Didier Ballan Jazz Ensemble, Saint Jean D’Illac 20/01/2017

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

 Didier Ballan Jazz Ensemble 20-01-17 092

L’été dernier, nous avions laissé s’envoler le tapis volant Japam des rives de Chez Alriq, en bord de Garonne, et le voici de retour sur la terre de Saint Jean d’Illac, froide des gelées de janvier, et ravie de se voir réchauffée. C’est la troisième soirée de l’excellent festival Jallobourde, 8° édition, mené avec beaucoup de goût et de persévérance sur quatre communes (Canéjan, Cestas, Saint Jean d’Illac et Martignas), par le passionné Louis Gilly et ses équipes et partenaires. On retrouve donc le bel ensemble jazz du pianiste Didier Ballan. Celui-ci revient d’un voyage en Inde, pays aimé et maintes fois visité, accompagné de Christiane, son épouse vidéaste,  et, pour ce dernier, avec aussi son fils Jéricho, batteur du groupe. Les voici de retour pour un concert dont on pressent déjà que paix et spiritualité en seront les moteurs. Japam s’ouvre par le morceau titre qui en révèle d’entrée le concept. Un doux souffle est murmuré par Émilie Calmé (flûte, bansuri), que nous sommes tous heureux de retrouver en pleine forme, et l’émotion se met naturellement en mouvement, le reste de la troupe la suit, le piano du leader écrit son parchemin, formant de beaux signes et la tension grandit, rythmes qui battent et percutent l’air, alchimie de guitare ensorcelée qui saigne son blues. Ici point de messe, mais une célébration du son, au travers de carnets de voyages, aux vélins noircis et froissés de souvenirs délicieux. Voici alors Egyptomania, le tempo ne faiblit pas, la plume libère son encre qui s’abandonne en des espaces percussifs et enflammés. Grondements associés de batterie (Jéricho Ballan) et de contrebasse (Nolwenn Leizour), modération poétique du piano (Didier Ballan) qui survole l’affectif. Ersoy Kazimov (derbouka, bendir) est époustouflant. Il maintient son instrument qui, éclairé de l’intérieur, voit sa peau former un petit soleil vertical sur lequel dansent ses doigts en de frénétiques chorégraphies, alors que Christophe Maroye (guitare) a encore déchiré l’air de ses éclairs lumineux. Une suite profondément humaniste a su hypnotiser le public, en trois pièces soudées à la vie, à la mort : « Amour », « Kaos », et « Doute ». Trois splendeurs qui décrivent avec force et une infinie tendresse ce qu’est la nature humaine. On passe des humeurs subtiles de l’amour, sa foudre, ses clins d’yeux, ses vertiges, au chaos de la crise, en s’abandonnant à « Doute », probablement l’une des pièces les plus belles de ce projet. Le regard de Didier Ballan sur sa troupe, et sur son fils en particulier, est touchant et fait de lui un « sage » prévenant, présent, au service du groupe ; il est l’un des six, ni plus, ni moins. « Jeru’s dance », hommage au fils, est toujours aussi enjoué et permet à Jéricho Ballan de s’échapper en de précises envolées, et de montrer une fois de plus la flamme et la ferveur qui l’animent, alimentées à n’en point douter, par le récent voyage en Inde. Mention spéciale à la grande qualité de tout le groupe, et à Christophe Maroye en particulier, dont l’excellent « No Turning Back » vient de sortir. Notre ami Ivan Denis Cormier va l’interviewer pour une prochaine Gazette bleue et chroniquera cet album. Ce soir encore, le Didier Ballan Jazz Ensemble a enchanté un public venu en nombre, et qui n’est pas près d’oublier la force collective de Japam ! Revoyons-les vite en concert et, surtout, procurez-vous leur disque, c’est un must have !

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

http://www.didierballan.com/

Christophe Maroye (2) Didier Ballan (3) Didier Ballan (6) Emilie Calme-Nolwen Leizour (2) Ersoy Kazimov Jericho Ballan

Capture-AFFICHE

 

 

Shekinah Rodz Quintet – Festival Jallobourde Saint Jean d’Illac 23 janvier 2015

???????????????????????????????DSCN1829

Ce soir une partie de la troupe d’Action Jazz a rendez-vous dans une école maternelle, celle de Saint Jean d’Illac; plus précisément dans l’enceinte de cette école à la salle Louis Armstong ; tout cela est bien insolite mais c’est le lieu choisi pour cette deuxième soirée du festival Jallobourde 2015. A la grande surprise et à la grande joie des organisateurs cette salle va s’avérer bondée pour accueillir le Shekinah Rodz Quintet. Petit bémol, le public – moi compris – est un peu trop grisonnant… A nous de faire venir les plus jeunes !

Présentons rapidement Shekinah Rodriguez, maintenant Gatto pour l’Etat Civil, à laquelle la Gazette Bleue N° 5 avait consacré une interview. D’origine Portoricaine née aux USA elle s’est fixée en France et plus précisément à Bordeaux depuis quelques années où il y a de nombreuses occasions de l’admirer. A ses immenses qualités d’instrumentiste aux sax alto et soprano ainsi qu’à la flûte et aux percussions s’ajoute celle de magnifique chanteuse, sans parler de sa beauté et de sa gentillesse.
Ces qualités n’ont d’ailleurs pas échappé à Olivier Gatto un des maîtres français de la contrebasse qui l’accompagne sur scène et donc dans la vie. Car c’est un maître, un musicien spectaculaire à voir et à entendre, maltraitant ou caressant son instrument et aussi un arrangeur et directeur musical de talent.
Pour compléter ce quintet, trois excellents musiciens bien connus de la scène jazz bordelaise et bien au-delà.
Au clavier un pianiste « amateur » au sens pur du terme, homme de radio(logie), le docteur Francis Fontès ; il nous épate à chaque fois et si dans son cabinet on le scanne je suis sûr qu’à l’intérieur on va y voir Herbie, Chick, Ahmad, Chucho et bien d’autres.
A la trompette un souffleur local, Mickaël Chevalier très présent sur la scène jazz, du big band de Franck Dijeau à des collaborations avec Roger Biwandu ; le pauvre, il a souffert hier soir ce qui expliquait son visage grave et sa raideur, sous le coup d’un mal de dos terrible que les calmants n’ont pas apaisé. Il a pourtant drôlement assuré.
A la batterie le jovial et exubérant Guillermo Roatta qui peut passer instantanément de la douceur de ses balais aux rythmes latinos les plus endiablés ; un régal à voir et écouter.
Le répertoire choisi va s’avérer éclectique, tant mieux, Shekinah a de multiples influences et elle aime en faire profiter son public ; public qui en bonne partie la découvre. « Groove Merchant » de Jerome Richardson ouvre la soirée. La tonalité du concert sera donc jazz. Soprano, trompette, piano, contrebasse prennent leur solo, divergent, convergent, le set démarre fort.
« Little Sunflower » de Freddie Hubbard avec son fond latino va mettre en avant les qualités de flûtiste de Shekinah ; je me demande si ce n’est pas dans ce registre que je la préfère.
Même les novices vont reconnaître « Caravan » qui arrive ensuite. Pas de chien qui aboit et une caravane qui s’étire entre des dunes de trompettes, de sax et de piano ; au gré des impros on croit s’être perdu dans le désert et finalement tout le monde se retrouve à la fin, superbe.
Arrivés à l’oasis petit intermède chanté, « Très palabras » d’Osvaldo Farrès (Quizás, quizás, quizás) et la belle voix de Shekinah.
Et on revient au jazz, du vrai du lourd, du Coltrane : « Transition ». De la douceur de la flûte on est passé à la violence du sax alto. Dans ce registre elle est fabuleuse comment tant de grâce peut-elle produire un tel déchaînement ?
« You’re everything » (tiens on dirait du Chick Corea dis-je à mon voisin. C’est en effet du Corea) conclut – provisoirement – la prestation.
Ovation, rappel, « Quizás, quizás, quizás » est réclamé, Shekinah et Francis Fontès vont l’offrir au public sans aucune préparation et c’est un régal ; c’est ça les vrais musiciens. Et pour finir un meddley cha cha cha autour d’«Oye Como Va» de Tito Puente enflamme le public. Encore une belle soirée me glisse Dom ; et en plus on ne s’en lasse pas.
Une note amusante pour finir, la personne qui a présenté le concert nous a annoncé Shakira avant bien sûr de se reprendre. Une autre fois peut-être mais je crois que nous n’avons pas perdu au change.

 

Philippe Desmond