souvent pas trop long, mais qui lance bien l’affaire. Coup de chance ce soir c’est un hommage rendu en jazz à Serge Gainsbourg et avec un des spécialistes du genre le pianiste Pierre-Alain Goualch qui avait sorti l’album « Exploring the music of Serge Gainsbourg » en 2001. Musicien redoutable au clavier, aux collaborations riches et variées, il joue ici avec le monstrueux bassiste Diego Imbert et une grosse pointure de la batterie, Loïc Pontieux ; François Constantin est bien sûr aux percussions, principalement aux congas pour la touche latino et caribéenne de la maison.

20160523_234555

Ça commence très fort – et en retard comme toujours – avec le titre peu connu  » Panpan Cucul » . Gros groove, chorus époustouflants, bref une belle fessée d’entrée !

Un riff rythmique envoûtant de basse annonce  » Bonnie and Clyde » dans un arrangement que Valérie Chane-Tef a d’ailleurs adapté avec Akoda. Piano tynerien, rehaussé, si c’est encore possible, par un festival de percussions de François pour une version latino d’un autre monde.

Un peu de calme et de sensualité avec  » L’eau à la bouche » mais pas pour longtemps, le tempo et l’intensité augmentant rapidement.

Quant au « Poinçonneur des Lilas » qui arrive, la RATP aurait dû le garder tant sa cadence est bien plus rapide que les machines actuelles ; pas beaucoup de trous entre les notes ! Que ça joue mais que ça joue ! Ce pianiste qui pour moi est une découverte est vraiment extraordinaire et ses compères ne le sont pas moins. Les chorus de basse de Diego sont de vrais solos de guitare quant à Loïc sa précision et son feeling nous régalent. François lui je le connais mais il m’épate toujours, on dirait qu’ils sont plusieurs…

La jam commence sans qu’on s’en rende compte avec la venue sur la scène – minuscule – de Myriam Bouk Moun pour chanter « Je suis venue te dire que je m’en vais » dans une version tellement nouvelle que même elle ne l’avait jamais chantée ainsi ; un genre de salsa parfois scattée, François aux timbalès dynamitant le tout ; des malades !

20160523_225428

Arrive une surprise avec une connaissance des Bordelais, récemment entendu dans nos contrées avec le Youpi Quartet, l’harmoniciste Laurent Maur. Avec son petit instrument et son ampli de la taille d’un sac à main, dixit François, c’est lui qui va imposer son arrangement de « La Javanaise » dont il va tisser et tordre la mélodie à l’envi. Les acquiescements de tête admiratifs du patron confirment l’impression générale de vivre un grand moment.

20160523_230948

La chanteuse Alice Soyer rejoint le groupe, avec Laurent Maur, pour « Couleur Café  » la chanson s’adaptant idéalement au style musical du soir. « Elisa » ensuite se latinise elle aussi, le même traitement étant réservé de façon plus inattendue à la vieille « Harley Davidson » qui en perd son arrogance agressive et métallique au profit d’une souplesse toute sensuelle.

20160523_232015

Un concert de toute beauté regorgeant d’une énergie joyeuse et de virtuosité. Et ici c’est comme ça presque tous les soirs mais systématiquement tous les lundis. Au fait, lundi prochain, au même endroit, on prend les mêmes et on recommence pour cet hommage à Gainsbourg, ne loupez pas ça si vous êtes dans les parages, vous pouvez même y aller exprès.

La jam démarre vraiment ensuite avec une succession de musiciens talentueux. L’île de Cantaloupe se transforme instantanément en un continent de groove et le reste est à l’avenant. Il est près d’une heure du matin et le premier set commencé peu après vingt deux heures se termine juste. Je déclare forfait pour le second, demain j’ai match sur le Central.

 

Diego IMBERT Quartet – « COLORS »

diego imbert

Par Dom Imonk

Parue le 01 juillet 2015 dans la Gazette Bleue N° 11

Diego Imbert est un contrebassiste très demandé, et les divers projets auxquels il a participé lui ont permis de se forger une écriture riche, précise et stylée, que l’on retrouve dans tous ses albums. Pour « Colors », il est entouré de son groupe habituel. David El-Malek (sax ténor), Alex Tassel (bugle) et Franck Agulhon (batterie), participent à donner à ce disque une saveur que l’on croirait échappée de certaines formations des années soixante. Même s’il n’y a pas de piano, on pourrait presque penser à l’esthétique du quintet de Miles, ou même à certains disques de Wayne Shorter, dont l’inspiration est ressentie ici. A chaque instant, on se régale du jeu de Diego Imbert, magnifique par le son et cette façon ondulante et moderne de s’insinuer dans celui de ses camarades. Tous sont d’ailleurs visiblement en état de grâce et ravis de participer à cette vraie peinture sonore. Les deux souffleurs sont remarquables de complicité et, portés par les compositions de Diego Imbert, ils joignent à l’unisson leurs voix cuivrées, pour créer de vastes espaces visuels. Quant’ à Franck Agulhon, frère rythmique du leader, il fait partie de ces très grands batteurs qui étonnent et subjuguent, comme s’ils se réinventaient à chaque fois. Le disque s’écoule, comme la visite d’un musée d’art moderne. Chaque morceau est une toile, et l’intitulé des titres fait souvent référence aux couleurs et à la peinture. « Blue Azurin », « Purple Drive », « Aquarelle », « Outremer », « Red Alert ». Mention spéciale au superbe artwork de Pierre-Alain Goualch et Diego Imbert, ainsi qu’à une prise de son excellente. Ces couleurs nous ont captivés, vivement le plaisir de les voir en concert !

Par Dom Imonk

www.diegoimbert.com

TREBIM MUSIC/HARMONIA MUNDI– 2014 – SUCH 010