Anne QUILLIER / Pierre HORCKMANS – WATCHDOG

watchdog

Label Pince Oreilles

Par Alain Flèche

Mais que regarde donc ce chien en habits d’apparat  souhaitant la bienvenue à celui qui a les oreilles grandes ouvertes !? (Belle  illustration de la jaquette). Mais où sommes-nous donc ? Jazz, expérimentation, calculé, lâché, écrit, Joué ! Pas facile de trouver le fil d’Ariane.Son, ambiance, citations, références, déviations, promenades urgentes. Des gammes devenues classiques sur des trames résolument actuelles.Anne ne se gêne pas pour allier, mixer, mixter, mélanger les claviers – piano, Fender Rhodes et Moog –  pour une musique sans étiquette, juste le bonheur de partager des idées qui passent au bout des doigts posés sur les instruments qu’ils effleurent les uns après les autres, ou en même temps.Nombre des capacités des appareils sont exploitées, sans lourdeur ni effet catalogue, les choix s’inscrivent sur cette palette sonore de bon aloi, sans ostentation. Judicieux. Pierre, lui, nourrit et habite les espaces prévus (peut-être un peu trop …) dans des pièces, fussent-elles de sa plume, où il ne trouve pas toujours bien sa place; ce bon vieux dilemme/équivoque : trop ou pas assez !? Heureusement pour lui : suffisamment de présence pour rebondir sur de l’impromptu à défaut d’imprévu. De belles phrases qui pourraient faire oublier les facilités de remplissages si elles ne gâchaient, parfois, l’attente de quelque prise de risque qui tarde, trop souvent, à pointer le bout de sa anche. Les compositions sont élaborées, éclatées, agréables, insidieuses, faussement faciles, pas toujours simples à suivre, donc à accompagner; après plusieurs écoutes, l’intention de ce projet se précise, tout réside, bien entendu, dans la complicité quasi permanente entre les deux protagonistes, excellents. Musiciens, lauréats du 36ème concours de La Défense, distinction approuvée . Sans doute beaucoup de travail en amont, encore beaucoup à faire pour être définitivement convaincant. On pardonnera les faiblesses de cette  honnête tentative, souffrant sans doute des limites de la musique pratiquées dans des perspectives d’exploitation différés (en studio d’enregistrement) en gageant que ce duo doit être bien plus convaincant, dynamique, expressif, fin, furieux, fou enfin, dans un contexte de partage immédiat, avec public attentif, donc programmation à suivre …

Par Alain Flèche

http://www.collectifpinceoreilles.com