Jazz à Caudéran : Affinity quintet/ Tom Ibarra Group

photos Thierry Dubuc.

Ca y est c’est parti ! Le premier festival Jazz à Caudéran a réellement vu le jour en ce jeudi 9 novembre 2017. Et c’est même bien parti !

Près de 300 personnes ont convergé vers la salle Art Déco de la Pergola, récemment rénovée et lieu habituellement dédié au théâtre. C’était la première organisation en tant que mettre d’oeuvre d’Action Jazz agissant pour le maître d’ouvrage la Mairie de Bordeaux et les bénévoles de l’association piaffaient depuis des semaines en attendant cet événement. Les pré réservations et le défilé continu de personnes venant prendre leur billet dans l’après midi permettaient d’envisager une belle affluence ce qui fut le cas.

Il faut dire que l’affiche était alléchante, pas de grandes vedettes internationales, ça viendra peut-être un jour, mais des valeurs sûres de l’ancienne et de la nouvelle génération.

TDBK3407-Modifier-Modifier

En première partie il était logique d’ouvrir ce festival avec le groupe de jazz historique de Bordeaux et même de Caudéran, Affinity. Groupe certes bien connu mais cette fois, et c’est nouveau, en quintet. Aux trois piliers magnifiques que sont Francis Fontès au piano, Dominique Bonadei à la basse

TDBK3444-Modifier-Modifier

et Philippe Valentine à la batterie,

TDBK3628-Modifier-Modifier

sont venus se joindre une figure bien connue du milieu du jazz régional, le trompettiste Mickaël Chevalier

TDBK3546-Modifier-Modifier

et un néo bordelais – que les grincheux se rassurent il n’est pas parisien – Pascal Faidy au sax ténor.

TDBK3554-Modifier-Modifier

Ce dernier a d’ailleurs amené avec lui des compositions qui ajoutées à celles de Mickaël Chevalier créées pour le projet Nokalipcis et quelques standards be bop ou hard bop ont embarqué un public mêlé de connaisseurs et de néophytes. Une musique toujours accessible, mélodieuse, mettant en valeur les différents instrumentistes, une passerelle vers ce monde du jazz que certains ont encore peur de découvrir. Un set d’une heure trente qui a conquis tout le monde.

Après cette entrée en matière place à un break au foyer permettant les discussions autour d’un verre et aussi d’admirer l’exposition des clichés de nos photographes Thierry Dubuc, Philippe Marzat, Alain Pelletier et la petite nouvelle Fatiha Berrak. Expo pendant tout le festival, accès libre.

Place à la nouvelle génération avec un des poulains d’Action Jazz le guitariste Tom Ibarra et son quintet.

TDBK3658-Modifier

Le blog a déjà relaté ce nouveau projet présenté récemment à Bordeaux mais là dans cette belle salle et ce nombreux public, la barre était plus haute. Pas de problème pour ces jeunes musiciens plein de sève, d’énergie et déjà de professionnalisme. Sur la solide, et encore plus, base rythmique avec Pierre Lucbert à la batterie et Antoine Vidal à la basse, grâce à la présence harmonique d’Auxane Cartigny aux claviers, Tom Ibarra à la guitare et Jeff Mercadié au sax ténor vont nous livrer une fantastique prestation alternant entre violence et douceur, énergie et émotion.

TDBK3751-Modifier-Modifier

Uniquement des compositions de Tom aux arrangements concertés entre les cinq, pour ce set percutant qui a surpris pas mal de monde par son audace et sa fraîcheur. De redoutables instrumentistes qui s’entendent comme larrons en foire et la confirmation d’une relève assurée. Vivement la mi janvier que l’on découvre le nouvel album enregistré au studio Cryogène de Bègles !

TDBK3795-Modifier-Modifier

Place au deuxième jour ce vendredi 10 novembre !

Venez découvrir le trio Atrisma et son jazz progressif à la fois mélodieux et inventif, utilisant à bon escient l’électro tout en restant simple. Venez encourager cette nouvelle génération de musiciens formé à Bordeaux au CNR et qui seront les grands de demain. Vincent Vlinet (claviers), Hugo Raducanu (batterie) et Johary Rakotondramasy (guitare)

Venez aussi faire connaissance avec nos voisins du pays basque le groupe MT4, 4 comme quartet et MT comme Marc Tambourindéguy, un nom plein de musique et de basquitude. A côté de ce magnifique pianiste, porteur aussi du festival de jazz d’Anglet, Pascal Ségala (guitare), Jean-Luc Fabre (contrebasse) et le bordelais Pascal Legrand (batterie). Un jazz harmonieux riche en improvisations.

Prenez vos places sur www.actionjazz.fr . A ce soir !

Affinity Quartet – Caillou – 16/06/2017

Par Dom Imonk, photos Philippe Marzat

Affinity Quartet plus Mickaël Chevalier

L’été est tout proche et le Caillou du Jardin Botanique  peut enfin prendre ses aises. Les estivales y ont débuté le 1° juin et s’y poursuivront jusqu’à la fin Août, avec une flopée de beaux concerts en perspective, et pour tous les goûts. Ce vendredi soir, le soleil tarde à se coucher, la terrasse est bondée. On a en effet ressorti la jolie scène sur roues, moment tant attendu des addicts de la place, et pour insuffler une ardeur supplémentaire, c’est l’ Affinity Quartet, dans un nouveau projet antillais, qui est venu jouer un jazz bien chaloupé, à base de standards épicés, chaudement menés. Autant dire qu’une atmosphère de vacances ne tardera pas à s’installer. C’est l’occasion de retrouver au piano notre ami Francis Fontès en belle forme,

Francis Fontès

entouré de ses fidèles compères Dominique Bonadeï à la basse, Hervé Fourticq aux saxophones et Philippe Valentine à la batterie. Très solide combo, qui tient large place dans l’histoire du jazz de Bordeaux, mais aussi dans son présent des plus vifs.

Dominique Bonadeï

Hervé Fourticq

Philippe Valentine

La cerise sur le gâteau, c’est un invité de marque « de dernière minute » : Mickaël Chevalier qui les rejoint sur scène avec son bugle voyageur, l’occasion pour lui de retrouver au passage, au piano et à la batterie, deux de ses collègues du groupe Nokalipcis.

Mickaël Chevalier

L’affaire ne pouvait donc que fonctionner au mieux. Ainsi, nous voilà embarqués à bord d’un bel esquif, pour une croisière en deux sets, où tout ce joli monde est là, soucieux de donner du plaisir en suggérant le voyage et les Caraïbes. Question titres repris, nous sommes gâtés, c’est un vrai festival ! Mario Canonge est de la fête avec « Lese pale » et «Peyi mwen jodi », on déguste aussi « Travail raide » d’Alain Jean-Marie, « Guadelupe » de Michel Petrucciani, « Tu piti » du père d’Eddy Louiss, « Siempre me va bien » de Poncho Sanchez et quelques traditionnels comme « La Guadeloupéenne » et « Célestin ». On réécoute le délicieux « Butterfly’s dream » de Nolwenn Leizour, composition jouée avec Nokalipcis (décidemment !) dont elle est la contrebassiste. D’autres grands standards seront aussi repris, finement remodelés en mode afro-caribéen, quoiqu’ils en aient déjà le parfum, comme  « Manteca » de Dizzy Gillespie, « St Thomas » de Sonny Rollins et un beau « Caravan » Ellingtonien en guise de rappel. Nous les aurions bien écoutés jusqu’au bout de la nuit, tant ces thèmes ont illuminé la soirée, d’une musique superbe, jouée par un groupe épatant, à l’âme généreuse, avec lequel nous avons tous beaucoup d’affinités !

Par Dom Imonk, photos Philippe Marzat

Remerciements à Philippe Valentine pour la setlist.

Le Caillou du Jardin Botanique

 

Jubilé d’Alain Claudien ; pianissimo !

par Philippe Desmond, photos Philippe Marzat.

Pessac, Sortie 13, le 13 mai 2017.

Le piano est un instrument merveilleux et universel, il n’a pas de chapelle, il ne devrait pas en avoir. 88 touches, 52 blanches et 36 noires qui n’attendent que des doigts pour les actionner et ainsi faire naître toute forme de musique.

_DSC8523_GF

Ce soir-là  nous avons pu encore une fois le constater, Alain Claudien, le “technicien du piano ” comme il se définit lui même, recevait ses amis et parmi eux de grands pianistes de tous styles. Qui de mieux qu’un accordeur pour mettre tout le monde d’accord ? Il célébrait son jubilé de 40 ans au service des musiques. Action Jazz avait la chance d’être présent pour ce beau moment d’amitié et ce grand moment musical. Autre vedette de la soirée, le majestueux Steinway & Sons, un ¾ de queue de concert si je ne m’abuse, ce qui se fait de mieux dans le genre. Avis aux amateurs, vous pouvez le louer : http://www.piano-claudien.com/

Le premier à en prendre les commandes nous le connaissons bien à Action Jazz, la Gazette Bleue #13 de novembre 2015 l’avait présenté, c’est un des maîtres bordelais du jazz et du piano, Francis Fontès.

_DSC9291_GF

Avec lui ses inséparables compères d’Affinity, Dominique Bonadei et Philippe Valentine. Quelques titres de Wayne Shorter, Herbie Hancock pour lancer la soirée et de suite ce piano qui se met à chanter sur toute sa palette sonore. Rien à voir avec les claviers électriques qui certes sont plus mobiles mais qui ne donnent pas le même relief, la même profondeur.

_DSC8976_GF

_DSC8951_GF

Intermède old jazz avec Francis Haimovici passant du piano au trombone avec son éternelle jeunesse, accompagné par Michel Juy à la guitare et Gérard Valade au sax soprano.

_DSC9218_GF

_DSC9147_GF

_DSC9163_GF

Les fourchettes se taisent le temps de la prestation, la performance même, d’Hilomi Sakaguchi (CNR de Bordeaux, Proxima Centauri) interprétant une œuvre contemporaine du compositeur américain George Crumb. Une musique pas facile mais tellement belle à voir se fabriquer sous les doigts inspirés d’une artiste habitée. Un domaine à explorer.

_DSC8833_GF

Un peu plus loin dans le menu c’est un autre cadeau qui nous est fait avec une nocturne et une valse de Chopin interprétées par le magnifique Hervé N’Kaoua. Professeur à Bordeaux puis Lyon il mène aussi une carrière internationale de soliste. Le jazz est loin, la musique elle est bien là, en toute simplicité mais d’une beauté stupéfiante. On sent les liens qui unissent les artistes à Alain Claudien, tant mieux on en profite.

_DSC8914_GF

Le jazz revient avec un trio formé de François Faure au piano, une grande figure du jazz bordelais des années 80 qui se fait rare maintenant. Accompagné d’Antoine Faure, son fils à la basse et de Philippe Gaubert à la batterie, ce spécialiste de Bill Evans va nous proposer un bel intermède.

_DSC9071_GF

_DSC9065_GF

_DSC9114_GF

Arrive alors en cours de soirée un autre grand pianiste classique – il sort de jouer en concert – Jean-Philippe Guillo (CNR de Bordeaux) qui avec Hervé N’Kaoua va improviser un sublime quatre mains ; deux mains, deux styles, deux touchers différents. Une troisième virtuose qui tourne les pages, on rêve.

_DSC9612_GF

D’autant que Hilomi revient avec son mari Pascal Jean Marignan (CNR de Bordeaux), leur duo s’appelant Piano Opus 2, pour un autre quatre mains autour de Ravel avec « Ma Mère l’Oye » et « Le Jardin Féérique ». Magique de voir danser ces vingt doigts, la proximité du piano rajoutant à la rareté et à la beauté du moment.

_DSC9634_GF

On repasse au jazz avec le trio Affinity qui accompagne maintenant Caroline Billa au chant. Ils se connaissent par cœur et l’intemporel « Caravan », entre autres, n’en est que plus beau.

_DSC9330_GF

Pour tous les goûts, tout cela autour de ce piano magnifique mais surtout grâce et pour celui qui les règles ces si beaux instruments, les bichonne. Savez-vous qu’en France le pointilleux Chick Corea et le difficile Keith Jarrett ne jurent que par lui ?

_DSC8799_GF

Dans une prochaine Gazette Bleue, Alain Claudien nous parlera de son métier, il a tant de choses à raconter.

La musique ne devrait pas avoir de frontières, les étiquettes sont tellement réductrices. Rêvons qu’une telle soirée puisse être organisée pour le grand public…