Nola’s news # 49

par Alain Piarou, photos : Irène Piarou

A New Orleans, tout commence par une « second line » (parade) et c’est sous une chaleur étouffante qu’un Brass Band et ses danseurs déambulaient dans le parc Louis Armstrong lors du traditionnel rendez-vous du jeudi « Jazz in the Park ».

Second line

Second line

Tout ce petit monde démarre du pied de la scène et sillonne le magnifique parc, entraînant derrière lui une foule de gens, ombrelles et mouchoirs blancs en mains, jusqu’au pied de la statue de Satchmo (Louis Armstrong)

Second line

Second line

pour une petite démonstration de danse au son des thèmes festifs de Tremé. C’est au tour du chanteur-tromboniste Glen David Andrews d’animer la grande scène. Il rendait hommage à son cousin disparu Travis « Trompet Black » Hill et enchaînait, lui aussi, les succès de Tremé, repris allègrement par les spectateurs.

Glen David Andrews

Glen David Andrews

L’ambiance montait de plus en plus et l’on commençait à danser, un jambalaya dans une main et une bière dans l’autre. Ca, c’est Nola : la musique, la danse … et la bouffe !

Glen David Andrews

Glen David Andrews

Les gens affluent, habillés quelque fois d’une façon excentrique et faisant le va-et-vient au stand de boissons (même alcoolisées) et s’en donnaient à coeur joie car « Jazz in the Park » est toujours une fête où on vient en famille retrouver les amis pour un moment de partage.

Glen David Andrews

Glen David Andrews

L’ambiance devait encore monter d’un cran quand les « Wild Magnolias » avec l’excellent pianiste Tom Worrell

Tom Worrell

Tom Worrell

le formidable chanteur, showman, Bo Dollis Jr

Bo Dollis Jr

Bo Dollis Jr

et les « Mardi Gras Indians »

Indian

Indian

faisaient leur apparition sur scène pour un show d’1h30. Bo Dollis faisait chanter et danser l’assistance comme il sait si bien le faire et, malgré la forte chaleur, les indians dansaient sur scène avec leurs splendides costumes.

"Mardi Gras Indians"

« Mardi Gras Indians »

Bo Dollis, les Wild Magnolias et les Indians mettaient littéralement le feu dans le parc avec leurs chants et danses particulièrement entraînantes.

Bo Dollis et sa soeur

Bo Dollis et sa soeur

Bref, une fin d’après-midi comme on les aime.

Nola’s news # 42

par Alain Piarou, photos : Irène Piarou

Depuis 1 semaine et l’annonce du décès d’une des figures montantes du jazz de la Nouvelle Orléans, Travis « Trumpett Black » Hill, à l’âge de 28 ans, lors d’une tournée au Japon, tous les jours sont organisées des « second line » (défilé derrière un Brass Band) dans les rues de Tremé. Elles partent toutes du club « Ooh Poo Pah Doo » où Trompett Black animait la scène, tous les lundis. Hier soir, après la second line, c’est le « Cafe Istambul » qui appelait les très nombreux musiciens à se recueillir en musique (on est à New Orleans) et rendre hommage à Travis.

Peinture hommage

Peinture hommage

Un peintre avait réalisé un portrait et l’on pouvait, comme pour un livre de condoléances y apposer sa signature. Le plus émouvant, et j’en ai encore la chair de poule, c’est lorsque le Preservation Hall Orchestra entra dans le club en jouant la fameuse marche funèbre néo-orléanaise.

Preservation Hall Orchestra

Preservation Hall Orchestra

Après quoi, l’hommage commençait toujours en musique, mais cette fois dans la joie avec un morceau qui faisait déjà danser le public. Et, il y avait un nombre impressionnant de gens venus partager avec la famille ce moment de recueillement. Plusieurs « têtes d’affiches » étaient présentes et venaient se produire pendant 30 minutes. Et c’est Walter Wolfman Washington qui commençait cet hommage.

Walter Wolfman Washington

Walter Wolfman Washington

« Wolfman » jouait et chantait du blues mais aussi 2 thèmes rapides et entraînants. Puis, c’est Brother Tyrone qui prenait la suite et venait chanter quelques standards du rythm’n blues avec beaucoup de ferveur, comme il le fait à chaque représentation.

Brother Tyrone

Brother Tyrone

Le public se déchaînait, chantait et dansait. Brother Tyrone partageait régulièrement la scène avec Travis à Ooh Poo Pah Doo, ainsi d’ailleurs que le très apprécié pianiste Tom Worrell.

Tom Worrell

Tom Worrell

Nous étions dans un spectacle comme pouvait le faire James Brown et on oubliait presque pourquoi on était là.

Brother Tyrone Band

Brother Tyrone Band

C’est comme ça à la Nouvelle Orléans, on partage joies et peines, toujours en musique. C’était au tour du « Dirty Dozen Brass Band » de rendre hommage, et on connaît leur entrain. 30 minutes de folies durant lesquelles ils demandaient aux spectateurs de rester debout et de danser.

Dirty Dozen Brass Band

Dirty Dozen Brass Band

L’excellent trompettiste Leroy Jones était venu se joindre a à eux pour une prestation à tout casser.

Leroy Jones

Leroy Jones

Puis, le « Big Sam’s Funky Nation » occupait à son tour la scène pour un moment de frénésie car Big Sam est un showman qui sait « mettre le feu » … et c’est bien ce qu’il a fait. Il a même organisé des chorégraphies depuis la scène que les spectateurs exécutaient.

Big Sam

Big Sam

Et les « Funky Nation » donnaient, comme d’habitude tout ce qu’ils avaient et le public adhérait à cent pour cent.

Big Sam's Funky Nation

Big Sam’s Funky Nation

Le « New Breed Brass Band » poursuivait cet hommage et quand on parle de Brass Band, on parle bien sûr, de musique entraînante et joyeuse, comme pour parader dans les rues.

New Breed Brass Band

New Breed Brass Band

Cette excellente formation devait laisser la place à un autre Brass Band tout aussi important à Nola, le « Brass-A-Holic »

Brass-A-Holic Band

Brass-A-Holic Band 

qui lui aussi jouait cette musique de Brass Band si particulière. Chaque demi heure donc, les groupes se succédaient et l’ambiance n’avait pas le temps de retomber. Corey Henry, autre tromboniste- chanteur, faisait son show d’une intensité incroyable.

 

Corey Henry

Corey Henry

Sa formation s’était étoffée et l’on y retrouvait avec plaisir le saxophoniste Calvin

Calvin

Calvin

et le guitariste June Yamagushi qui donnaient une dimension encore plus importante à cet orchestre.

June Yamagushi

June Yamagushi

J’ai rarement connu une telle ambiance et lorsque Corey Henry et James Andrews (cousin de Travis) faisaient monter sue scène la mère de Trumpett Black pour l’honorer, on atteignait alors le sommet de l’émotion.

Corey Henry, mère de Travis, James Andrews

Corey Henry, mère de Travis, James Andrews

Quoiqu’il en soit, tous étaient là pour honorer Travis et James Andrews, très ému, au bord des larmes se présentait sur scènes avec ses musiciens et chantait et jouait en montrant le ciel du doigt.

James Andrews

James Andrews

Peu à peu, le groupe grossissait sur la scène qui n’était plus assez grande.

une partie de la section de cuivres

une partie de la section de cuivres

James Andrews Band

James Andrews Band

Des éléments de « Bonerama » venaient participer à l’hommage dans une ambiance surréaliste.

Tromboniste de Bonerama

Tromboniste de Bonerama

L’ambiance était à son comble quand les indiens faisaient leur entrée et traversaient le club pour rejoindre la scène en chantant et en dansant.

Indian

Indian

Indian

Indian

Big Chief Bo Dollis Jr était également présent

Big Chief Bo Dollis Jr

Big Chief Bo Dollis Jr

Le temps n’avait plus d’importance et tous ces musiciens jouaient avec la ferveur que Travis avait sur scène.

Indian et Bo Dollis Jr

Indian et Bo Dollis Jr

James Andrews avait donc réussi à regrouper tous ces musiciens pour une véritable communion.

James Andrews

James Andrews

James Andrews + invités

James Andrews + invités

Enfin, l’autre cousin de Travis, Glen David Andrews venait lui aussi rendre hommage dans une ambiance qui n’arrêtait pas de monter.

Glen David Andrews

Glen David Andrews

Lui aussi, très ému, invitait le public à chanter et à danser, encore et encore. La longue soirée se terminait avec un chanteur de gospel bien connu à Nola, Josh. Sa voix atteignait des extrêmes dans les aigus.

Gospel singer, Josh

Gospel singer, Josh

Et comme dans les églises de Louisiane, Josh faisait monter l’ambiance par ces chants de gospel impressionnants

Gospel singer, Josh

Gospel singer, Josh

et entraînait le public à crier le nom de Trompett Black en finissant allongé par terre. 5 heures de musique pour un hommage extraordinaire, un partage et une solidarité hors du commun. C’est vraiment la première fois de ma vie que j’assistais à un tel événement de cette ampleur, d’une telle intensité et d’une émotion aussi bouleversante. Il fallait bien toutes ces photos pour témoigner de cet hommage. Travis « Trompett Black » allait avoir 29 ans le 7 août prochain. RIP.

 

 

Nola’s news # 39

par Alain Piarou, photos : Irène Piarou

Encore un festival à New Orleans ? Les néo-orléanais disent qu’il n’y a pas assez de week end dans l’année pour organiser des festivals. Celui-ci marque en principe le début de la saison chaude … et c’est vrai. Heureusement, le « Bayou Boogaloo Fest » est organisé au bord du bayou St John et c’est le seul endroit à Nola où il y a un peu d’air … pas frais mais ça donne l’impression. Durant 3 jours, 3 grandes scènes sont installées le long de ce bayou et c’est un festival (gratuit) ou les gens viennent en famille et certain font même du canoé, du pédalo … du radeau et de toute autre forme d’embarcation (ils ont de l’imagination). Côté musique, on y trouve du jazz (Tom McDermott, Meshiya Lake, Davis Rogan,…), du Blues (Kim Carson …), du punk rock (Mike Dillon, …), du Zydeco (Terrance Simien …), des Brass Band et beaucoup de funk. Et c’est justement le funk des « Wild Magnolias » qui nous a intéressé. C’est une magnifique formation avec un guitariste extraordinaire, Jake (John « papa » Gros)

Jake

Jake

et l’incontournable pianiste Tom Worrell, toujours aussi efficace.

Tom Worrell

Tom Worrell

Et bien entendu, on trouve au chant Bo Dollis Jr, superbe chanteur et showman.

Bo Dollis Jr

Bo Dollis Jr

Et Big Chief Bo Dollis Jr est toujours accompagné d’ indiens en costume qui viennent parader et assurer des chants.

Wild Magnolias Indians

Wild Magnolias Indians

Indian

Indian

Cette musique et l’ambiance qu’elle procure ne peut vous laisser indifférents et assis dans votre fauteuil. Car, c’est une véritable invitation à la danse que proposent ces musiciens. Et Bo Dollis et ses indiens viennent même se mêler à la foule pour faire quelques pas de danse.

Indians

Indians

Bo Dollis et sa soeur

Bo Dollis et sa soeur

Le spectacle est total car les costumes des indiens sont magnifiques et la musique excellente. Du funk de toute beauté.

Indian

Indian

Du funk, oui, mais avec une touche tellement particulière comme, seuls Bo Dollis et ses indiens savent proposer. Tant et si bien qu’après ça, le concert qui suivait paraissait presque fade. Et pourtant, là encore de très bons musiciens offraient une musique, peut-être (pour moi, du moins) trop variée. Mené par le bassiste-chanteur  Tony Hall,

Tony Hall

Tony Hall

nous passions du funk au rythm’n blues en passant par du reggae et du rock. Bon, très bien fait mais pas passionnant. Il fallait attendre le dernier concert de la soirée pour se relancer dans la frénésie d’une superbe prestation des « New Orleans Suspects ». On y retrouve encore ce merveilleux guitariste (que finalement beaucoup de groupes s’arrachent) Jake. Et, tout de suite, c’est lui en tant que guitariste mais aussi chanteur qui attire l’attention.

Jake

Jake

Un très bon pianiste qui prenait également des initiatives au chant ou sur l’instrument,

pianiste

pianiste

et un saxophoniste tonitruent qui faisait des interventions magnifiques.

Saxophoniste N.O. Suspects

Saxophoniste N.O. Suspects

Particulièrement bien soutenus par un bassiste efficace et une batterie performante, ils offraient un funk d’une qualité extrême. Une autre sonorité que les Wild Magnolias et la guitare et le saxophone étaient mis en avant.

New Orleans Suspects

New Orleans Suspects

Le guitariste faisait évidement un hommage au maître disparu, BB King, très apprécié du public qui n’a pas cessé de gigoter pendant 1h30. Magnifique concert.