L’énergie d’Edmond Bilal Band au Siman

Par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc

TDBC9660

Bien beau concert hier soir au Siman avec Edmond Bilal Band : Paul Robert au sax ténor, Philippe Gueguen aux claviers, Curtis Efoua à la batterie, et Mathias Monseigne à la basse et à la guitare. Mais où est Edmond Bilal ? Simplement sorti de l’imagination des membres du  groupe au moment de le baptiser. C’était il y a quelques années lorsque les compères se sont retrouvés au conservatoire d’Agen en classe de jazz, Bordeaux n’offrant pas encore ce type de formation. Depuis le groupe a fait son chemin et a atteint sa maturité, le concert de ce soir en a été la preuve.  EBB, vainqueur du tremplin Action Jazz 2013 et d’autres distinctions nous a proposé deux sets différents plein de groove et de créativité.

Le premier a donné lieu à de longues improvisations et à quelques compositions.Des impros d’une réelle richesse et d’une grande liberté autour d’une rythmique impeccable et implacable. Parfois je penserai à « Ego » ce magnifique album de Tony Williams. Curtis Efoua est lui aussi un batteur extraordinaire, un régal à entendre et à voir ; maîtrise des changements de rythmes, polyrythmie, puissance, finesse tout y est !

TDBC9678

L’excellent Mathias à la basse et lui s’entendent parfaitement et tissent une base solide pour les deux solistes.

TDBC9705

Au sax ténor Paul Robert a un style bien à lui, il a l’art de tisser des chorus en utilisant souvent la répétition pour faire monter la tension, presque dans la transe, puis la faire retomber dans des climats plus planants ; il n’est pas avare de ses interventions et c’est tant mieux pour nous.

TDBC9710

Au piano électrique et au synthé Philippe Guéguen est tout à fait dans le registre du band, un jazz fusion créatif avec des développements Hancockiens et une belle virtuosité, et toujours avec un petit sourire.

TDBC9716

La pause est bienvenue pour se remettre de ces premières émotions musicales. Le bruit des tables et des assiettes refait surface, jusque-là couvert par la puissance de la musique, puissance mais pas au seul sens de décibels. Un gros noyau de personnes est présent pour le concert, à siroter des cocktails ou autres nectars mais beaucoup  sont là pour ta table – dont la carte alléchante est toute nouvelle – et n’ont pas attendu la pause pour aller en convois fumer sur la terrasse. Ah cette terrasse du Siman, quelle merveille, un des plus beaux points de vue sur les quais de Bordeaux !

Le second set laisse davantage la place à des compositions superbement écrites, de Paul et de Curtis, plus de funk – l’occasion pour Mathias de nous gratter quelques accords soul à la guitare – et de groove et toujours cette rythmique folle, ces breaks impeccables ; une grande énergie et joyeuse en plus. En bonus une belle ballade enivrante le sax nous plongeant dans une atmosphère planante. Le groupe a beaucoup joué cet été et notamment à Marciac et cela s’entend, c’est carré, fluide, vraiment en place. Et quelle générosité des musiciens, ils vont jouer près de deux heures trente.

Il est minuit, le concert a commencé il y a près de trois heures, on vient de passer un grand moment. Pour ceux qui ont manqué cet épisode sachez que le groupe sera en concert samedi 10 octobre  à 22 h au Maquis Zone 4 (Rue Gratiolet à Bordeaux)  juste avant de partir pour l’Angleterre pour enregistrer un album avec captation vidéo et donner quelques concerts. Allez les voir pour les aider à financer cette tournée !

L’horizon s’élargit pour le Edmond Bilal Band…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *