Les photographes d’Action Jazz s’exposent. Concert d’OD en bonus

par Philippe Desmond, photos Philippe Marzat Lire la suite

JP Perkins Revival défonce le Caillou

par Philippe Desmond.

Le Caillou, vendredi 9 décembre 2016.

En septembre 2015 le Blog Bleu présentait un projet original, celui de deux musiciens qui jouaient ensemble dans les années 60 et qui se lançaient à nouveau sur les planches. Pas du jazz, mais du blues mâtiné de rock et de folk. Mais les frontières sont poreuses entre tous ces styles, nous en parlions hier soir avec Philippe Serra un des co-auteurs du livre « Bordeaux Rock(s) » la bible du genre et grand amateur et connaisseur de jazz. D’ailleurs la chronique évoquée plus haut figure dans le top ten des articles les plus lus du Blog Bleu qui en compte désormais plus de 400 ! Un an après elle est régulièrement ouverte (et les stats ne comptent que les personnes différentes).

Ce projet c’est le JP Perkins Group Revival qui fêtait hier soir le cinquantenaire de la collaboration entre son leader JP Perkins et le guitariste-harmoniciste Dany Ducasse. Ils jouaient ensemble dans la formation «Les Nashmen » en 1966 avant que Perkins ne parte vers une carrière nationale puis internationale dont il évoque les vicissitudes dans sa chanson « Je viens de loin ». Installé à Bordeaux ce premier groupe avait eu pendant quelques temps comme chanteur un jeune homme très discret venu de Nérac, un certain Michel Polnareff. D’ailleurs Perkins n’est pas étranger à la composition qui a révélé le chanteur même si celui-ci a oublié de le signaler…

Mais tout ça c’était il y a des siècles et hier soir au Caillou on fêtait donc les 50 ans de carrière des deux vieux potes. Tout cela avec un répertoire original créé (paroles et musiques de JP Perkins) ou arrangé dans sa quasi intégralité en une année ! Un vrai projet actuel, un réel coup de jeune !

20161209_185419

Répétition

Tout a recommencé en 2015 de façon anecdotique. JP Perkins revenu en France et dans la région a fait appel à Eric Grillard, un artisan, pour des travaux de rénovation de sa maison et quand celui-ci a vu les guitares il a de suite parlé musique avec lui. Pour Eric lui-même passionné et pianiste dans des orchestres de bal l’occasion était trop bonne ; ils jouent un peu ensemble chez JP et celui-ci appelle son vieux pote Dany, un retraité très occupé entre le tennis, le roller, la haute montagne et accessoirement la musique et voilà le revival qui prend forme. Compositions, répétitions, concerts dans des bars, des associations, à la fête de la Musique, le plus souvent à deux guitares, mais hier soir en trio.

20161209_193404

Et de mémoire d’habitués du Caillou on avait rarement vu une telle ambiance ici. Plus une table pour dîner depuis la veille, du monde dans le moindre interstice et une collaboration formidable du public. Les musiciens étaient un peu nerveux car le Caillou c’est pour certains un examen de passage tant la programmation n’y est pas faite de façon aléatoire. Le programme du trimestre à venir est époustouflant. Cet examen, un oral donc, ils l’ont parfaitement réussi et avec mention TB.

20161209_222930

En un an de pratique le duo/trio a pris une épaisseur certaine. Très marquée par le son chaleureux des guitares, JP Perkins à l’acoustique et Dany Ducasse à l’électrique (superbe Epiphone), la 6 cordes et la 12 cordes acoustiques, la signature musicale s’enrichit à nouveau du clavier d’Eric Grillard. De l’Angleterre , évocation de « Radio Caroline » à Valparaiso en passant par Austin Texas, l’Arizona et la Louisiane, El Paso… c’est un véritable road movie qui nous est offert. On y croise « Angela Sex », merveilleuse mélodie, « Chiquita », et bien d’autres. Textes en Anglais et en Français majoritairement avec de vrais histoires, de vraies choses à dire.

Musicalement l’accord des guitares est au top, les nappes de claviers rajoutant de la profondeur. De temps en temps les fulgurances improvisées de Dany à l’harmonica (ouf la touche jazz, les puristes sont sauvés) viennent secouer tout le monde. A propos, musiciens bordelais, attendez vous un jour à le voir surgir sur scène avec vous pour une intervention à l’harmo dont il a toujours un ou deux exemplaires dans la poche, il est coutumier du fait !

En rappel revoilà « Louisiana » à la grande joie d’Alain et Irène Piarou, les fondateurs d’Action Jazz, qui y séjournent tous les ans.

20161209_232932

rappel…une heure après !

Une anecdote hier soir, près d’une heure après la fin du concert, la salle encore bien pleine, tout le monde s’y trouvant bien, le groupe a repris les instruments pour interpréter à nouveau « Arizona » dans son dernier arrangement, pour le plus grand bonheur du public Encore une belle soirée de musique et de partage hier soir au Caillou avec le JP Perkins Revival.

 

A propos, un album est prévu au printemps, on en reparlera.

Concert de blues à distance ; Bordeaux, Montbéliard

par Philippe Desmond.

Aujourd’hui au Quartier libre la balance, le soundcheck, a des allures un peu particulières. Cet exercice est toujours un moment délicat, crucial pour la suite. Mais là il est encore plus compliqué, il s’agit de préparer un concert à distance. Ce soir ouvre le festival de blues de Montbéliard joliment nommé « Mon Baby Blues » et le collectif A4 y teste un nouveau moyen de faire de la musique par vidéo-conférence numérique. A 800 kilomètres de distance deux musiciens vont jouer ensemble ; Dany Ducasse à l’harmonica au Quartier Libre à Bordeaux et le guitariste de blues Marc Parisi à l’Atelier des Môles de Montbéliard. Prouesse technique certes mais pour quel résultat ?

Après une présentation en direct depuis Montbéliard et un hommage aux licenciés d’Alstom (Belfort est tout proche ) le « concert » commence. Pendant un quart d’heure Dany et Marc vont dialoguer sur des mesures bien classiques de blues ; le son n’est pas parfait, les images non plus avec la simple caméra d’un ordinateur portable mais l’émotion est là. On imagine ici à Bordeaux la salle pleine là-bas et le Quartier Libre est fasciné par cet exercice.

?

Dany en live et Marc Parisi à l’écran

Marc Parisi est lui un peu loin et un peu flou sur notre écran pour qu’on puisse apprécier ses grandes qualités de guitariste ; mais on les perçoit bien.

Un moment de partage insolite mais qui a nécessité maintes répétitions aussi bien musicales que techniques. Il y a encore des progrès à faire sur ce dernier point, questions de débits, de flux mais le résultat est prometteur. Bravo à Julian membre du collectif A4 et à Igor les deux responsables du Quartier Libre toujours à l’affût de la modernité et de l’innovation musicale et aux techniciens. A suivre donc.

20160909_211805

Un quart d’heure c’est un peu court mais le QL nous avait concocté une première partie et un concert de clôture.

Dany Ducasse forme avec JP Perkins le John Perkins Group Revival déjà évoqué dans ce blog. Mais le duo vient d’intégrer Oriane une toute jeune chanteuse qui n’a pas encore 17 ans et qui est très prometteuse. Elle étudie le chant avec Pauline Ducasse (rien à voir avec Dany) la formidable et énergique chanteuse du groupe Snawt un des lauréats en 2014 du Tremplin Action Jazz. Pour la première partie un set en duo avec Dany à la guitare et des reprises d’Amy Winehouse, le « Say it ain’t so » de Murray Head… Un joli succès.

?

?

Après le concert à distance un magnifique set du JPGR à deux puis avec Oriane sur deux magnifiques nouveaux titres de JP Perkins. Le répertoire s’est étoffé, plus du tout de reprise maintenant, que des créations originales.

?

?

On voyage toujours de l’Arizona au Mexique en passant par le Bayou, on évoque Radio Caroline pour des histoires toujours très bien écrites et mettant en valeur le duo de guitare qui sonne de façon étonnante ! Un retour de grande qualité pour ces deux musiciens qui en plus associent paternellement la jeune Oriane à leur travail.

20160909_222332

 

https://www.facebook.com/Collectif-A4-428462667348339/

Bossa, jazz, blues et balles jaunes…

par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc.

Quand on a plusieurs passions le fait de pouvoir les associer est un moment de bonheur. C’était le cas pour moi samedi soir, le club de tennis dont je suis dirigeant accueillant trois groupes de musiciens à l’occasion de la fête de la Musique d’Artigues-près-Bordeaux. Depuis très longtemps la commune organise cette manifestation le samedi le plus proche de la date officielle, celle de l’été et le club-house reçoit les formations plus acoustiques, loin de la grande scène très sonorisée du centre.

Trois groupes donc au programme mais d’abord plus de deux heures de prestation des élèves de l’école de musique municipale. Des débutants aux plus confirmés, des enfants aux adultes, des solistes à l’orchestre symphonique ou presque, du classique au blues en passant par du jazz et de la pop des dizaines de musiciens en devenir ont ainsi pu se produire sur la terrasse, la météo ayant subitement décidé de devenir agréable. Grande activité dans cette école et un beau mélange de générations et de styles.

Jazz Affair trio

13466156_521797194686109_1822315794068622443_n

Sous ce nom se cachent trois musiciens dont deux sont bien connus chez nous. Au chant la merveilleuse Marie Carrié toujours aussi gracieuse et délicate dans ses prestations.

13434836_521797294686099_3620313724605056711_n

A la guitare un maître du genre Yann Pénichou, son flegme et son talent.

13423775_521797351352760_1326067118914667284_n

Mais il y a une surprise en la personne du saxophoniste Renato d’Aiello Italien exilé à Londres, pilier du Ronnie Scott’s, la Mecque du jazz dans la capitale anglaise. Ami des deux précédents il est en France pour quelque temps et va ainsi nous faire profiter de son sax tenor qu’il maîtrise à merveille. Quel dommage que le public ne réalise pas la chance qu’il a d’avoir de tels musiciens pour lui, plus occupé à se restaurer ou se désaltérer…

13418821_521797161352779_7539187014173958939_n

Au programme des standards et de la Bossa Nova. Devant nous Stan Getz et João et Astrud Gilberto (en beaucoup moins monocorde!) pour notamment Corcovado et Samba de Una Nota. Beau duo de chants sur cette dernière merveille, Renato secondant Marie de sa belle voix grave susurrée. On connaît les qualités de guitariste de Yann, son sens de la mélodie et son élégance, on découvre le velouté au sax ténor de Renato d’Aiello. Un merveilleux moment – trop court, la programmation étant dense – pour démarrer cette belle soirée. Le trio joue pas mal dans le coin ces temps ci, profitez en.

Bordario

13428616_521889801343515_9193471181160526761_n

Tout autre style que ce trio, un cocktail de blues, de country, de jazz et de swing manouche ! Rien moins. Baptiste Dupeyron (g, ch, cb) Axel Delanis (harmo, g, ch), Boris Vaché (cb, g, ch) vont en trois mesures captiver le public enfin rassasié et désaltéré – ça c’est moins sûr – de leur prestation dynamique et enjouée. Trois excellents musiciens, polyvalents, Boris et Baptiste s’échangeant contrebasse et guitares capables à la fois de mettre de l’ambiance tout en produisant une qualité musicale de haut niveau. A la guitare ou à l’harmonica la maîtrise est là et au chant ça passe très bien aussi. Chaude ambiance nécessaire car la fraîcheur tombe sur la terrasse du club-house. D’ailleurs le dernier groupe va jouer à l’intérieur.

John Perkins Group

13427729_1199652016752440_8465759848077017079_n

On ne présente plus ces deux musiciens déjà chroniqués dans ce blog, rappelons simplement qu’après une parenthèse de plus de quarante ans, John Perkins (g, ch) et Dany Ducasse (g, harmo) ont décidé de rejouer ensemble l’année dernière! En prélude est invitée une toute jeune chanteuse, Oriane Fradet, quasi-débutante mais prometteuse pour un titre d’Amy Winehouse. Sympas les anciens !

13466012_1199651956752446_9004531682190666425_n

Le répertoire, du blues rock avec quelques reprises, de moins en moins, et des compositions originales, de plus en plus. Toujours cette belle atmosphère dégagée par les deux guitaristes, pleine d’émotion, de nostalgie, de voyages, avec des sons de guitares profonds et harmonieux ; ah la 12 cordes ! Plus de deux heures de concert – eh oui ils jouaient en dernier et en ont bien profité et nous aussi donc – devant un public nombreux – c’était plein – et sous le charme qui ne voulait pas les laisser partir !

Il est bien plus qu’Around Midnight et le club-house est noyé de notes depuis près de sept heures ! Alors il est temps, comme tout bénévole dans ce type d’événement, de tout remettre en ordre ! Une belle soirée, loin du foot.

Émotion et feeling avec le blues rock de JP Perkins

par Philippe Desmond, photos Daniel Vaquero.

12938147_523106151195749_5556573143062851815_n

En septembre dernier nous avions assisté à la renaissance du bien nommé John Perkins Group Revival lors d’un concert en trio très émouvant à Gradignan (chronique du 27/09/2015) pas du jazz mais une musique cousine, du blues rock. Ce soir nous nous retrouvons dans cette même ville, pas par hasard, Dany Ducasse le guitariste du groupe y habitant depuis toujours et dans un lieu qui lui est familier, le club-house du Tennis Club. Soirée privée réservée aux membres du club et à quelques amis privilégiés comme moi.

10399572_523105687862462_1746070646048584958_n

JP Perkins et Dany jouent en duo ; deux guitares, chant pour le premier et harmonica pour le second, une configuration idéale pour ce genre de soirée et pour leur répertoire fait en majorité de compositions originales de JP.

11223475_523105561195808_5344025617347258871_n

Mais on commence par une petite surprise car en introduction le duo invite et accompagne la jeune Oriane, la fille du gérant du lieu, qui nous chante magnifiquement « Hit the Road Jack » ; de belles promesses dans cette voix.

12809722_523105594529138_7999268554387980631_n

Les reprises ne sont pas délaissées, comme « Stand By Me », une magnifique version de « Lady Jane » des Stones, « Paint it Black », « Have You Ever Seen The Rain » de Creedence Clearwater Revival… Les arrangements à deux guitares sans rythmique sont impeccables, le plus souvent Dany et son bijou d’Epiphone électrique, mais aussi une 12 cordes aux superbes harmonies et JP avec une guitare acoustique amplifiée. Le son est parfait et ils bénéficient même d’un éclairage les mettant bien en valeur.

Le groupe a répété tout l’hiver – en configuration jusqu’à 5 musiciens – et cela s’entend, les deux vieux compères ont retrouvé leurs réflexes.

 

La seconde partie est réservée aux compositions originales de JP, en anglais ou en français avec toujours une histoire à raconter « Radio Caroline » la fameuse radio pirate, la pulpeuse « Angela Sex », « Arizona », « Chiquita » la Mexicaine qui veut franchir le mur vers les USA, « Tony Joe », « Just Sixteen » ou des textes plus personnels comme « Je reviendrai », « la 7ième Vague », « Je viens de loin » une chronique sans concession sur son ancienne vie dans le show-bizz. On est sur des tempos medley, le son des guitares est profond, la voix est chargée d’émotion et l’harmo plein de feeling. Le public se régale, chante et tape dans les mains ; là il y a des progrès à faire, on tape sur le 2 et le 4 pas sur le 1 et le 3 !

Belle initiative du club de tennis de Gradignan pour une soirée musicale et gourmande réussie.

Le duo sera vendredi prochain au Born to be Wine le bar à vin de Gradignan, n’hésitez pas à y aller. D’autres dates vont suivre car le JP Perkins Group Revival est revenu au top.