Evidence et Christophe Maroye autour de John Scofield

 

Texte et photos Philippe Desmond.

Il se trouve que j’ai vu John Scofield sans le savoir en 1976 aux arènes de Bayonne pour ce fameux concert déjà relaté dans le blog (lien en fin d’article) ; il « accompagnait » Billy Cobham et le regretté George Duke. C’était l’époque de Stratus et de Spectrum, il avait 25 ans, moi pas encore. C’était le plein essor du jazz rock porte d’entrée dans le jazz pour pas mal d’entre nous. Depuis, baptisé jazz fusion – en opposition au jazz infusion ? – ce genre s’est un peu éteint et ça fait plaisir que des musiciens encore bien jeunes – et pas nés à l’époque – s’intéressent à cette musique.

DSC02402

Aussi ne fallait-il pas rater cette soirée au Caillou ou le groupe Évidence du bassiste Shob accueillait, non pas John Scofield, mais Christophe Maroye dont la dernière Gazette Bleue vous parle en long en large et en travers. Aux claviers Xavier Duprat (entre autres le Mister X de Mister Tchang), à la batterie Simon Renault

DSC02400

Et bien croyez moi il y a des soirées comme ça, toutes simples, où on se prend un gros panard. Et encore ils sont restés raisonnables question décibels dans un Caillou bien plein ; on les entendait très bien quand même, merci mes bouchons d’oreilles parfois.

DSC02404

Du jazz-rock, du jazz ? Du rock ? Qu’importe ! Le plaisir d’une grosse rythmique avec un Simon Renault impeccable, un drumming d’une clarté limpide, chaque temps marqué avec précision et énergie, un vrai régal.

Bien sûr un Shob au sommet comme toujours, c’est dans le coin et au delà une vraie référence des grosses cordes, ça groove, ça funke, ça rocke ça donne envie de se mettre à la basse.

DSC02408

Déchaîné comme jamais aux claviers, prêt à exploser le piano numérique du Caillou, tantôt en son naturel parfois en son Fender-Rhodes , se levant pour triturer son clavier Nord et en sortir ces sons caractéristiques de ce type de musique, Xavier Duprat a visiblement lui aussi apprécié le concert.

DSC02399.JPG

Avec son originale guitare de luthier, une Pensa MK 90, Christophe Maroye a pris sans complexe – il en a largement les capacités – les habits de John Scofield. Là aussi une grande clarté de jeu, pas d’esbroufe, c’est un sacré guitariste qu’on a dans le coin sachez-le.

DSC02410

Répertoire complet avec notamment « Boogie Stupid » qui ne peut que vous faire bouger, l’explosif « I’ll take less », le sautillant « Hottentof », le style boucherie – dixit Christophe – de « Make Me » et d’autres.

DSC02421

Il y a avait le feu au Caillou hier soir, même en cuisine…

Set list :

DSC02432

https://www.actionjazz.fr/gazette-bleue-n25-novembre-2017/

Retour vers le futur : Bayonne 1976

 

:

Nowhere au Quartier libre le 09 mai 17

Par Dom Imonk

Nowhere Trio

Ce soir c’est quartier libre, permission de minuit accordée, enfin ! Moment tant attendu ! Nous voilà donc partis pour Nowhere… Pour nulle part ? Mais non ! Pour aller voir un concert de Nowhere au Quartier Libre, près des Capus’. Lieu que l’on retrouve à chaque fois avec un grand bonheur, car la musique programmée y est précieuse, et les tenants du site fiers, et ils peuvent l’être, de cette scène qu’ils ont su construire de date en date. Nowhere est un trio de jeunes pointures diablement affutées, combo rondement mené par le bassiste compositeur Ouriel Ellert, interviewé dans notre Gazette Bleue de Mai dernier (n° 22), à l’occasion de la sortie de son nouveau disque « On my way » (Klarthe/Harmonia Mundi), lui aussi chroniqué, à paraître sous peu. Il se produit donc en avant-première ce mardi soir, devant une salle pleine à craquer, reposée d’un long week-end, accompagné d’Anthony Jambon (guitares) et de Martin Wangermée (batterie, samples). Autant dire qu’il va faire plutôt chaud, quand on sait le pédigrée de nos trois garçons, et le nombre de lieux et de projets qui les animent, notamment sur Paris, dont la nuit frémit d’aise à les savoir programmés. Et l’ambiance sera d’autant plus chaude que les spectateurs sont, pour la plupart, des musiciens du conservatoire tout proche, qui captent à 200% ce qui se joue ici, habitués qu’ils sont des jams mémorables du mercredi soir, et même plus ! Avoir découvert « On my way » avant ce concert est certes un délicieux privilège, mais la cerise sur le gâteau, c’est la surprise du live. Étonnant de voir à quel point toutes ces compositions, nouvelles et presque sages pour certaines, se laissent déflorer par le mystère instantané de l’improvisation. Elles sont faites pour ça et s’ouvrent sans retenue vers la liberté, en s’offrant à des échappées, des solos et des breaks, hirsutes et modernes, sous l’œil réjoui du patron qui relance à tout va. Ainsi de vives interactions nouent sans relâche les élans de chacun. Le jeu fluide et cristallin d’Anthony Jambon – il y a du Bill Frisell chez lui – constamment à l’écoute, part dans des chorus riches et dont la densité peut s’acidifier, voire s’affermir si besoin. Nous reparlerons de lui car il vient de sortir lui aussi un disque, « Precious time » (Klarthe records), sur lequel on retrouve un autre acteur du concert, Martin Wangemée et son drumming impressionnant, qui instaure par moment une course aussi folle que du canyoning rock/pop, ou qu’un saut à l’élastique jazz/electro. De la dynamite dont Ouriel Ellert est visiblement friand, son jeu subtil, gambadeur et coloré s’y associant parfois en des pactes polyrythmiques époustouflants d’inventivité, créant carrément de la transe drum & bass mutante par moment, c’est fou ! Le 1° set nous avait déjà conquis, « Desert », « Feelings », « Five times four elements », quels titres ! Voici un 2° set qui poursuivra ses tentatives (très réussies) de nous séduire, la pèche de ce trio ! Le public exulte. Ouvert avec l’un des « tubes » de l’album, « Existence », dont le groove intérieur est irrésistible et le solo de batterie monstrueux à la fin (cf. le lien à la vidéo en fin d’article), voici le moment du « guest ». Ouriel Ellert invite un grand guitariste, qu’il avait eu comme prof au CIAM : Mr Christophe Maroye en personne. Devenu son ami, c’est un pilier incontournable de la scène régionale, un grand monsieur, aussi bien apprécié pour ses qualités humaines, que pour son ouverture artistique (photographe, vidéaste…). Il va ainsi nous gratifier de quelques passages somptueux à la guitare, en totale harmonie avec ses hôtes et dans le flow de la musique, devenue aérienne. On se délecte à l’écoute de son tout nouveau disque, « No turning back », paru il y a peu et dont le concert de lancement au CIAM a tout récemment été évoqué sur ce blog. N’oublions pas d’autres pépites jouées lors de ce set : « Wind », « Where you are » et « The endless expectation », chair de poule garantie ! Clair que ces deux sets nous ont tatoué le cœur, tant cette musique, belle et forte, crée de l’émotion. Rappelons la sortie le 2 juin du disque de Nowhere « On my way », et le release concert le 12 juin à l’Ermitage. Alors amis parisiens, vous savez ce qu’il vous reste à faire, Foncez- y !!

 

www.nowheretrio.com

www.klarthe.com

quartierlibrebordeaux.com

Vidéo de Nowhere « Existence » au Quartier Libre 09/05/2017

Lien à la Gazette bleue n° 22 de Mai 2017

Christophe Maroye : Release Party au CIAM

par Philippe Desmond, photos Jean-Maurice Chacun.

CIAM Bordeaux

Vendredi 5 mai 2017

Concert Release Party de l’album « No Turning Back » de Christophe Maroye hier soir au CIAM, la dynamique école de musiques – au pluriel – de Bordeaux. Action Jazz l’avait présenté en avant-première dans la Gazette Bleue #20 de janvier et il nous tardait de voir sa restitution sur scène. Très beau disque en effet, qui tranche de la production actuelle, instrumental aux climats variés il flirte avec pop, rock , blues et jazz. Un album où la guitare est reine, acoustique, électrique, avec ou sans effets.

Son dernier CD comme il dit avec humour car c’est surtout son premier, a été enregistré à trois mais là ils sont cinq, Christophe ne pouvant pas de dédoubler en live. Ainsi Didier Ottaviani est toujours aux baguettes et Hervé Saint-Guirons aux commandes de son orgue Mojo, accompagné de Leslie, sa fidèle cabine. Le trio est complété par Matthis Pascaud à la Fender Jazzmaster et la Lap Steel Guitar, Marc Vullo tenant la basse électrique.

Deux amplis par guitare, une grosse sono, des pédales d’effets partout, de quoi permettre à la musique de vous traverser les oreilles et tout le corps, on va s’en rendre compte de suite.

  1. Le premier titre est en effet la synthèse de ce tout que l’on va entendre, une atmosphère souvent aérienne malgré une forte rythmique, originale de surcroît avec l’utilisation de pads par Didier Ottaviani – pour une fois – et une mélodie simple.

On est de suite emporté par la profondeur de la musique. On pense au Floyd – surtout avec « Where We End » pourtant la guitare sonne plus comme celle de Mark Knopfler que de David Gilmour. Si j’en parle c’est que Christophe revendique l’influence du premier, il lui a d’ailleurs dédié un titre « #MK ».

Christophe est un sacré guitariste et il jongle avec ses guitares, citons les : Fender Statocaster et Telecaster, Gibson Les Paul et une originale Pensa MK 90 (du luthier de NYC Rudy Pensa) la guitare de devinez qui ; on vient d’en parler.

Guitariste mais pas guitar hero, pas de concours de vitesse, de démonstration technique sans émotion, mais des chorus ressentis et toujours mélodieux. L’usage sage et élégant des effets est à souligner et les dialogues avec la guitare de l’excellent Matthis Pascaud – récemment vu au Rocher avec Benoît Lugué – marquent la forte présence de cet instrument, c’est bien un album de guitariste comme va nous le confirmer la surprise finale.

Excellent compositeur aussi comme le prouvent les dix titres du CD auxquels on a droit ce soir. Une musique qui propose des climats, fait défiler les paysages. Du funk parfois comme « Disco Disco » du blues avec « NOLA Dreaming » où ce soir le rare lap steel de Matthis remplace le banjo de l’album.

L’occasion pour Hervé Saint-Guirons de s’éclater au Mojo, pas au mojito… On adore Hervé à l’orgue.

Dans l’ombre essayant de se cacher, mais souvent chambré avec fausse maladresse par Christophe et le running gag du « dernier album », se tapit Marc Vullo. Homme discret mais bassiste omniprésent il assoit la rythmique de façon magistrale ; indispensable.

Sur le dernier des dix titres, l’influence guitaresque est à son comble, Didier Ottaviani laissant ses baguettes pour une guitare acoustique dont les accords –  chaque fois acclamés – vont émailler une belle ballade ; surprise pour – presque – tout le monde !

Belle conclusion de ce concert de Christophe Maroye dans une ambiance sympa avec une salle remplie de tous ses potes. Il a bien embarqué tout le monde dans son univers.

Un rappel avec une deuxième couche de « No Turning Back » où malgré le titre on retourne en arrière sur le premier titre joué et un beau succès qui en appelle d’autres espérons le.

www.christophemaroye.com

Didier Ballan Jazz Ensemble, Saint Jean D’Illac 20/01/2017

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

 Didier Ballan Jazz Ensemble 20-01-17 092

L’été dernier, nous avions laissé s’envoler le tapis volant Japam des rives de Chez Alriq, en bord de Garonne, et le voici de retour sur la terre de Saint Jean d’Illac, froide des gelées de janvier, et ravie de se voir réchauffée. C’est la troisième soirée de l’excellent festival Jallobourde, 8° édition, mené avec beaucoup de goût et de persévérance sur quatre communes (Canéjan, Cestas, Saint Jean d’Illac et Martignas), par le passionné Louis Gilly et ses équipes et partenaires. On retrouve donc le bel ensemble jazz du pianiste Didier Ballan. Celui-ci revient d’un voyage en Inde, pays aimé et maintes fois visité, accompagné de Christiane, son épouse vidéaste,  et, pour ce dernier, avec aussi son fils Jéricho, batteur du groupe. Les voici de retour pour un concert dont on pressent déjà que paix et spiritualité en seront les moteurs. Japam s’ouvre par le morceau titre qui en révèle d’entrée le concept. Un doux souffle est murmuré par Émilie Calmé (flûte, bansuri), que nous sommes tous heureux de retrouver en pleine forme, et l’émotion se met naturellement en mouvement, le reste de la troupe la suit, le piano du leader écrit son parchemin, formant de beaux signes et la tension grandit, rythmes qui battent et percutent l’air, alchimie de guitare ensorcelée qui saigne son blues. Ici point de messe, mais une célébration du son, au travers de carnets de voyages, aux vélins noircis et froissés de souvenirs délicieux. Voici alors Egyptomania, le tempo ne faiblit pas, la plume libère son encre qui s’abandonne en des espaces percussifs et enflammés. Grondements associés de batterie (Jéricho Ballan) et de contrebasse (Nolwenn Leizour), modération poétique du piano (Didier Ballan) qui survole l’affectif. Ersoy Kazimov (derbouka, bendir) est époustouflant. Il maintient son instrument qui, éclairé de l’intérieur, voit sa peau former un petit soleil vertical sur lequel dansent ses doigts en de frénétiques chorégraphies, alors que Christophe Maroye (guitare) a encore déchiré l’air de ses éclairs lumineux. Une suite profondément humaniste a su hypnotiser le public, en trois pièces soudées à la vie, à la mort : « Amour », « Kaos », et « Doute ». Trois splendeurs qui décrivent avec force et une infinie tendresse ce qu’est la nature humaine. On passe des humeurs subtiles de l’amour, sa foudre, ses clins d’yeux, ses vertiges, au chaos de la crise, en s’abandonnant à « Doute », probablement l’une des pièces les plus belles de ce projet. Le regard de Didier Ballan sur sa troupe, et sur son fils en particulier, est touchant et fait de lui un « sage » prévenant, présent, au service du groupe ; il est l’un des six, ni plus, ni moins. « Jeru’s dance », hommage au fils, est toujours aussi enjoué et permet à Jéricho Ballan de s’échapper en de précises envolées, et de montrer une fois de plus la flamme et la ferveur qui l’animent, alimentées à n’en point douter, par le récent voyage en Inde. Mention spéciale à la grande qualité de tout le groupe, et à Christophe Maroye en particulier, dont l’excellent « No Turning Back » vient de sortir. Notre ami Ivan Denis Cormier va l’interviewer pour une prochaine Gazette bleue et chroniquera cet album. Ce soir encore, le Didier Ballan Jazz Ensemble a enchanté un public venu en nombre, et qui n’est pas près d’oublier la force collective de Japam ! Revoyons-les vite en concert et, surtout, procurez-vous leur disque, c’est un must have !

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

http://www.didierballan.com/

Christophe Maroye (2) Didier Ballan (3) Didier Ballan (6) Emilie Calme-Nolwen Leizour (2) Ersoy Kazimov Jericho Ballan

Capture-AFFICHE

 

 

Surprenant Serge Moulinier quintet

par Philippe Desmond, photos Philippe Marzat.

Théâtre en Miettes, Bègles le 25 novembre 2016.

dsc07804_gf

En décembre 2015 lors d’un concert du trio de Serge Moulinier dans le cadre des « jeudis du jazz » de Créon, le pianiste avait fait un cadeau au public avec la présentation de son futur projet, proposant ainsi trois titres en quintet (chronique sur le Blog Bleu du 18 décembre 2015). Ce teaser prometteur précédait un – gros – travail de composition de Serge dont ce soir nous avons la première restitution. Un événement donc, tant l’affiche est belle : Serge Moulinier (Piano électrique, synthé), Christophe Jodet (contrebasse et basse), Didier Ottaviani (batterie), Christophe Maroye (guitare électrique), et Alain Coyral (sax ténor et soprano).
C’est à Bègles ce soir que ça se passe, au Théâtre en Miettes . Le concept est tristement d’actualité, l’Europe en miettes avec le brexit, les USA en miettes avec Trump et bientôt la France ? Ne le souhaitons pas. Drôle de nom pour ce qui est d’abord une compagnie de théâtre et dont les miettes n’ont pas été balayées depuis sa création en 1972 occupant ce lieu depuis dix ans. Une salle choisie par le quintet notamment pour sa jauge ni trop grande ni trop petite, près de 120 places. es gradins ne sont pas complets mais très bien garnis par beaucoup d’amis et d’amateurs de la musique de Serge Moulinier comme le prouve l’ovation à l’arrivée des musiciens.

dsc075051_gf
« Court Métrage », titre déjà joué à Créon, ouvre le concert, swinguant comme un big band, c’est étonnant. Déjà le couple guitare sax se met en avant. Puis Serge Moulinier évoque son projet, son printemps de composition pour introduire… une reprise – il n’y en aura que deux – le « Soul » du premier album des frères Moutin. Belle ballade avec un  chorus de contrebasse ciselé de Christophe Jodet que François Moutin avait dû se tailler sur mesure à l’époque.

dsc07645_gf
Suivent quelques explications de Serge, pas de titre pour les compositions qui sont juste numérotées et seront jouées dans le désordre, 1,3, 7, 6… Et tout d’un coup on change d’univers, ça s’électrise comme le laissait présager la présence sur scène d’une Fender bass, d’un synthé et des nombreuses pédales de Christophe Maroye. Appelez ça jazz fusion ou autrement, mais avant tout une musique enjouée et pas froide comme certains lui reprochent d’être parfois, de la belle énergie.
Le sax d’Alain Coyral a la part belle dans la mélodie avec une forte complicité avec son voisin de pupitre Christophe Maroye ; les voir se regarder, se marrer, se provoquer, se chambrer du regard sera un des plaisirs de la soirée.
Dans ses compositions Serge Moulinier aurait pu se tailler la part du lion, au contraire, c’est les autres qu’il met en valeur et surtout le sax, ténor et soprano, Alain Coyral étant ce soir bien occupé et pour notre plus grand plaisir. Sur le n°3 Serge ose nous transporter dans les 70’s avec un son de synthé vintage revendiqué sur un tempo dynamique du quintet ponctué de breaks au rasoir.

dsc07683_gf
Didier Ottaviani plus fortement armé que d’habitude- il a sorti sa grosse Slingerland bleue pailletée – va naturellement encore nous épater par son jeu créatif, varié et particulièrement énergique ce soir.

dsc07505_gf
Ambiance planante sur le n°7 avec une intro en écho de la guitare, une Telecaster de rocker plutôt inhabituelle pour ce genre de musique mais qui sonne drôlement bien entre de bonnes mains il est vrai. Sur ce titre voilà – enfin ? – le premier vrai chorus de piano de Serge Moulinier ; quel swing, quel groove, quel pianiste ! Puis n°6 sur un rythme de samba Didier Ottaviani montrant à cette occasion, pour ceux qui l’ignoreraient, que la batterie est un instrument de musique, avec une battle sax-guitare, un percutant solo de batterie couronnant le tout.

dsc07905_gf
Deuxième reprise avec une douceur – je cite – le « Never Alone » de Mickaël Brecker pour enchaîner sur le n°4 très funky et montrant déjà la maîtrise collective du quintet malgré peu de répétitions. Nous avons certes devant nous cinq musiciens éclatants de talent, mais le liant est déjà là, il y a une unité et une continuité dans le répertoire, même s’ils nous diront qu’il y a encore quelques petites détails à régler ; les bons musiciens, les vrais, sont on le sait des perfectionnistes.
Une composition enfin baptisée pour terminer, « Pedrito », jouée à Créon l’an passé, sur un gros groove de synthé, Christophe Jodet faisant ronfler sa contrebasse comme jamais. C’est terminé ? Bien sûr que non, les applaudissements scandés et les grondements du public qui font trembler les gradins provoquent un rappel. Serge Moulinier va le chercher sur son premier album « Sens-cible », déjà 20 ans, en l’occurrence « Tune for Toons » un blues électrique truffé de variations, bien agréable.
Serge avouera s’être fait plaisir sur ce projet, imbibé qu’il est de multiples influences et de jeunesse notamment. Sur un projet complémentaire de celui de son trio, ce concert en appelle d’autres, ce serait dommage de laisser un tel talent collectif finir en miettes.

Le lien vers le teaser fait à l’issue du concert : https://www.youtube.com/watch?v=AiHohYvuEqk&feature=youtu.be

www.sergemoulinier.com/

www.theatreenmiettes.fr/