Concert de Soutien à FIP Bordeaux

par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc.

Le Rocher, mardi 3 octobre 2017.

Vous le savez certainement les trois locales de FIP, celles de Nantes, Strasbourg et Bordeaux/Arcachon sont menacées car remises en question par le PDG de Radio France Mathieu Gallet. Le dossier est très avancé et la fin annoncée très proche paraît-il. Économies. Pourtant une goutte d’eau dans la galaxie Radio France, car une locale c’est 7 ou 8 personnes et la moitié en équivalent temps plein. Par contre pas de reclassement prévu pour ces personnes… Idem à Nantes et Strasbourg les deux autres locales rescapées des précédentes purges.

17155099-21685666

Certes FIP continuerait à diffuser sa bande son mais comme le déclare la pétillante animatrice Stéphanie

TDBK0097

puis Patrick Duval dans son mot d’accueil « chez lui » au Rocher de Palmer, devant une 650 pleine, finies les annonces locales si importantes pour la vie culturelle : les concerts, les expositions, le cirque, le théâtre, le court métrage, les pestacles pour enfants, les rencontres littéraires, les conférences, les « petits » festivals, tous ces événements qui ainsi ne passent pas inaperçus.

TDBK0041-Modifier

Souvent ces spectacles ou événements annoncés n’ont pas accès au grands médias ils trouvaient là un relais important.

Ces radios FIP créées il y a plus de 40 ans ont déjà subi trois attaques, la première en 1986 comme le rappelle Patrick Balbastre, ancien de Radio France.

TDBK0104

A cette époque à Bordeaux nous avions FIB, il y avait FIL à Lyon, FIM à Marseille et aussi d’autres, FIP étant uniquement à Paris ; le FI voulant dire France Inter, la troisième lettre correspondant à la ville. Devant le mécontentement des auditeurs les radios avaient subsisté mais sous le seul nom de FIP et avaient tout de même gardé leurs antennes et ainsi leurs annonces locales. La dernière attaque date de 2000, époque où FIP Lille a été supprimée comme le précise Jean-Gabriel Guichard du comité de soutien.

TDBK0091-Modifier

Et voilà que ça recommence au moment où cette radio vient d’être déclarée la meilleure du monde par Jack Dorsey le PDG de Twitter. Les présidents de la Région, du Département, de la Métropole, de gauche et de droite, solidaires de FIP,  ont écrit à ce sujet au PDG de radio France sans résultat pour le moment.

FIP est un joyau, combien de découvertes avons nous faites en l’écoutant.  Ma discothèque est pleine de disques puis de CD entendus sur FIP pour la première fois. Je me souviens au début où il fallait téléphoner pour connaître le titre, notant l’heure dans la voiture et appelant le soir ou le lendemain ! Puis le portable permettant d’appeler immédiatement, puis les playlists sur le net jusqu’aux autoradios indiquant maintenant le titre en direct. Combien d’entre nous on téléphoné au 05 56 24 13 13 pour essayer de gagner une place pour un concert à Eysines, au Fémina ou ailleurs ou encore pour gratter un album à l’œil. Je me souviens avoir gagné plusieurs fois. La musique certes mais aussi les annonces.

Ces annonces ce sont les jolies voix des Fipettes qui nous les prodiguent et ce soir elles sont là révélant ainsi – enfin – au public leurs personnes, leurs visages, comme Zorro qui enlève son masque. C’est que la situation est grave.

Les amateurs de la radio se sont déplacés et après l’inquiétude de voir arriver le public au compte goutte c’est la satisfaction de constater la 650 pleine. FIP c’est avant tout la musique et peu de paroles alors va pour peu de discours et beaucoup de musique(s) ce soir.

TDBK0086

FIP c’est tout, le jazz, le classique, la chanson, la pop, les musiques du monde… tout on vous dit mais de qualité, alors ce soir l’échantillon proposé est éclectique et de grande valeur.

Du jazz avec Edmond Bilal Band le quartet de bordelais bien connu d’Action Jazz car vainqueur du Tremplin 2013. Prestation courte de 20 minutes comme les autres mais dense et sans round d’observation. Les excellents Paul Robert au sax, Mathias Monseigne à la basse, Simon Chivallon aux claviers et un époustouflant Curtis Efoua à la batterie. Une musique inventive, dynamique et moderne, une découverte pour beaucoup une confirmation pour nous. Ecoutez leur dernier opus sorti en mai dernier « Starouarz » vous verrez.

TDBK0052-Modifier

Changement radical avec Las Hermanas Caronni, deux sœurs jumelles argentines venant de Rosario, mais vivant à Bordeaux depuis plusieurs années et fidèles auditrices de FIP comme elle nous le révèlent. Laura au violoncelle et Gianna aux clarinettes, les deux chantant. Un moment de grâce d’une beauté dépouillée magnifique et si musicale mais bien trop court – j’ai déjà eu la chance de les voir lors d’un vrai concert, merveilleux, ne vous en privez pas à l’occasion – Pleines de fraîcheur et d’humour en plus, comme Gianna qui nous déclare pendant que Laura s’accorde que celle-ci a accouché sous FIP. Style indéfinissable mais à quoi bon, du jazz, du tango, de la chanson, une touche de classique, FIP à elles deux. Une 650 bouche bée sous le charme ; moi quand je les vois et les entends, c’est simple, je tombe amoureux des deux à la fois.

TDBK0100-Modifier

FIP sans musique du monde n’est pas FIP nous voilà partis dans les Balkans avec la Cie Mohein et ses 8 musiciens « seulement », la chanteuse n’étant pas là.

TDBK0142

Autour du cymbalum – un piano sans clavier en quelque sorte – au son si caractéristique, trois violons endiablés, la clarinette de Nicolas Lascombes, une guitare, une contrebasse et des percussions.

TDBK0138-Modifier

Ça virevolte, ça balance, le public finissant debout. Musique aux sons parfois tristes et pourtant si gaie, musique d’émotions, pour mariages et enterrements comme on le dit pour elle.

TDBK0171-Modifier

Tout les musiciens viennent saluer rejoints par les Fipettes, les applaudissements de la salle debout sont scandés, c’est émouvant et rappelons nous, seules sont perdues d’avance les batailles qu’on ne livre pas.

TDBK0174

Sauvons les locales de FIP, signez la pétition !

22196075_10214430428941235_352117407079651140_n

Les six Fipettes (Photo Dom Imonk)

lien pétition : https://www.change.org/p/pr%C3%A9servez-et-d%C3%A9veloppez-fip-la-p%C3%A9pite-%C3%A9clectique-de-radio-france

contact : fipbordeauxarcachonendanger@gmail.com

 

 

Youpi (quartet) ! C’est jeudi du jazz à Créon !

par Philippe Desmond, photos Jean-Pierre Furt

Créon le 13 avril 2017

Youpi ! Les vacances scolaires de printemps arrivent – on ne dit plus vacances de Pâques depuis quelque temps pour ne choquer personne ! – et avec elles une soirée des « Jeudis du jazz » à Créon, deuxième youpi ! Facile à retenir, tous les jeudis veilles de vacances intermédiaires.

Youpi ! Il y a encore une dégustation de vin, le château Castelneau de Saint-Léon, un bordeaux blanc et rouge bien agréable.

Bon j’arrête avec les « youpi », parlons plutôt du groupe qui va jouer ce soir : Youpi Quartet !

IMGP4129

Quatre musiciens qu’Action Jazz connaît bien et apprécie. L’ossature, les créateurs du projet sont Emilie Calmé superbe flûtiste et Laurent Maur remarquable harmoniciste qui nous font de temps en temps le plaisir de revenir jouer dans la région entre deux tournées en Chine, en Corée, en Mongolie et même aux USA ; deux artistes internationaux, comme l’ignorent la plupart du public présent ce soir. Le public ici se moque des étiquettes, des références, il vient par curiosité et pour l’ambiance très bon enfant et conviviale qui règne, et en confiance tant la programmation est toujours à la hauteur. Et en plus il écoute, et drôlement attentivement même, c’est à souligner.

IMGP4139

Duo insolite pour une formation qualifiée de jazz – c’en est, je confirme – et augmenté d’une rythmique hors pair composée d’Ouriel Ellert à la basse électrique et Curtis Efoua à la batterie. Ces deux compères aux références de très grande qualité sont présents dans de nombreux autres projets, tapez leur nom sur le blog et vous en aurez la confirmation.

Assis à une table de musiciens dont de nombreux créonnais – la ville de Créon les attire visiblement – assiette charcuterie/fromage avalée et bouteille(s) de Castelneau débouchée(s) je sens qu’on va passer une bonne soirée.

Sur la scène baignée de rouge – la lumière pas le vin ! – le quartet installe de suite son univers car il en a un, original et chaleureux. Toujours insolite même pour une oreille habituée que ce duo harmonica chromatique et flûte ; ou plutôt flûtes : traversière alto ou basse et bansuri, flûte indienne en bois. Toujours insolite le contraste entre ces instruments plutôt délicats et la rythmique puissante qui assure une belle assise à l’édifice.

IMGP4167

D’un titre à l’autre, ou dans une même composition, on passe d’une ambiance planante à un déferlement d’énergie avec toujours la présence mélodique des deux duettistes, à l’unisson ou en solo. Le timbre de l’harmo rappelle souvent l’accordéon ou plutôt le bandonéon. La maîtrise de Laurent Maur est absolue et il tire de ce petit instrument, finalement assez simpliste, une variété inouïe de sons. Il reçut en son temps les encouragements du regretté Toots Thielemans et a obtenu de nombreux prix, c’est un grand de cet instrument.

IMGP4185

Emilie Calmé varie les effets avec ses trois flûtes le bansuri n’étant pas le moins intéressant avec ce feutré du bois. Elle tisse des climats voyageurs et nous emporte loin avec l’utilisation d’effets électroniques aériens. Les improvisations s’étirent, le dialogue s’installe avec Laurent, on se complète, on se soutient, on s’échappe. C’est tout simplement magnifique.

La rythmique toujours très présente dynamise – et parfois dynamite – le tout avec puissance et précision. Ouriel Ellert n’en rajoute pas et il utilise sa basse très souvent de façon mélodique prenant des chorus sensibles.

IMGP4183

Curtis Efoua dans cet univers souvent délicat trouve parfaitement sa place et ses fulgurances tombent toujours juste ; il est un régal à entendre et aussi à voir.

IMGP4158

Le répertoire est fait surtout de compositions de chacun des membres auxquelles s’ajoutent un titre de Julien Lourau « Ginger Bread » ou encore « la Cambiada » de l’Argentin Gerardo di Giusto. « Blagal Bolero » reste mon titre préféré avec ses nappes de flûte électro étonnantes et une énergie rythmique détonante ; j’ai donc de la chance car c’est ce titre qu’ils reprennent en rappel. Youpi !

Voilà c’est fini, on a bien passé une bonne soirée, excellente même. Emilie et Laurent en trente secondes ont rangé leur petit matériel – malins tous les deux d’avoir choisi ces instruments –  rendant jaloux mon voisin de table contrebassiste…

Merci à Carlina Cavadore, à Serge Moulinier et toute leur équipe de bénévoles de l’association Larural et rendez-vous en octobre pour la 9ème saison des « Jeudis du jazz ». Mais avant toute cette belle équipe sera sur le pont pour le « Chapitoscope » un très bel événement multiculturel, du 10 au 14 mai prochain !

 

Prochains concerts de Youpi Quartet :

14 avril  Caillou du jardin botanique
Esplanade Linné, Bordeaux
réservations: 06 85 99 32 42

15 avril   Quartier Libre
30 rue des vignes, Bordeaux
infos: 06 25 80 60 53

16 avril Central do brasil
6 rue du port, Bordeaux
réservations: 05 56 92 38 67

20 avril  Lucifer
35 rue de Pessac, Bordeaux

22 avril Tremplin de l’umj

19 Rue des Frigos, Paris 13ème (14H00-14h30)

Album en pré-vente sur : https://www.youpiquartet.com/

http://www.festivalchapitoscope.com/