La grande classe de Monique Thomas.

A noter une écoute remarquable du publicPar Philippe Desmond, photos Philippe Marzat.

Chez Thierry Valette, samedi 7 octobre 2017.

Le chant ne s’improvise pas, il s’apprend et l’idée qu’il est plus simple d’apprendre à maîtriser sa voix qu’un instrument est fausse. Bien chanter demande beaucoup de travail, et chanter devant du public réclame du courage.

Ce samedi nous sommes une bonne cinquantaine à assister à la restitution en public du travail effectué lors du « Jazz Lab », un stage en début d’été animé par Monique Thomas. Thierry Valette, chanteur amateur au sens beau et noble du terme et lui aussi élève de Monique, nous accueille dans sa belle demeure viticole au milieu des vignes. Le public ? Ses amis, ceux des musiciens, des stagiaires, des amis d’amis…

_DSC5754_GF

Six stagiaires vont se succéder servis à merveille par un trio référence, Hervé Saint-Guirons au piano, Timo Metzemakers à la contrebasse et Didier Ottaviani à la batterie.

_DSC5754-2_GF

Hervé est aux anges, il inaugure le piano Yamaha C3X, celui avec les oreilles arrondies – pas Hervé, le piano – les connaisseurs apprécieront. « Il faut qu’il se libère un peu, se détende mais il est déjà remarquable » me confie t-il. Il va d’ailleurs ce soir procéder à un rodage accéléré.

_DSC6113-2_GF

Quelques gourmandises salées, quelques verres de l’excellent vin du cru, le Clos Puy-Arnaud et c’est parti pour une soirée de jazz vocal.

Monique Thomas est une personne sensationnelle, en plus de ses qualités musicales et de son grand professionnalisme elle est pleine de fraîcheur et d’humour. Sa présentation du concert en Franglais suite à l’impossibilité de départager ceux qui la souhaitaient en Anglais ou en Français est drôlissime. De quoi détendre moins le public, lui pas inquiet, que les chanteurs et chanteuses qui attendent leur tour.

_DSC6005-2_GF

Elle explique le travail effectué avec les stagiaires. Recherche des arrangements, répétitions, et enregistrement d’un CD en studio ainsi que le travail de traduction en Français des standards pour en comprendre le sens et les nuances, pas toujours facile même si on maîtrise l’Anglais, la compréhension étant indispensable pour faire passe de l’émotion.

C’est Monique qui place le curseur très haut en chantant les deux premiers standards dont une superbe version de « Love for Sale » scattée en duo avec Timo. Le répertoire tourne autour de standards. Meriem Lacour, chanteuse professionnelle plutôt folk mais qui a suivi ce stage de jazz vocal me précise qu’un des objectifs était en effet la maîtrise de ce langage universel, celui qui permet de se glisser instantanément parmi des musiciens inconnus.

Monique chante avec une facilité apparente, fruit d’un travail intense et constant. Ne prend-elle pas elle-même régulièrement des cours de chants ! Expressivité, nuances, large tessiture elle a vraiment la grande classe. Et ce soir elle a donc aussi une autre classe, celle de ses élèves.

_DSC6023-2_GF

C’est Caroline Leyrit qui passe au tableau la première avec « Lullaby of Birdland » ; elle a seulement six mois de chant derrière elle et en deux minutes son trac se transforme en une certaine aisance, son corps se libère, devient expressif, prestation étonnante pour une quasi débutante. Monique est ravie, il faut la voir dans son coin le regard plein de bienveillance, murmurant les paroles comme pour aider l’autre.

_DSC6093.-2jpg_GF

Au tour du maître des lieux, Thierry Valette. Lui il a des années de chant derrière lui mais il travaille encore sa voix caractéristique assez haute et un peu voilée. On sent le métier, il commande le trio – impeccable – sur « I Concentrate on You » de Cole Porter.

_DSC6208-2_GF

Bénédicte Brachet enchaîne ; elle a été une des premières connaissances de Monique Thomas quand l’Américaine est arrivée en France et à Bordeaux, parlant quatre mots de Français. Elle s’est remise au chant récemment et s’est déjà jetée à l’eau plusieurs fois lors des jams vocales au Caillou.

Une autre chanteuse qui avec Thierry Valette tenait un peu la scène dans les années 90 revient au chant, Dominique Mianne-Evrard. On sent en effet le métier qui revient sur « Time after Time » ; elle a choisi un titre pas facile, le second le sera encore moins, pour se mettre en danger et se forcer à progresser !

_DSC6174-2_GF

Autre habitué des jams vocales , l’anglais Bill Walters qui reprend avec élégance « Hey Laura » de Gregory Porter. Évidemment pour lui pas de problème de langue, un obstacle de moins que les autres pour ce crooner.

_DSC6143-2_GF

Meriem Lacour seulement accompagnée par Hervé Saint-Guirons nous livre quasi a cappella un « I fall in love too easily » de toute beauté, une prise de risque maximum avec un arrangement on ne peut plus dépouillé.

_DSC6054-2_GF

Un premier set remarquable ponctué par Monique Thomas avec « Teach me Tonight » ; vraiment la grande classe. Quant au trio de l’avis des musiciens c’est pour eux une autoroute sur laquelle ils avancent en toute confiance. A noter en plus une écoute remarquable du public.

Autour d’un verre et de quelques parts de tartes on reprend ses esprits. Pas facile l’exercice auquel on vient d’assister pour chaque chanteur, pas le temps de se chauffer la voix, de déstresser, un moment vraiment pas aisé pour eux.

Au second set chacun refera un titre dont un seul en Français chanté par Bénédicte, le très émouvant « Petite Fleur » sur la musique de Sidney Bechet , « The Best is Yet to Come » comme une promesse de Bill Walters, « I didn’t know what time it was » avec Meriem, et « The Second Time Around » titre bien nommé, Caroline devant s’y reprendre à deux fois dans la bonne humeur générale…

Final avec Monique et Thierry sous forme assez rapidement de questions réponses, la première amenant malicieusement le second vers des sphères haut perchées impossibles dans un éclat de rire général.

_DSC6217-2_GF

Alors si vous voulez vous aussi connaître le bonheur de chanter, le trac qui émoustille, la joie d’être avec d’excellents musiciens contactez Monique Thomas dans son école de Bègles « Vocal Arts Studio ».

Merci Thierry pour l’accueil de grande qualité !

www.vocalarts-studio.com

Vocal Jazz Jam Session au Fellini

par Philippe Desmond, photos PhD et le Fellini.

12439446_1152420468126112_4091060377195918455_n

Monique Thomas

Tous les mercredis en fin d’après midi à Bordeaux c’est la jam du Quartier Libre (voir chronique du 20/01/2016), un moment très vivant grâce aux jeunes talents du Conservatoire proche et à quelques autres. Un petit passage hier soir le temps notamment d’un joli « Jean-Pierre » de Miles avant de me rendre à une autre jam ; et oui il y a de la concurrence ou plutôt de l’émulation car l’objet de cette dernière est relativement différent.

20160330_191410

au Quartier Libre

La Vocal Jazz Jam Session est organisée pour la première fois au Fellini par la chanteuse Monique Thomas et se poursuivra au moins jusqu’en juin prochain chaque dernier mercredi du mois. Bonne idée, belle idée que de permettre ainsi à des chanteuses et chanteurs de jazz d’exprimer leur talent, d’acquérir de l’expérience, voire de se jeter à l’eau, entourés par un trio de super musiciens. Hervé Saint-Guirons au piano, Timo Metzemakers à la contrebasse et Didier Ottaviani à la batterie. Monique Thomas avouera humblement que c’est ce dernier qui lui a soufflé l’idée. Elle est la maîtresse de cérémonie, carnet de jam à la main, allant de chanteuses en chanteurs demander quel titre et sur quelle tonalité chacun souhaite se produire. Une jam quoi !

Mais bien sûr à elle l’honneur – et à nous le plaisir – d’ouvrir la session, ce sera avec « Day in Day out ». Une Américaine qui chante dans une trattoria italienne, transportons nous alors dans les 40’s à Little Italy, ce quartier de Manhattan qui fleure bon comme ici la pasta et la pizza. Pourtant nous ne sommes qu’à Bègles, au Fellini. Le décor de Cinecittà, sous le patronage, entre autres, de Federico et Marcello et avec la présence pulpeuse de Sophia et Monica ne peut qu’accentuer ce dépaysement. Un autre titre et la jam commence. Une pro pour bien lancer l’affaire en la personne de Meriem Lacour (Arty Chokes – the Band) puis Lucienne Razafindramanitra. Vont ensuite se succéder des élèves de Monique, du Ciam, du Conservatoire, des amateurs, des semi-pros. Une jam quoi !

Est-ce un clin d’oeil à « la Cité des Femmes » de Fellini mais il y beaucoup de chanteuses (9) et peu d’hommes (3). Tiens justement en voilà un, élève de Monique je crois, avec un vrai nom de crooner, Bill Waters, sur une belle version de « Moanin’ ». Arrive la talentueuse Emeline qu’on a de temps en temps l’occasion d’entendre dans le coin, puis Marine Garein-Raseta – grand prix Action Jazz 2014 – dans une version émouvante de « Body and Soul ».

On « Take the A train » avec Caro pour rejoindre Marina Kalhart qui se produit pour la première fois avec un tel groupe ; après sa seconde intervention sur « the Girl from Ipanema » elle me livrera qu’avec ces musiciens elle était sur l’autoroute, un vrai bonheur. Pas loin d’Ipanema se trouve le « Corcovado » chanté délicatement par un certain Georges visiblement Brésilien. Tiana, professeur de chant, nous livre son talent avec « Love for Sale », Meriem, Marine et Emeline reviennent pour notre joie ; « I can ‘t give you anything but love » ce qui n’est déjà pas mal, « Summertime » (bientôt), Angel Eyes… Arrive alors le tour d’une chanteuse qui a elle choisi de scatter ce qu’elle sait si bien faire avec une réelle présence scénique instantanée, la trop rare Carole Simon. Une leçon.

12801636_1152552401446252_3569813922847769717_n

Carole Simon

Je vous annonce un mois d’avril pluvieux à Paris, Gilles, ayant visiblement perdu un pari, se lançant dans un risqué « April in Paris » heureusement vite aidé par Carole, tout cela dans une franche rigolade ; une jam quoi !

Un succès pour cette première session avec notamment la présence amicale de figures importantes de la scène jazz en la personne d’Alé Kali, Alex Golino, Roger Biwandu, Franck Agulhon et Pascal Legrand qui prendra les baguettes pour finir en beauté avec la patronne du soir l’éblouissante Monique Thomas.

Donc le 27 avril à 8 heures du soir (pas 8 ½) tous au Fellini, il y aura peut-être cette fois là Ginger et Fred…