Evidence et Christophe Maroye autour de John Scofield

 

Texte et photos Philippe Desmond.

Il se trouve que j’ai vu John Scofield sans le savoir en 1976 aux arènes de Bayonne pour ce fameux concert déjà relaté dans le blog (lien en fin d’article) ; il « accompagnait » Billy Cobham et le regretté George Duke. C’était l’époque de Stratus et de Spectrum, il avait 25 ans, moi pas encore. C’était le plein essor du jazz rock porte d’entrée dans le jazz pour pas mal d’entre nous. Depuis, baptisé jazz fusion – en opposition au jazz infusion ? – ce genre s’est un peu éteint et ça fait plaisir que des musiciens encore bien jeunes – et pas nés à l’époque – s’intéressent à cette musique.

DSC02402

Aussi ne fallait-il pas rater cette soirée au Caillou ou le groupe Évidence du bassiste Shob accueillait, non pas John Scofield, mais Christophe Maroye dont la dernière Gazette Bleue vous parle en long en large et en travers. Aux claviers Xavier Duprat (entre autres le Mister X de Mister Tchang), à la batterie Simon Renault

DSC02400

Et bien croyez moi il y a des soirées comme ça, toutes simples, où on se prend un gros panard. Et encore ils sont restés raisonnables question décibels dans un Caillou bien plein ; on les entendait très bien quand même, merci mes bouchons d’oreilles parfois.

DSC02404

Du jazz-rock, du jazz ? Du rock ? Qu’importe ! Le plaisir d’une grosse rythmique avec un Simon Renault impeccable, un drumming d’une clarté limpide, chaque temps marqué avec précision et énergie, un vrai régal.

Bien sûr un Shob au sommet comme toujours, c’est dans le coin et au delà une vraie référence des grosses cordes, ça groove, ça funke, ça rocke ça donne envie de se mettre à la basse.

DSC02408

Déchaîné comme jamais aux claviers, prêt à exploser le piano numérique du Caillou, tantôt en son naturel parfois en son Fender-Rhodes , se levant pour triturer son clavier Nord et en sortir ces sons caractéristiques de ce type de musique, Xavier Duprat a visiblement lui aussi apprécié le concert.

DSC02399.JPG

Avec son originale guitare de luthier, une Pensa MK 90, Christophe Maroye a pris sans complexe – il en a largement les capacités – les habits de John Scofield. Là aussi une grande clarté de jeu, pas d’esbroufe, c’est un sacré guitariste qu’on a dans le coin sachez-le.

DSC02410

Répertoire complet avec notamment « Boogie Stupid » qui ne peut que vous faire bouger, l’explosif « I’ll take less », le sautillant « Hottentof », le style boucherie – dixit Christophe – de « Make Me » et d’autres.

DSC02421

Il y a avait le feu au Caillou hier soir, même en cuisine…

Set list :

DSC02432

https://www.actionjazz.fr/gazette-bleue-n25-novembre-2017/

Retour vers le futur : Bayonne 1976

 

:

THE SOUL JAZZ REBELS IN BORDEAUX – 30/09/2017

Par Dom Imonk

 

The Soul Jazz Rebels

Une chose est sure c’est que, quoiqu’on en dise, le jazz est furieusement vivant et a envie qu’on l’aime. Il y a pour cela des musiciens qui s’y entendent à merveille pour faire découvrir, ou rappeler toute la diversité de cette musique multiple, des rivages mainstream aux sentiers escarpés du free. The Soul Jazz Rebels font partie de ces passeurs. Ils ont choisi une filière carrément jazz-blues-funk « roots », d’abord pour le plaisir, c’est évident en les écoutant, mais aussi pour séduire un public qui ne demande qu’à se trémousser sur des rythmes qu’il avait déjà connus dans les années soixante, ou même un peu plus tard. Le terrain de jeu de nos musiciens est bien plus qu’une simple chapelle « revival », où ils ne se contenteraient que de jouer des covers d’artistes que pourtant ils vénèrent. Non, leur musique, ils la composent, avec beaucoup de soin et de fraîcheur, et cette précision qui est l’un des ingrédients indispensable pour toucher le public en plein cœur et déclencher instantanément ce fourmillement irrésistible dans les gambettes, qui pousse au dancefloor. On a tous connu ça ! Savoir écrire et sonner comme dans les sixties, ce n’est pas si simple, il faut que le groove soit puissant, nourri d’un soupçon de blues un peu gras, avec l’épice funk à la suave moiteur des soirs d’été, mais pas trop quand même, pour rester actuel, fresh et sans détour. Tout est question de finesse et de tact. Pour se faire une idée, on écoutera leur remarquable « Chittlin Circuit », album sorti en début d’année chez Black Stamp Music, qui est un vibrant hommage au circuit des clubs US comme l’Apollo de Harlem ou le Cotton Club, où se jouait cette musique, prétexte à des jam mémorables. On rappelle que The Soul Jazz Rebels, ce sont Jean Vernhères (saxophone ténor), Christian Ton Ton-Salut (batterie), Hervé Saint-Guirons (Hammond) et Cyril Amourette (guitare). Quatre garçons dans le vent fort de la Great Black Music, c’est dit ! Excellents musiciens, présents sur bien des fronts, on les a vus en juin dernier groover en diable au Festival Jazz 360, faisant ainsi trembler les feuilles et fleurs odorantes des tilleuls de la place de Camblanes. Puis un peu plus tard, c’est Jazz in Marciac qui les accueillait et nos rebelles ont mis le feu au Bis, public soufflé par l’énergie de ce groupe. Immédiateté, simplicité, impact, mais aussi un contact à la chaleur sincère et surtout une âme collective souriante, dont l’ardeur est communicative. Ils ont la pêche et ils vous la donne !

Le concert de samedi dernier au Caillou du Jardin Botanique a en tous points confirmé ces impressions estivales. Jean Vernhères est le front man, il sait mettre l’audience dans sa poche : sourire charmeur, anecdotes et humour, et quand il part au sax, les phrases sont généreuses, savantes et d’un lyrisme qui rend honneur à ces Sonny Stitt et autres Gene Ammons qu’il cite et dont il ne cache pas l’inspiration qu’il en tire. Même chose pour Cyril Amourette. Lui c’est du côté de George Benson période Jimmy Smith que ses doigts le promènent. Attentif et concentré, son jeu est un bijou de précision et ses échappées solistes des modèles du genre, tatouées d’un délicieux grain roots qui les colore, sans l’aide d’aucun effet, le pur son originel. En maître incontesté des baguettes, professeur, leader, sideman, Christian Ton Ton – Salut joue comme un esthète et survole ses peaux et cymbales avec l’inspiration d’un aquarelliste. La beauté naturelle de son jeu, ses relances, ses chorus et cette élégance racée, soudent le groupe avec raffinement et le mettent en valeur sans jamais l’effacer. Du grand art. Attardons-nous sur Hervé Saint-Guirons, qui est notre maître ès orgue Hammond. Il est depuis longtemps la référence en cette ardue matière, et ses collaborations sont légion, avec par exemple Ernest Dawkins, Dave Blankhorn, Monique Thomas et Alex Golino…. « Le Réverend », comme le surnomme affectueusement Roger Biwandu, autre figure importante du jazz local, mais pas que, avec lequel il joue très souvent, notamment à l’Apollo de Bordeaux, est l’un des plus ardents défenseurs de ce jazz-blues-funk, et son jeu remarquable, dont le son est enrichi par sa fidèle « leslie », trahit ses influences qu’il confie être quelque part entre Brother Jack McDuff et Dr Lonnie Smith. Excusez du peu ! Hervé Saint-Guirons  a une belle âme, habitée par la mémoire de ses prédécesseurs et les routes tracées, ainsi que par ce respect de l’autre qui est de chaque instant. Le concert de ce soir n’a donc pas failli à la réputation de ces quatre pointures et de ce groupe très attachant. Ils ont mouillé la chemise en reprenant la plupart des titres de leur récent album, en y insufflant cette ferveur live qui est leur sceau, en un flow up-tempo irrésistible. Deux sets, deux courses folles, on croyait qu’ils nous avaient tout donné, et bien non ! En rappel, le « Filthy McNasty” de Horace Silver est venu porter le coup de grace à une assistance définitivement conquise. Début 2018, Hervé Saint-Guirons indique que le petit frère de “Chittlin Circuit” devrait venir au monde, alors surveillons ça de très près, nous en reparlerons ! En attendant, si vous le pouvez, foncez voir The Soul Jazz Rebels en concert et achetez vite leur disque, l’hiver arrive, il faut vous réchauffer, songez-y !

Par Dom Imonk

souljazzrebels.com

facebook.com/blackstampmusic

THE SOUL JAZZ SETLIST :

1° set :

1 – Chittlin blues (Cyril Amourette)

2 – Baby Foot Party (Jean Vernhères)

3 – Bap Boss (Christian Ton Ton-Salut)

4 – Don’t Stop the boogalou (Hervé Saint-Guirons)

5 – Smoothie shoes (Cyril Amourette)

6 – Mojo (Christian Ton Ton-Salut)

2° set :

1 – Inner City Street (Jean Vernhères)

2 – Boogie Trop (Jean Vernhères)

3 – The night remember (Hervé Saint-Guirons)

4 – Mooving the lawn (Cyril Amourette)

5 – Betty Boop (Cyril Amourette)

Rappel :

Filthy McNasty (Horace Silver)

Shekinah Rodz à l’indispensable Caillou

par Philippe Desmond

C’est le cœur de l’été, des festivals de jazz partout dont le plus gros à deux heures et demie – et pas mal d’euros de péage – de Bordeaux mais toujours le Caillou qui maintient son rythme de 4 concerts par semaine, comme toute l’année, une balise rassurante vers laquelle on revient après être parti au large.

DSC00417

Cet été après des années de vicissitudes réglementaires enfin réglées, tout se passe à nouveau dehors quand cette météo capricieuse le permet. Un fil rouge pour cette saison, parmi une programmation riche et éclectique, les chanteuses et le Jazz Ladies Festival. Mais on ne peut pas être partout et je n’aurai vu que Charlotte Wassy en duo chant piano ; impressions mitigées, bonnes concernant la qualité de sa voix et sa présence, plus mesurée quant à la nature des arrangements trop dérangés des standards proposés.

Le concert de l’australienne Hetty Kate – amusant non ? – a lui été très réussi, devant un public nombreux alors que le Saint Emilion Jazz Festival avait déjà aspiré pas mal de monde ; celui qui m’a dit ça n’est peut être pas très objectif mais je lui fait confiance car ce n’est pas un fanfaron, c’est un artiste, un vrai. C’est Olivier Gatto qui accompagnait ce soir là Hetty avec d’autres musiciens bordelais.

La transition est faite car ce soir c’est lui qui est aux manettes et cette fois avec sa chanteuse favorite, sa dame de cœur Shekinah Rodz ; deux valeurs très sûres de la scène bordelaise et internationale ce qu’il ne faut pas oublier ; leur notoriété rayonne bien au delà de notre satanée rocade ! Au piano Loïc Cavadore toujours trop rare par rapport à son talent et aux baguettes le fidèle Philippe Gaubert très investi dans l’association Music [at] Caillou. La terrasse est bien remplie au pied de la désormais célèbre scène-remorque.

DSC00412

Venir au Caillou en été c’est un moment paisible, décontracté, on est en ville mais déjà un peu à la campagne les pieds sur des dalles ou la terre, l’herbe y est parfois folle, les tables n’y sont pas alignées ; loin des convenances guindées de certains endroits ici on vient pour passer un bon moment ; on y mange bien et comme dit l’autre « quand la musique est bonne », ce qui est la norme ici, tout va bien.

Olivier Gatto et Shekinah ont plusieurs projets en cours, la finalisation d’un album commencé cet hiver avec le Spiritual Warriors Orchestra, des musiciens de haute volée – voir blog fin janvier et début février – et « Alma Caribe 5 » et son All Stars de la scène bordelaise à la rentrée.

DSC00408

Ce soir ils ont venus faire ce qu’il font si bien, nous régaler de standards mis à leur sauce et magnifiés par l’éclatante Shekinah. Au chant, à la flûte, au sax alto, au soprano elle n’arrête pas de nous surprendre sur des morceaux qu’on pourrait penser trop familiers. « Little Sunflower » de Freddie Hubbard par exemple et sa joyeuse et douce mélodie, ce qu’elle y fait à la flûte est remarquable, soufflant, chantonnant, gémissant dans le bec, à la Roland Kirk me souffle Dom Imonk.

DSC00405

« Body and Soul » classique des classiques, elle se l’approprie vraiment, quant à « What’s Goin’ On » de Marvin Gaye la version du quartet est de toute beauté. Et oui Shekinah n’est pas toute seule, « derrière », ou plutôt ici à côté, Olivier et ses grosses cordes noires y va de son chorus plein d’émotion comme l’histoire que relate ce titre dont la chaleur du sax alto masque la dramaturgie. Loïc Cavadore en sideman excelle, s’impose parfois alors que me dira t-il il n’entend pas très bien le son du groupe. Pour nous c’est parfait. Même remarque de Philippe Gaubert qui va jouer tout en retenue notamment sur un solo plein de délicatesse lui l’habituel puncheur.

DSC00406

Dans « God Bless The Child » Shekinah révèle à ceux qui la découvrent tout son talent et toute sa puissance, habitée par ce titre ; les conversations s’arrêtent, les fourchettes se posent, il se passe quelque chose ; God bless Shekinah !

DSC00416

A la pose une avalanche de fromage recouvre notre table ; il doit y avoir des vaches et des chèvres dans le Jardin Botanique et ils écoulent le stock. La soirée est douce, enfin, on passe un bon moment. Cet hiver aussi on en passera d’autres ici mais dans l’ambiance surchauffée de la salle très souvent bondée.

DSC00430

Un « Summertime » très arrangé, puis une élève de Shekinah – et oui elle donne des cours pensez-y – qui monte sur scène chanter la peur au ventre, un final avec « Thieves in the Temple » de Prince version Herbie Hancock et voilà une soirée sympa comme sait en proposer le Caillou qui s’achève.

DSC00432

Merci à Benoît Lamarque et son équipe d’entretenir cette flamme musicale bordelaise et en plus il aura bientôt une bonne nouvelle à annoncer…

DSC00422

http://lecaillou-bordeaux.com/jazzATcaillou/jazz-a-bordeaux/

https://www.atevenements.com/

 

 

Olivier Hutman trio invite Tom Ibarra

par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc.

Caillou du Jardin Botanique,

Bordeaux, le 23 juin 2017.

Ce soir deux bonnes raisons me poussent à aller au Caillou ; certains vont me dire que je n’en ai pas besoin pour m’y rendre… Et oui, il est annoncé un concert du trio d’Olivier Hutman avec en invité Tom Ibarra. Le second on en parle souvent dans ces lignes et même très récemment, et il est ma première raison, l’autre c’est la première fois.

Olivier Hutman est un grand pianiste, primé en 1984 par l’Académie du Jazz, qui a joué notamment avec Toots Thielemans, Philip Catherine (le guitariste belge pas le chanteur déjanté) , Eric le Lann, Christian Escoudé… a accompagné de nombreuses chanteuses comme Dee Dee Bridgewater, Anne Ducros, Denise King, récemment Alice Ricciardi pour Cristal records et le phénomène web Camille Bertault. Il a aussi beaucoup composé pour le cinéma et la télévision.

TDBI0761-Modifier

Mais tout ça à la limite ne m’intéresse pas, pour moi il a surtout joué dans un disque que je possède depuis plus de quarante ans, au sein d’un groupe de jazz rock – on ne parlait pas encore de jazz fusion – bâti autour des frères Patrice et Mino Cinélu, « Chute Libre ». J’avais acheté leur 33 tours – on ne parlait guère non plus de vinyle à l’époque – en février 1977 et il n’était toujours pas dédicacé par un de ses membres. Voilà donc ma deuxième raison.

Terrasse bien remplie avec une fraîcheur enfin retrouvée qui au bout d’un moment nous ferait presque regretter la canicule, beaucoup d’amis présents ce qui me rajoute une troisième raison et un premier set en trio, comme la veille où l’assistance était malheureusement moins nombreuse.

Au piano donc Olivier Hutman, à la basse Marc Bertaux et à la batterie Tony Rabeson au CV lui aussi impressionnant. Un trio habitué à jouer ensemble depuis plus de trente ans ! Du jazz à la limite de la fusion sans tout à fait y être tout en y mettant le pied, la présence d’une basse pastoriusienne plutôt que d’une contrebasse étant quand même un indice. Olivier utilise toutes les facettes du Yamaha électrique, le faisant sonner comme un orgue, un Fender Rhodes… ou un piano. Il a un jeu riche et foisonnant mais utilise aussi les silences. Tony lui joue tout en légèreté, avec une posture qui lui est propre, inhabituelle.

A la pause je vais donc utiliser la machine à remonter le temps et oser aborder Olivier Hutman avec mon album exhumé le matin même, identifié de mon nom avec la date du 11/2/77. Et là je vois à sa réaction, que cette relique le touche et le fait instantanément rajeunir de 40 ans. « Oh là là, à l’époque on en vendait plus de 50000 alors que maintenant quand on arrive à 500 c’est pas mal » et ainsi avec beaucoup de retard Olivier me propose spontanément de le dédicacer. Sur la pochette il est le seul avec des lunettes, il a 22 ans, j’en avais 21. A noter, avec perfidie, un titre de cet album nommé « Pénélope au balcon » prémonitoire quand on s’appelle Chute Libre… Et à la réécoute un disque qui n’a pas tant vieilli que ça, contrairement à d’autres du genre plus datés, avec un son de soprano et de flûte intéressant . Tom Ibarra est à mes côtés, curieux de la réaction d’Olivier et imaginant en 2055 un ancien combattant de mon genre lui présenter son album « 15 » !

20170624_100936-1.jpg

Au second set comme prévu, après deux titres joués en trio, Tom Ibarra monte sur la scène-remorque, particularité du Caillou, et qui retrouve son garage chaque nuit. C’est Benoît Lamarque le maître du lieu qui a eu l’idée de proposer à Olivier d’inviter le jeune guitariste. Ils ne se sont jamais rencontrés bien qu’ils fréquentent tous les deux le Centre des Musiques Didier Lockwood, l’un comme élève, l’autre comme professeur, je vous laisse deviner dans quel ordre.

Au programme deux titres de Miles Davis, « Solar » et « All Blues ». Avec son groupe, Tom a souvent repris et bien tordu « So What » mais m’avoue que question standards il n’est pas au top et a besoin de concerts comme ça pour trouver le bon tempo et le bon flux ; on le sent un peu nerveux. C’est ce qui est bien avec lui, il ne bombe pas le torse et mène sa carrière avec lucidité et humilité.

C’est lui qui attaque le thème de « Solar » et de suite on sent la mayonnaise prendre, la guitare éclairant le trio de son timbre. Très long chorus – tant mieux – réponse d’Olivier et de Marc, drumming de dentelle de Tony, tout baigne. Confirmation sur le mythique « All Blues » et l’envie d’un rappel réclamé au public (!) par Olivier Hutman. Ce sera un standard, un vrai (ceux qui sont issus du répertoire des comédies musicales de Broadway), de Cole Porter « What is this thing called love » immortalisé par Ella. Allez Tom c’est le métier qui rentre ! Et il apprend drôlement vite le bougre, superbe.

Le jazz n’a pas d’âge, pas de limites, tant mieux on n’a pas l’impression de vieillir comme ça ! Et pourtant…

http://olivierhutman.com/

http://www.tomibarra.com/

 

Affinity Quartet – Caillou – 16/06/2017

Par Dom Imonk, photos Philippe Marzat

Affinity Quartet plus Mickaël Chevalier

L’été est tout proche et le Caillou du Jardin Botanique  peut enfin prendre ses aises. Les estivales y ont débuté le 1° juin et s’y poursuivront jusqu’à la fin Août, avec une flopée de beaux concerts en perspective, et pour tous les goûts. Ce vendredi soir, le soleil tarde à se coucher, la terrasse est bondée. On a en effet ressorti la jolie scène sur roues, moment tant attendu des addicts de la place, et pour insuffler une ardeur supplémentaire, c’est l’ Affinity Quartet, dans un nouveau projet antillais, qui est venu jouer un jazz bien chaloupé, à base de standards épicés, chaudement menés. Autant dire qu’une atmosphère de vacances ne tardera pas à s’installer. C’est l’occasion de retrouver au piano notre ami Francis Fontès en belle forme,

Francis Fontès

entouré de ses fidèles compères Dominique Bonadeï à la basse, Hervé Fourticq aux saxophones et Philippe Valentine à la batterie. Très solide combo, qui tient large place dans l’histoire du jazz de Bordeaux, mais aussi dans son présent des plus vifs.

Dominique Bonadeï

Hervé Fourticq

Philippe Valentine

La cerise sur le gâteau, c’est un invité de marque « de dernière minute » : Mickaël Chevalier qui les rejoint sur scène avec son bugle voyageur, l’occasion pour lui de retrouver au passage, au piano et à la batterie, deux de ses collègues du groupe Nokalipcis.

Mickaël Chevalier

L’affaire ne pouvait donc que fonctionner au mieux. Ainsi, nous voilà embarqués à bord d’un bel esquif, pour une croisière en deux sets, où tout ce joli monde est là, soucieux de donner du plaisir en suggérant le voyage et les Caraïbes. Question titres repris, nous sommes gâtés, c’est un vrai festival ! Mario Canonge est de la fête avec « Lese pale » et «Peyi mwen jodi », on déguste aussi « Travail raide » d’Alain Jean-Marie, « Guadelupe » de Michel Petrucciani, « Tu piti » du père d’Eddy Louiss, « Siempre me va bien » de Poncho Sanchez et quelques traditionnels comme « La Guadeloupéenne » et « Célestin ». On réécoute le délicieux « Butterfly’s dream » de Nolwenn Leizour, composition jouée avec Nokalipcis (décidemment !) dont elle est la contrebassiste. D’autres grands standards seront aussi repris, finement remodelés en mode afro-caribéen, quoiqu’ils en aient déjà le parfum, comme  « Manteca » de Dizzy Gillespie, « St Thomas » de Sonny Rollins et un beau « Caravan » Ellingtonien en guise de rappel. Nous les aurions bien écoutés jusqu’au bout de la nuit, tant ces thèmes ont illuminé la soirée, d’une musique superbe, jouée par un groupe épatant, à l’âme généreuse, avec lequel nous avons tous beaucoup d’affinités !

Par Dom Imonk, photos Philippe Marzat

Remerciements à Philippe Valentine pour la setlist.

Le Caillou du Jardin Botanique

 

Alexis Valet in Bordeaux, Février 2017

Par Dom Imonk, photos Alain Pelletier (Quartier Libre) Thierry Dubuc (Club House) Dom (Caillou)

 

Ça faisait belle lurette qu’Alexis Valet n’était pas revenu taquiner les marteaux de son vibraphone Musser dans le 3.3, et il nous manquait beaucoup ! A ses amis musiciens d’abord, puis à nous, ses addicts, son public, lui qui avait éberlué le jury du Tremplin Action Jazz 2016 avec son sextet, et en chopa tranquille le grand prix. Le Festival Jazz 360 ne s’y trompa pas en juin dernier, en le programmant dans la foulée à Quinsac, et le festival de jazz d’Andernos non plus, le mois suivant. Et puis nous l’attendons de pied ferme à Beautiran, en juin prochain, dans le cadre du Jazz & Blues Festival, et en divers autres projets, mais chut, on vous dira tout au moment voulu.

La mini tournée a débuté au Caillou du Jardin Botanique, par une invitation le 09 février du pianiste Thomas Bercy, et son trio, dont on connait les doigts fort inspirés et l’amour qu’il porte à McCoy Tyner, auquel il dédie une nouvelle fois son concert. Accompagné de Jonathan Hedeline et de Philippe Gaubert, Alexis Valet est invité à les rejoindre pour cet étourdissant hommage. C’est irrésistible, le jeu collectif est ample et s’illumine de ces cieux bleutés, au charme desquels les late sixties succombèrent. Liberté, lyrisme tynérien, tatoué Trane. Alexis part en des flow aériens lumineux, soutenus par  Jonathan Hedeline qui raffole de ces riffs répétitifs qui bâtissent une hypnose boisée. Philippe Gaubert est le batteur de la situation, Puissant, brut d’âme, un peu comme Elvin.  Thomas Bercy, veille, drive, et tague de couleurs indélébiles de beauté les thèmes joués, sur les dents d’ivoires qu’il dompte. On est sous le charme.

Dès le lendemain, nous voici partis pas très loin, au Club House (ex Comptoir du Jazz), un lieu qui est friand de tous genres de musiques bien câblées, et en particulier de new-groove. On retrouve ainsi avec joie l’Edmond Bilal Band, toujours formé de Paul Robert (sax elec), Simon Chivallon (claviers), Mathias Monseigne (basse) et Curtis Efoua Ela (batterie). Ce groupe s’est forgé un style bien punchy, qui allie jazz, groove, un soupçon de world, mais aussi une electro savamment dosée. Et ça a fini par payer car leurs concerts sont désormais bondés, vu que tout en restant fidèles à leur ligne originelle, ils la font diablement évoluer, tout en partageant leur expérience, comme ce soir-là avec Alexis Valet, lequel va s’en donner à cœur joie en plongeant direct dans le flux tumultueux de ses hôtes. Ça chauffe sévèrement au Club House, le public est aux anges. Un groupe qui a carrément les bons marteaux pour enfoncer les clowns !

La semaine suivante, notre vibraphoniste ne prend aucun répit, vu que dès le mercredi, on le retrouve à la traditionnelle jam du Quartier Libre, et le lendemain au même endroit avec son quartet : Simon Chivallon (claviers), Gaëtan Diaz (batterie) et Samuel F’Hima (contrebasse). Un set de « mise en place » selon Alexis Valet, mais qui révèle pourtant une grande qualité de jeu, sur des compositions inspirées, genre échappées, où les solistes s’envolent sur un jazz décomplexé, ample et inventif. On a certes ses références, mais on joue hors les chapelles, frais et libre. Les interactions entre les quatre sont agiles et de haute volée, pas besoin de filet, même pas peur du vide. Une vie intense, où l’on s’observe, où tout s’imbrique, se suit, se tient tête un temps ou deux, puis se réconcilie, dans une fluidité de son naturelle. Et c’est là l’une des forces de ce quartet, une harmonie savante, où clavier et vibraphone ondulent et ne font plus qu’un par moment, les deux flottant sur une rythmique souple, précise, et percutante, quand il le faut. Bref, ce quartet est un vrai bonheur et ce concert annonce clairement la couleur de ce qui se jouera le lendemain au Club House, même formation, mais sous le nom de Simon Chivallon Quartet.

Beaucoup de monde, c’est vendredi, et l’on veut du jazz, on n’appelle pas ce lieu « ex Comptoir du Jazz » pour rien ! C’est donc Simon Chivallon qui prend les rênes de ce concert et présente ce qui va se jouer ce soir. Très fin clavier, omniprésent sur la scène parisienne, il dit certes préférer le piano acoustique, mais c’est déjà l’un des maîtres de la jeune génération des claviers électriques, quelle dextérité, quelle sonorité de Rhodes ! Le concert va donc proposer à peu près les mêmes compositions que la veille, quasiment toutes d’Alexis Valet, et quelques reprises arrangées avec humour (ces titres !). Tout semble mieux en place que la veille. Un lieu différent, un public peut-être plus nombreux, et la vivante présence des amis musiciens du cru, dont Thomas Gaucher (Capucine), qui enregistrera le concert. « Hey it’s me you’re talking to” (de Victor Lewis), élégant et disert,  nous met bien en condition,  et les solistes s’enflamment avec grâce. Rythmique de luxe et réactivité au top pour étayer ce joli morceau. “Moustaches à souris” n’en trahit pas la noblesse, et même si d’aucuns pouffent dans la salle à son simple énoncé, cette composition tient fort bien la route et dévore comme un morceau de fromage, l’attention particulière que lui porte le public. Là aussi, interplay, liquidité clavier/vibraphone, walking réfléchi de la basse, drumming articulé et propulseur attentif. Le reste suit avec la même aisance innée, avec un très beau chorus de contrebasse sur « Rikuom » (ne le lisez pas à l’envers !), et Simon et Alexis qui profitent de l’aspiration. Tout ça nous  mène à « Luc », puis au très beau « Tergiversation » (de Gene Perla, version de Warren Wolf) qui clôt le premier set. Démarrage du deuxième set en mode groove acidulé, avec « Funkin dog » un tube d’Alexis Valet qui fait fourmiller les gambettes sur un flow très Herbie & The Headhunters, dont le thème reste rivé à nos mémoires 70sardes. Tout baigne, coucher de soleil sur le pacifique, regards désabusés des palmiers géant du Sunset bvd, sur nos décapotables qui cruisent sur son vieux bitume, chemises à fleurs, autoradio à fond et Ray Ban, bref, on y est ! Même mood avec « 1313 » qui remet le couvert, en plus soft. Magie de cette compo, qu’on verrait bien en bo de thrillers genre Mannix ou Bullitt, impression west coast seventies. C’est fou de savoir écrire des trucs pareils !

Retour à un jazz plus vintage avec l’entrée d’Olivier Gay au buggle pour trois thèmes rondement menés, « Triple chaise » (arrangement du « Steeplechase » de Charlie Parker), thème très développé, chacun y allant de son solo, celui de Gaëtan, scotchés nous fûmes, « Apple Teyron » (hommage à Tom Peyron de l’Isotope trio, dont Olivier est le trompettiste) et enfin un splendide « Beatrice » (Sam Rivers), où Simon Chivallon, emporté par l’émotion, citera même le « Resolution » de Coltrane, avant de refermer ce beau live.

Soirée réellement magique offerte par ce groupe qu’il faudra suivre car il fourmille de projets. Le lendemain, le quartet d’Alex Valet jouait au Baryton à Lanton, et le dimanche à La Belle Lurette à Saint Macaire, autre lieu précieux pour le jazz et par les âmes belles et passionnées qui l’animent. Fin d’un tournée éclair pour Alexis Valet, grandement appréciée, l’homme qui vibre, mais n’est pas aphone, quand il s’agit de jazz. Revenez vite messieurs, we miss you !

Par Dom Imonk, photos Alain Pelletier (Quartier Libre) Thierry Dubuc (Club House) Dom (Caillou)

Thomas Delor Trio, Le Caillou (33) 25/01/17

Par Alain  Fleche, photos Stéphane Boyancier

PSX_20170126_001657

Avec Alain, Stéphane, Fabrice…

Entre Paris et demain  Monaco. Une halte sur la route de ces saltimbanques célestes. Les quelques présents ont été gratifiés d’un bel instant. Un long set. Un rappel. Voilà ! La plupart des morceaux de la setlist sont du leader, avec une filiation qui se réclame de Charlie Parker en passant par des ambiances Blue, in Green … Thomas et les deux présentent une musique marquée, plus que datée, mais bien rafraîchie ! Pas ennuyeuse un seul instant. Sur une nappe tendue ou ondulatoire tissée sur la guitare de Simon Martineau, qui chevauche les « block chords » de Wes Montgomery avec l’onirisme échevelé d’un Pat Metheny, sur le son d’une Guild, (entre Gibson et Gretsch…), c’est du tapis volant. En jonction : Georges Correia joue sa contrebasse. Appuie les cordes harmoniques de Simon et se projette sur les rythmes mélodiques de Thomas. Le rapprochement que je lui avouerai faire, plus tard, avec Pierre Michelot ne le gênera pas, pour la tension toujours présente, pour le moins latente, jamais vraiment bien résolue, définitivement assumée ! Et notre Thomas de faire son « Malin ». D’un « malin plaisir ». Des mains des pieds, des mains où passent balais, maillets, et nues aussi. Plein de sons, autant batteur que percu. Chantant ! Et réellement, il chante sur peaux et cuivres, peau qu’il tend du coude pour en faire un steeldrum, chante, la mélodie éclate dans tous les sens, reprise l’un des autres, et deux, et tous … ça circule bien ! On vous dit dès qu’on tient le CD.

Par Alain  Fleche, photos Stéphane Boyancier

http://thomasdelor.com/

PSX_20170126_001349

David Tixier Trio au Caillou samedi 21/01/17

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

 David Tixier Trio 21-01-17 174

Ce n’est pas toujours facile de faire sortir le public de chez lui un samedi soir hivernal, surtout pour écouter du jazz à Bordeaux. Pourtant, certains organisateurs, comme Music [at] Caillou, parviennent plutôt bien à le décider, avec des têtes nouvelles, des thèmes qui savent se renouveler et des courants musicaux toujours très variés. Et sa table plait, ce qui est aussi un atout ! Ainsi, ce soir-là, c’était spécial « RDV Europe jazz », prétexte à rencontrer la jeune scène européenne. La mention « fresh jazz » a dû en attirer plus d’un,  car la salle est bien remplie pour accueillir  le trio du pianiste David Tixier. Dans ce groupe basé en Suisse, notre jeune leader est accompagné de deux excellents musiciens : Blaise Hommage à la contrebasse et Lada Obradovic à la batterie, porteuse par ailleurs de son propre projet. Souvenons-nous qu’il y a presqu’un an, le Caillou nous avait déjà présenté l’affriolant trio du pianiste Gauthier Toux, français mais ayant lui aussi attache en Suisse ; tout force à croire que, d’évidence, il s’en passe des choses là-bas ! David  Tixier a 27 ans. Il est tombé dans la marmite jazz à 12 ans à Bergerac et ne s’est plus arrêté depuis. Il étudie ensuite aux conservatoires de Bordeaux et de Mont-Marsan, puis il est diplômé du conservatoire régional de Paris et file en Suisse où il étudie (comme Gauthier Toux) à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU), dont il ressortira diplômé. Maintes fois primé, et fort de multiples rencontres avec de prestigieuses figures, il compose un jazz inspiré, passionné et savant, qui a l’heur d’avoir sa propre personnalité et de ne pas trop emprunter les très fréquentés chemins tendances des E.S.T. (pour le mood nordique mystérieux) et autres Bad Plus (pour le tatouage rock). Même s’il ne rechigne pas à taquiner l’électronique, notamment dans le « Project » de sa batteuse, le trio de ce soir est entièrement acoustique et sonne effectivement très « fresh ».  Le jeu de David Tixier est pointu, ambitieux et volubile, ce qui ne veut pas dire bavard. Il développe de très beaux thèmes, une sorte de « nu-new jazz » qui réactualise par moment  les échappées et l’intense vibration lyrique qui ouvrit les portes des seventies, et dont on  sent qu’ici le souffle est de retour (un soupçon de Jarrett par ci, un embrun de Bley par là…). Cependant, de par la tournure de ses phrases, le jeu de ses mains, et l’oblicité à peine perceptible de certains de ses accords, on percevra furtivement aussi dans son jeu, des humeurs à la Brad Mehldau,  sans toutefois le tourment intérieur. Deux sets pleins d’émotion, portés par des musiciens de grand talent, précis, inventifs et en constant interplay, où l’écriture se révèle en une bonne dizaine de capiteux morceaux. De « Why » qui ouvre le 1° set, à « Through the Window » en rappel, on aura traversé de bien jolies histoires. Parmi elles, « Blind & deaf », « Tribute to an old man », « Delivrance » et « The way we’ve changed ». A noter que David Tixier est actuellement en tournée pour la sortie de l’album « The giant corners », projet en piano solo, avec Sachal Vasandani en invité. Le trio prépare quant à lui un disque que nous attendons tous impatiemment !

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

www.davidtixier.com

David Tixier 21-01-17 (9)Lada Obradovic (4)  Blaise Hommage (3)

Markit Zéro au Caillou le 24/11/2016

Par Annie Robert, photos Philippe Marzat

Nouvelle génération en vue…

Markit Zéro    24/ 11 /2016

Caillou du jardin botanique      Bordeaux
mz-1
Une nouvelle génération de musiciens est en train de se frayer un passage, doucement, tranquillement mais pas sans efforts dans le petit monde du jazz.
Ils sont trentenaires ou à peine, d’une qualité musicale bluffante, ils créent en groupe, soudé et permanent. Leur nom en témoigne d’ailleurs; que ce soit les canadiens de Misc, les lyonnais d’ EYM, les bordelais d’Atrisma, d’Isotope et d’autres encore. En s’éloignant des quartets, quintets ou trios  portant le nom d’un leader, des structures habituelles (thème / impros et retour à la case départ).  ils affirment leur désir de composer et écrire ensemble.
Solidaires, ils s’entraident, partagent leurs expériences, s’enrichissent mutuellement, sans individualisme à tous crins. Les jam-sessions où l’on se poussait des biscottos musicaux, en essayant d’écraser la concurrence n’est pas dans leur culture. Cerise sur gâteau: une bonne dose d’humour et de dérision (ah, les titres barrés !! ) Une vue nouvelle et des valeurs revigorantes.
Généreux jusqu’au bout des notes, ils vivent d’eau fraîche (ou de bière) et de complicité, échangeant leurs hébergements, leurs instruments si besoin, et leurs lieux de concerts.
Un bel exemple nous en est donné ce soir avec la rencontre des toulousains de Markit Zéro et des bordelais d’Edmond Bilal..Les deux groupes se sont rencontrés lors d’un tremplin, se sont découverts, reconnus et appréciés aussi bien musicalement qu’humainement. Même âge, mêmes envies, mêmes enthousiasmes.  Edmond Bilal est parti la semaine dernière jouer à Toulouse  et c’est à Markit Zéro  à présent de se produire en terre bordelaise et de nous donner le plaisir de les découvrir.
Et c’est vraiment un réel plaisir.
Voici un jazz qui ne se contente pas d’être entendu de façon distraite, en bande passante  mais qui s’écoute avec attention. À la fois écrit et libre, il se nourrit  de fortes connotations impressionnistes, structuré par un groove impeccable qui mêle influences électriques, rocks ou ethniques sans artifices, de façon souple, et tenu à bout de baguettes par la batterie énergique de Kulusé Souriant. Le groupe fonctionne comme un explorateur d’ambiance et de moments. Une journée se déroule devant nous avec ses instants de calme ou d’urgence, ses repos du soir, ses inquiétudes et ses chuchotis, ses pensées filantes, sa folie pressée et ses petits bonheurs. La contrebasse déliée, tendre ou sauvage d’Henri Lassemillante  égrène les inquiétudes de la nuit. Le son boisé, plein de clarté chantante du sax soprano de Carla Gaudré fait défiler le déploiement du jour. Les pas ou les galops de guitare des belles envolées rock ou blues de Dorian Dutech, accompagnent les revers et les questionnements et le piano tantôt romantique tantôt grinçant de Jules Gabriel  marque les soucis ou les délires.
Chaque couleur de morceau se transforme, en kaléidoscope, avec une diversité séduisante des compositions orchestrales, un équilibre entre harmonie et mélodie, et une mise en relief de chaque instrument. Si un musicien se tait c’est pour mieux laisser la place à l’autre et reprendre doucement en écho ou en soutien. L’auditeur ne baisse pas la garde, mais se laisse porter par des morceaux de fresques, des bribes de cinémas en contre jour.
Un jazz inventif et vivant.
Le temps d’hier, chafouin, gris et pluvieux n’avait pas incité les spectateurs à sortir de leur cocon douillet. Nous étions trop peu nombreux à découvrir Markit Zéro et  c’était bien dommage. Parions que cette première visite ne sera pas la dernière. On les attend à nouveau avec le soleil en équipage.

Car cette jeune génération est belle, admirable, têtue et porteuse de nouveautés.
En ces temps de frilosité générale, de défiance, de renoncements, de superficialité inquiète, elle montre que la richesse, la vraie, la vitale, la puissante, l’essentielle, est dans le partage et l’échange et pas dans les rolex.
On les aime.
mz-4 mz-2 mz-3

Par Annie Robert, photos Philippe Marzat

Sophie Bourgeois et Affinity au Caillou

par Philippe Desmond.

Vendredi 14 octobre 2016

20161014_205311

Allô Philippe, avec ma femme on aimerait bien aller au restaurant et découvrir du jazz, tu as quelque chose à nous proposer ? Bien sûr, rejoignez moi au Caillou car je ne veux pas manquer le concert d’aujourd’hui.

L’été, indien ou pas, est vraiment fini et en cet automne le Caillou s’est replié dans ses quartiers d’hiver ; pourtant ce soir c’est le printemps pour Sophie Bourgeois. L’éclosion d’un album « This is New » en est le principal signal (chronique du CD et portrait dans la prochaine Gazette Bleue de novembre). Elle n’a d’ailleurs jamais chanté ici car il faut constater que ses prestations sont trop rares. En attendant de restituer l’album avec le trio de l’enregistrement, Sophie se produit ce soir avec Affinity, ses amis de toujours, Francis Fontès au piano, Dominique Bonadei à la basse électrique et Philippe Valentine à la batterie. Ils ont « l’habitude » depuis longtemps de jouer ensemble même s’il faut être attentif pour ne pas les rater.

Dans sa petite robe noire très rive gauche Sophie va de suite entrer dans le vif du sujet avec « I’ve Got the World on a String », rien à voir avec une quelconque conquête du monde grâce avec la petite pièce de lingerie féminine, ce que ses compères taquins voudraient laisser entendre, nous précise t-elle avec humour. Sa voix est haute, de suite bien en place et on sent déjà son plaisir de chanter. « All of You » et « Just One of Those Things » de Cole Porter ensuite pour cette grande amatrice de comédies musicales américaines. On sent Sophie libérée, heureuse de chanter et en plus le trio lui ouvre la route merveilleusement.

Le piano droit du Caillou – un Yamaha numérique « pas mal pour un piano électrique » selon son pilote du soir très exigeant en la matière et ne jurant que par les vrais – est tout neuf et Francis Fontès lui impose un rodage plus qu’accéléré ; toujours remarquable le Doc, quand on pense qu’il prend encore des cours… Dominique Bonadei et sa belle basse 5 cordes, ça tombe bien une par doigt, maintient le cap avec brio, faisant oublier aux puristes qu’il ne joue pas de la contrebasse. Quant à Philippe Valentine il habille le tout de ses baguettes ou de ses balais, en nuances ou en puissance mais sans jamais marcher sur les pieds de Sophie. Une affaire qui tourne bien rond.

Voilà « The Man I Love » la merveille de Gershwin un autre des auteurs de prédilection de la chanteuse, la plainte de Lady Day « Fine and Mellow », la ballade blues « Angel Eyes » immortalisée par Ella, et Sophie radieuse et souriante qui commence à scatter. Les swinguants « Lullaby of Birdland » et « I Don’t Mean a Thing » pour atteindre la pause et déjà un beau succès.

Mes amis sont ravis et moi rassuré, toujours délicat de conseiller des néophytes.

Changement d’atmosphère avec l’indémodable « One Note Samba » de Jobim et une bien jolie « Javanaise » très raccord avec sa robe à la  Gréco, suivie du « Jardin d’Hiver » de Monsieur Henri. Et oui Sophie chante même le jazz en Français ce qui n’est finalement pas si courant. Car il est bien question de jazz, la chanteuse apportant ses touches de scats et s’effaçant souvent derrière son trio de luxe qui nous propose des envolées superbes. « I Got Rythm » pour – presque – finir et en rappel Sophie nous ramène prestement à la maison en « Caravan » le véhicule de prédilection des amateurs de jazz depuis que Duke l’a sortie du garage en 1936.

Belle soirée encore chez nos amis du Caillou et grâce à Sophie Bourgeois qui prend un nouveau départ avec un plaisir manifeste. Sur plusieurs titres elle s’est mise vraiment en danger, commençant notamment un titre pas des vocalises a capella, ou se lançant avec succès dans des improvisations. On espère avoir très vite d’autres occasions d’entendre cette belle chanteuse.

Quant à mes amis ils le resteront et ils reviendront ! Merci Sophie et Affinity.