Christophe Dal Sasso/Sylvain Ghio : DaoElectro

Texte et photos Philippe Desmond.

Le Comptoir Ephémère, Bordeaux, jeudi 5 octobre 2017. 

Ce qui est intéressant dans la musique et notamment dans le jazz c’est que rien n’est jamais figé, il reste toujours des pistes à explorer ce dont certains ne se privent pas. Christophe Dal Sasso en fait partie, toujours une idée nouvelle en tête. Après son adaptation en big band de « A Love Supreme » de John Coltrane vue au Rocher de Palmer (voir Blog Bleu du 29 mars 2015, lien en fin d’article) il a créé et composé le projet « Les Nébuleuses » en associant un trio à cordes à un quintet de jazz. Pourquoi pas.

DSC01523

Ce soir, avec son compère lui aussi varois, le batteur, au physique de 2ème ligne, Sylvain Ghio (prononcer Guio), il va nous faire voyager dans le cosmos avec son tout nouveau projet « DaoElectro ». Dans le Comptoir Ephémère pas beaucoup de voyageurs courageux pour embarquer dans le vaisseau alors qu’ils étaient si nombreux la veille pour parcourir le monde avec Ceïba… Les absents, comme souvent, ont eu tort. Il est vrai que le jeudi soir ça joue partout.

DSC01542

Pour cette soirée le duo a invité Laurent Agnès – Julien Alour normalement – bien connu dans nos contrées et désormais trompettiste de Post Image ; entre autres. Laurent découvre la musique et joue en lisant quasiment sans répétition, une prouesse.

DSC01548

Comme son nom l’indique le projet repose beaucoup sur des machines électroniques, claviers, pads, pédales d’effets, tout ce que la technique offre maintenant ; sacrilège ? Non, Bach et Mozart ou Jelly Roll Morton joueraient probablement du synthé maintenant et ajouteraient des loops à leur musique.

Pour autant ce que j’ai trouvé central dans cette musique c’est le rôle du batteur, lui seul jouant avec un son naturel. Tout tourne autour d’une rythmique nerveuse, répétitive, allant jusqu’à la transe. Les nappes électros proposées par Christophe Dal Sasso contrebalancent une énergie de percussion inouïe, la trompette de Laurent et les flûtes venant poser des mélodies ou des diversions sur cet ensemble. Parfois à la limite du free, souvent dans des développements mélodieux et toujours cette rythmique enivrante. Musique electro mais sans cette froideur souvent présente.

DSC01540

Le drumming à la fois lourd et fin de Sylvain Ghio rappelle celui d’Elvin Jones – tiens revoilà Coltrane – il joue du tambour, très souvent avec les mailloches qu’il utilise un peu à contre-emploi percutant ses peaux et les cymbales sauvagement avec ;  il faut voir dans quel état elles finissent, totalement échevelées.

DSC01526

Le premier morceau à ce titre a été édifiant, il relatait le décollage de la fusée vers le cosmos, une explosion d’énergie, un orage de percussions.

Trompette souvent en sourdine aiguë, parfois avec des effets surprenants, les flûtes variées, traversière, de Chine, de Lettonie, gardant elles leurs sons naturels Christophe, très affairé, en jouant avec toujours un œil et un doigt sur ses machines pour en gérer les effets insolites, tantôt planants, tantôt violents.

DSC01545

DSC01546

Belle interaction entre les musiciens, Sylvain Ghio quand il n’a pas décollé pris par sa musique, fixant Christophe pour capter les infos. Bravo encore à Laurent Agnès qui a su entrer si vite dans ces compositions d’avant-garde.

DSC01539

« Light Star », « New Star », « Planète Rouge »… nous sommes bien dans un autre univers. Vers la fin on vient se poser du côté de la Bretagne paraît-il avec un titre en forme de ronde dont la mélodie vous reste en tête ; c’est cela que j’ai aimé, ces audaces qui n’oublient pas la musique, ces expérimentations qui restent accessibles.

DSC01552

Rien d’étonnant, Christophe Dal Sasso est un excellent arrangeur il a d’ailleurs électronisé le « Juba Juba » de Yusef Lateef – avec qui il a eu le bonheur de  jouer nous précise-t-il – Sylvain y martyrisant ses mailloches et le tom basse de la batterie prêtée par  Philippe Gaubert ; elle a tenu. Elle a tenu même après un extraordinaire solo hors sol – normal on est dans l’espace – où un Sylvain totalement habité a confirmé son talent reconnu pas les nombreux grands jazzmen avec qui il a collaboré. Epoustouflant.

DSC01556

Une belle découverte que ce DaoElectro qui nous fait sortir des sentiers battus sans pour autant la crainte de se perdre.

https://www.facebook.com/DaoElectro-1693934134238155/

http://blog.actionjazz.fr/le-big-bang-du-dal-sasso-belmondo-big-band/

 

 

Ouverture du Comptoir Éphémère

par Philippe Desmond, photos Philippe Marzat.

Bordeaux, mercredi 4 octobre 2017

Un endroit quasi historique

Le Comptoir du Jazz a une longue histoire. Créé en 1997 en même temps que le restaurant mitoyen « Le Port de la Lune » par Michel Daroque – et sa moustache à la Dali – il a vécu après la vente par ce dernier en 2011 des moments compliqués et pas toujours glorieux, notamment une fermeture pour mauvaise gestion, ce qui est un euphémisme… Musicalement par contre il a connu des nuées de soirées remarquables et des moments inoubliables de jazz et de blues.

Il y a deux ans suite à une prise de contrôle par des personnes proches du monde du Rugby bordelais, le Comptoir avait essayé de changer de nom pour « le Club-House », dénomination qui n’a guère convaincu, la communication se faisant toujours avec ce nom suivi de « ex Comptoir du Jazz » et la mayonnaise sport/musique n’a jamais vraiment pris malgré une programmation régulière de qualité.

En mai dernier l’affaire étant disponible Benoît Lamarque et sa société Arcadia Ego, déjà gérants du Caillou, ont décidé d’investir le lieu pour le relancer. De nouveaux noms ont été évoqués dont « le Pastorius » en hommage à Jaco, ou encore « l’Abattoir » en référence aux anciennes installations voisines ; mais avouez qu’envoyer des musiciens à l’Abattoir aurait pu être mal pris par ceux-ci ! Finalement au regard du passé du lieu, de sa notoriété et des habitudes des Bordelais il a été décidé de garder le nom « Comptoir » en y ajoutant le qualificatif « Moderne ».

Vers la démolition du lieu

A Action Jazz, un peu au courant de l’affaire, nous en étions restés à cette dénomination jusqu’à que commence à poindre de la communication avec « Le Comptoir Ephémère ». On a compris de suite. L’établissement se trouve dans un quartier en pleine transformation urbaine et allait en faire les frais. Effectivement en juillet Benoît Lamarque a appris par le propriétaire des murs que le lieu était voué à démolition, l’obligeant à réduire ses projets à la baisse. Ceci a d’ailleurs créé une polémique assez vive entre différents acteurs dans laquelle nous n’avons pas à nous immiscer, notre rôle étant seulement d’informer le public jazz sur les lieux où il peut vivre sa passion.

_DSC3448_GF

En présence de Fabien Robert adjoint à la culture de la ville de Bordeaux, et devant un nombreux public, le mercredi 4 octobre a donc vu la (re)naissance du « Comptoir Éphémère » et cela pour une durée indéterminée allant de un à deux ans. Alors autant en profiter pour vivre intensément ces mois restants.

_DSC3446_GF

Une exposition des superbes photos de Thierry Dubuc accueille les visiteurs qui découvrent aussi la nouvelle décoration.

_DSC3354_GF

Fini les cadres avec les maillots de rugby tout avachis, place à une déco plus sobre et élégante, des boiseries rouges et noires, des écrans vidéo, une nouvelle sono, un bar réaménagé et surtout une nouvelle scène ! Celle-ci était jusque là engoncée entre un mur et un énorme poteau, ressemblant plus à un tunnel dans lequel s’entassaient les musiciens ; le simple fait d’y avoir ajouté une avancée l’a métamorphosée. On se demande comment cette solution n’avait pas été trouvée avant.

_DSC3352_GF_1_GF

La programmation du lieu devrait être plus éclectique gardant sa forte couleur jazz mais avec aussi de la chanson, de la danse, du cabaret et cela du mercredi au dimanche. Musique du monde aussi notamment pour cette soirée inaugurale avec Ceïba présentant son nouvel album « Tout Va ». Voir sur le Blog Bleu du 29 septembre le compte-rendu du concert au Rocher.

_DSC4040_GF

Alors pour une fin heureuse il faut donc profiter de ces dernières heures du « Comptoir » qui disparaîtra sous les coups de bulldozer d’ici peu. Quand ? Nul ne le sait !

https://comptoirephemere-bordeaux.com/

Galerie photos d’Alain Pelletier :

AP_ceiba-1020176AP_ceiba-1020193AP_ceiba-1020260AP_ceiba-1020265

Le Tom Ibarra group épate le Club-House

par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc.

samedi 17 décembre 2016, le Club-House (Bordeaux)

l1000470-modifier

Riche semaine musicale à Bordeaux et ses environs – le blog en a relaté certains événements – avant une petite pause pour les fêtes. Pour nous à Action Jazz c’est la fête toute l’année tant la diversité et la qualité de la programmation sont régulières, quand on privilégie le talent des musiciens par rapport au star système. Lui en fera peut-être partie un jour même si ce n’est pas forcément cela qu’il vise, mais il a tous les atouts en main pour y arriver. Du talent, de la créativité, car il compose, de plus en plus de présence sur scène, déjà quelques jeunes groupies sous son charme, car il en a le bougre. Lui c’est Tom Ibarra. Lui et eux, car sans ses trois excellents compères il ne serait pas sur cette pente ascendante.

tdbh1148-modifier

Le plus ancien, présent depuis ses débuts tout jeune sur scène, Jean-Marie Morin remarquable bassiste, Christophe de Miras aux claviers qui se révèle de concerts en concerts et l’autre jeunot de l’équipe qui lui aussi commence à embuer les yeux des jeunes filles le tonitruant batteur Pierre Lucbert qui a rejoint Tom au printemps ; la meilleure nouvelle de l’année.

Ce qui est rafraîchissant quand j’assiste à leurs concerts c’est que très vite j’ai le même âge qu’eux ce que ne me confirmaient pourtant pas les miroirs du Club-House hier soir. Plus sérieusement à un moment où le public du jazz, parents et alliés, a une fâcheuse tendance à grisonner l’arrivée de jeunes talents – le blog vous en présente d’autres régulièrement – fait un grand bien, car ils attirent un public plus jeune comme hier soir. Public nombreux en plus et ça aussi c’est une bonne nouvelle et pas forcément là par hasard le groupe commençant à avoir une certaine notoriété ; et vu le succès ça devrait faire boule de neige.

Action Jazz vous l’avez compris a un petit faible pour le Tom Ibarra group et ne rate pas ses prestations ce qui lui permet à chaque fois de constater les progrès et les nouvelles prises de risque. C’était le cas hier sur un répertoire qui est parfaitement rodé et qui permet d’aller plus loin dans les improvisations. Sur cette scène foutraque du Club-House, le bassiste et le batteur surtout étant repoussés quasiment backstage, ils s’en sont livrés à cœur joie. Circulant pas mal parmi l’assistance j’ai pu mesurer son étonnement de découvrir un tel niveau.

Tom Ibarra développe et étire ses chorus vers des sommets et, au delà de la grande technique qu’il possède depuis longtemps, il commence à vraiment transmettre son émotion avec sa belle Ibañez ; avant il ne jouait pas autant les yeux fermés, pénétré par sa musique, il a franchi un pas et ce n’est pas fini. Il travaille dur pour cela au CMDL (l’école Didier Lockwood) et un seul trimestre passé là-bas fait déjà son effet.

tdbh1255-modifier

Jean-Marie Morin est d’un soutien essentiel à cette musique – à qui on va coller l’étiquette jazz fusion pour simplifier – et en rythmique, en slap ou lors de ses chorus il est indispensable avec sa basse sur mesure, fabriquée par le luthier périgourdin Baptiste Vergnaud.

tdbh1188-modifier

Christophe de Miras a intégré le groupe il y a un an et a vraiment trouvé sa place. Toujours avec le sourire, il se lance désormais dans des chorus pleins de verve et de groove ; du fait de la disposition particulière de la scène il était hier soir en pôle position et ainsi très exposé. Il a drôlement assuré.

tdbh1189-modifier

Caché au fond dans la remise, Pierre Lucbert n’a pas eu besoin de forcer son talent pour malgré tout se faire remarquer. Son jeu est époustouflant, d’une grande richesse rythmique, frappe sèche, précise et groove fabuleux sont ses signatures. Tout ça avec une aisance apparente que seul un gros travail autorise. Lui aussi a un bel avenir, une fois terminées ses études au CNR de Bordeaux.

tdbh1143-modifier

Pour le répertoire il est à peu de choses près le même que lors du concert de mai au Caillou chroniqué par Dom Imonk et auquel je vous renvoie, c’est la façon de traiter les choses qui a été différente, encore un cran au dessus. http://blog.actionjazz.fr/tom-ibarra-quartet-au-caillou-le-280516/

Ces musiciens jouent le plus sérieusement du monde mais ne se prennent pas au sérieux, pleins de fraîcheur et d’humilité aussi et ça à souligner. Témoin ce rappel commencé par à un tribute to … Tino Rossi et son « Petit Papa Noël » avant de lâcher la bride des rennes et de faire débouler le traîneau à 200 à l’heure !

Longtemps que le Club House n’avait pas bougé comme hier soir !

Woods au Comptoir du Jazz

Par Philippe Desmond.

Deux fois n’est pas coutume, après le John Perkins Revival récemment chroniqué, on va parler de rock et de blues, peut-être pas du jazz mais par contre de l’action.

« J’ai un pote qui joue samedi au Comptoir du Jazz, vous venez ? » « C’est qui, c’est quoi ? » « Du rock-folk-blues, c’est bien ». Passer une soirée en bande avec des amis quelle que soit la musique c’est toujours un plaisir, alors OK miss on vient. On a drôlement bien fait !

Le Comptoir est un peu désert à l’heure prévue du début de concert, 21 heures un samedi soir c’est tôt, d’ailleurs ça ne commencera qu’après 22 h mais ce soir on a le temps, une heure de plus nous tombe du ciel. La scène est prête et déjà nous met la puce à l’oreille, les guitares sont alignées, on dirait un show-room de chez Fender et Gibson, pas des copies, des vraies.

?

?

Les musiciens arrivent, pas des copies, des vrais avec le look qui va bien, trois gaillards bien mûrs aux barbes et cheveux  gris – très longs pour certains – qui trahissent leur génération. Ils se servent dans le show-room, une Precision Bass, une Mustang et une Les Paul. Derrière – et oui loin derrière, au Comptoir sur cette scène foutraque le batteur est toujours relégué au fin fond – c’est un tout jeune qui s’installe aux baguettes ; il est loin mais va se faire entendre…

Et en ce mois d’octobre 2015 où on célèbre « Retour vers le Futur » c’est ici aussi un voyage dans le temps qui commence, musical celui-là, période 65-75. Ce soir, en plus d’une heure on gagne 40 ou 50 ans.

Ça part en douceur avec notamment « Heart of Gold » de Neil Young. Urban Chad le guitariste chanteur de sa haute stature domine son sujet, belle présence, voix puissante de rocker, ça le fait.

Mais de suite on sent que le lead guitar a des fourmis dans les mains. Eric Rey – le pote de la pote – va s’avérer un redoutable guitariste, pas du type « t’as vu comment je joue vite » mais capable à la fois de musicalité et d’intensité dans ses chorus, un régal toute la soirée. Il me dira qu’avec la rythmique qu’il a derrière il se promène.

20151024_221656

Ah ça oui, le bassiste Bill Ledresseur (joli nom), à la barbe ZZ Topienne, est un vrai métronome et fait honneur au « Precision » de sa basse ; ça tombe lourd mais  clair, précis, indispensable ; à la batterie Haze Francisco est monstrueux, il martèle sans excès mais avec à la fois justesse et énergie. Il est Philippin, trouvé sur internet dans une bourse aux musiciens et il est le seul pro du groupe. Et oui, les autres sont « amateurs » et ont un « vrai » métier car comme me dit Eric Rey « La seule façon de gagner de l’argent pour un musicien c’est de vendre ses instruments ». L’ensemble lui est très près pro et avec un super son, le projet existe depuis trois ans et a eu le temps de se roder même si Haze n’a rejoint le groupe que l’année dernière.

?

?

Entrecoupé de quelques très bonnes compositions qui figurent dans leur album « The Good Side of the Neck », vont défiler celles de John Martyn, des Byrds, de Neil Young (« Cortez the Killer ») de Joe Cocker (« Feelin’ Allright »), des Beatles (un « Come Together » musclé), de Creedence Clearwater Revival (« Proud Mary » et un « Born on the Bayou » étincelant), de Led Zep (le magnifique « Tangerine »). Pour finir en rappel avec les célébrissimes riffs de « Sunshine of your Love »  de Cream et de « Jumping Jack Flash » des Stones. Quand ils sont lancés tous les quatre avec les trois guitaristes en battle devant croyez-moi ça déménage et le public qui a fini par remplir à ras-bord le lieu ne s’y est pas trompé.

Allez voir Woods (ils sont sur FB) dont j’ai réussi à faire une chronique sans dire qu’ils envoyaient du bois… Ah je l’ai dit ?

20151025_004104-1

Bignol Swing … un remède à la mélancolie


Comptoir du jazz. 30/05 – Par Annie Robert

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le hasard fait parfois bien les choses…. Que faire pour terminer la soirée de départ de la solitaire du Figaro ? Musique ? Pourquoi pas… Comptoir du jazz ? Allons y….. Habillés de blancs, chaussures pointues, banane rockabilly, barbe de bûcheron canadien, ces quatre-là vous sautent aux yeux avec bonheur.Le Bignol swing envahissait hier soir la scène du Comptoir du jazz et ça sentait bon la danse et le rythme endiablé. Mélange heureux de jazz à la django, de déconnade, de rire et bonne musique, voilà un moment de plaisir que l’on ne peut refuser. Adieu les grognons, adieu le moral en berne, adieu la grisaille. Trois guitares agiles, qui alternent improvisations et pompes manouches frénétiques avec une belle virtuosité, et une contrebasse rieuse  composent ce quatuor de choc. Une amie accordéoniste vient  sur certains morceaux, rajouter ses  improvisations déliées à leur délire. Entre standards de jazz, clins d’oeils à l’Italie et à l’Espagne, petites chansons anciennes revisitées (Rina Ketty et son « j’attendrai toujours » hilarant ), pastiches et grosses bêtises, pas un instant d’ennui. Et en plus,ils chantent mais oui, en duo, en solo, à quatre voix harmonisées, de fort belle façon…c’est toujours gai, enjoué, amusant plein d’humour. Ils se définissent eux-mêmes comme «  du Polyphorire et mise en swing : une alchimie entre Django et les frères Jacques, entre les Inconnus et les Andrews Sisters (en hommes…). » D’ailleurs,on rit beaucoup et on danse aussi, le parquet du comptoir du jazz se remplit petit à petit de danseurs convaincus et heureux. Ca gigote du mollet, ça tournicote, ça virevolte, ça se dandine. On a des fourmis plein les pieds. Bien sûr les quatre compères ne vont pas révolutionner le monde du jazz, ce n’est sûrement pas leur but, mais la musique qu’ils proposent , est de la belle ouvrage, plus que simplement agréable, elle nous redore le moral, nous lisse les problèmes, nous rétablit le sourire, nous aère les neurones, bref fait corps avec la vie. Bon sang ce que ça fait du bien !! Courrez y vite si vous croisez leur chemin, ils sont à eux seuls un remède à la mélancolie.

Shekinah Gatto Septet au Comptoir du Jazz

Texte : Philippe Desmond. Photos : Thierry Dubuc (couleur) Alain Pelletier (NB)

TDBB4631

Aujourd’hui 30 avril c’est la Journée Internationale du Jazz créée par l’UNESCO – rien moins – en 2005. Vous me direz que chaque jour est une journée internationale de quelque chose, de la Femme aux Droits de l’Homme en passant par celle des toilettes, oui les WC, vérifiez c’est le 19 novembre.

Nous sommes Action Jazz pas Action WC (ça doit bien se trouver en supermarché) alors parlons de la journée du Jazz.

A Bordeaux plein événements, au Tunnel pour la clôture de la saison avec la Dream Factory, Roger Biwandu, Nolwenn Leizour, Hervé Saint-Guirons et ce soir les guitaristes Dave Blenkhorn et Yann Pénichou , superbe concert m’a-t-on dit, ou encore à Pena Copas y Compas  avec Taldea et un jazz influencé par l’Espagne et Pat Metheny autour de Jean Lassalette, Christophe Léon Schelstraete, Stéphane Mazurier, Nicolas Mirande, Jeff Mazurier et Thomas Lachaize ; excellent aussi m’a-t-on confié.

11204906_1632941803592018_2032072888941965304_n (1)

Il faut choisir ce sera donc au Comptoir du Jazz avec le septet de Sheki Gatto. Shekinah aux sax alto et soprano, à la flûte et au chant, Olivier Gatto à la contrebasse et à la direction musicale, Guillaume Nouaux à la batterie, Francis Fontès au piano, Mickaël Chevalier à la trompette, Sébastien Iep Arruti au trombone et Jean-Christophe Jacques aux sax ténor et soprano.

TDBB4552

Nous voilà donc au Comptoir du Jazz qui depuis quelques années n’avait plus guère que le comptoir, le jazz n’y trouvant plus le refuge traditionnel. Grâce à la nouvelle direction, à Benjamin Comba et Musik’Tour Production le jazz revit dans ce lieu emblématique.

TDBB4561

21h30 le quai de Paludate est encore calme et le Comptoir se remplit doucement. Un septet sur la scène foutraque du lieu avec en plus un piano à queue c’est quasiment une prouesse. Devant, la « cuivraille » et derrière la rythmique, Francis Fontès et son beau piano noir relégués au fond.

Ça démarre et ça va être un festival ! « Song from the underground railroad » de Coltrane permet au septet de s’échauffer, pas encore de chorus, ça viendra après. « One day I’ll fly away » de Joe Sample amorce, comme le titre l’indique, le décollage.

Attachez vos ceintures, c’est parti avec « My favourite things » de Coltrane et une suite de chorus majestueux de chacun des membres du groupe. Shekinah à la flûte telle Eric Dolphy, Jean-Christophe et son soprano – une bête de course – à la place du Maître, « Mc Coy » Fontès impressionnant – rappelons que ce n’est pas son métier, il est radiologue ! -, « Elvin » Nouaux, un des batteurs les plus musicaux et créatifs que je connaisse et la colonne vertébrale du tout, Olivier Gatto particulièrement en verve. N’oublions pas Mickaël Chevalier et sa trompette à l’état brut, magnifique dans ses prises de risque et le surprenant trombone de Sébastien Arruti, spectaculaire et inspiré avec cet instrument si bizarre. La salle qui commence à bien se remplir est aux anges.

TDBB4554

« Wise One » encore de Coltrane – ne nous plaignons pas – puis comme un cheveu sur la soupe un titre qui enflamme la salle, le classique du jazz New Orleans « Second Line Break », Shekinah en profitant pour présenter en chantant les membres du groupe.

TDBB4639

Pause. L’occasion de bavarder et d’apprendre que relancer le jazz au Comptoir c’est dur. Des concerts prévus jusqu’à l’été sont annulés, le public n’est pas assez présent ; pourtant il l’était en nombre ce soir. Il y a deux semaines le Rocher était plein à craquer, et un mois avant même, pour Marcus Miller. Il l’était aussi pour Billy Cobham. Où sont ces gens ? Aiment-ils le jazz ou le star système ? Savent-ils que les musiciens de ce soir jouent de temps en temps avec les plus grands ou plus célèbres, savent-ils qu’ils ont sous la main des talents remarquables ? Savent-ils qu’ils se privent de grands moments ? Quel dommage.

TDBB4608

On repart pour le second set avec « I have a dream » d’Herbie Hancock. La soirée est aussi un hommage à Martin Luther King, à Malcom X, à Rosa Parks qui on fait avancer la société US ; et il reste du travail comme l’actualité nous le montre… Une expo photos dans le hall leur rend hommage. Toujours dans cet esprit une merveilleuse adaptation du « What’s going on » de Marvin Gaye et pour finir le magnifique « Theme for Malcom » de Donald Byrd ; un vrai bouquet final ! Les musiciens prennent du plaisir ça se voit, ça rayonne sur le public.

TDBB4605

C’est fini ! Même pas ! Une jam se met en place, Stéphane Seva, Lo Jay, une élève de Shekinah viennent chanter, Colin Smith flûtiste est là aussi ainsi que Jonathan Hedeline un élève d’Olivier Gatto à la contrebasse. On est bien.

TDBB4581

Merci M’sieurs dames c’était super, on reviendra. Quand … ?

Une heure du mat j’ai des frissons… de bonheur, je me sens rajeuni ; ça ne vas pas durer longtemps, je croise des hordes de jeunes essayant d’entrer dans les boîtes de nuit voisines, des bouteilles d’eau minérale remplies de boissons brutales à la main pour certains, des yeux déjà trop rouges pour d’autres, j’ai trois fois leur âge. Je ne les envie pourtant pas, ils ne vont certainement pas passer un aussi bon moment que moi ce soir. Ça viendra, je l’espère pour eux.

 

50 nuances de Blues

Par Philippe Desmond, photo Alain Pelletier

Lil’Ed & the Blues Imperials au Comptoir du jazz

©AP_liled-6173

Du blues ce soir, ça change un peu du jazz, ou pas… D’ailleurs l’organisation est celle de Jazz and Blues.

Le Comptoir du jazz est noir de monde, plutôt gris de monde car la moyenne d’âge est élevée même pour moi et mes bientôt 60 bougies… pas rassurant pour l’avenir, ça met un peu le blues…

On vient écouter et voir Li’l Ed and the Blues Imperials., le petit Edward Williams (1,60 m) et son orchestre. Du pur blues de Chicago dont le leader traine sur les scènes du monde entier depuis quarante ans. Il en aura soixante à la fin du mois.

Le petit bonhomme arrive avec sa guitare bien sûr, son haut tarbouche rouge pailleté – sa signature – une chemise rose, un gilet lui aussi pailleté mais multicolore lui couvrant son petit ventre rond. A ses côtés un guitariste grisonnant lui aussi tout de noir vêtu, ressemblant plus au père de la mariée qu’à un bluesman, un bassiste apparemment différent du titulaire du poste (blanc au lieu de noir) et un batteur certainement chevronné lui aussi vu son âge. Ce n’est pas Mamy blues mais plutôt Papys blues. Mais pour plagier Brassens, un peu notre bluesman français avec sa pompe à la guitare, le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est bon on est bon !

Du blues, du blues boogie, du blues rock tout va y passer, en trois accords on a compris qu’on a du lourd devant nous. Lil’Ed est une sacré super slide guitariste toujours le bottle neck à l’auriculaire ce qui lui donne un son typique et il est d’une exubérance redoutable ; un vrai clown ! Roulement des yeux, toutes dents dehors, le sourire ou le rire toujours présent, sans parler des attitudes ou des pas de danse. Il est génial ! Une corde casse, peu importe, il enchaîne un solo impressionnant et même un autre morceau avant d’aller la changer.

Il chante remarquablement bien en plus, d’une voix puissante mais claire. Quel artiste, à voir absolument en live, l’écoute sur CD y perd certainement tout le côté spectaculaire du show.  Il est secondé par Mike Garrett – le père de la mariée – impassible et au jeu précis qui au fil du set va prendre de l’importance. Un musicien magnifique. Derrière la rythmique assure sans fioritures mais solide au possible. Le son global est nickel.

Le public est aux anges, Lil’Ed sait l’utiliser mais sans exagérer malgré ses cabotinages dès qu’un photographe le cale dans son objectif. Sa compagne est au premier rang à côté de nous et il lui roule les yeux sans arrêt « I love pastry, I love coffee and sugar but I love my baby and my baby loves me ».

Si c’est ça le blues je veux bien l’avoir tous les soirs.