Le beau jazz de la belle province !

par Annie Robert

 

Trio Jérôme Beaulieu

Caillou du Jardin Botanique  20/10

Le beau jazz de la belle province !!

Bien sûr ils ont la barbe hirsute, la casquette sur la tête sans compter la chemise à carreaux mais c’est vraiment tout ce qui les rapproche des bûcherons canadiens.
Venu de Montréal, ce trio attire l’adhésion dès les premières mesures et fait souffler un vent de frais  et  de nouveauté. On en a la mâchoire qui en tombe d’étonnement d’abord et les yeux qui pétillent ensuite.
La délicatesse du timbre du piano de Jérôme Beaulieu, l’originalité de la batterie de William Côté et l’ expressivité de la contrebasse de Philippe Leduc font rapidement taire les chuchotis, les oreilles s’ouvrent, les chakras aussi.
Voici vibrer le jazz  canadien avec l’accent du Québec!! Nom de Nom!!
Du rythme, de la mélodie, des influences variées, c’est le mélange sans retenue de ces trois «furieux» comme ils se définissent eux mêmes.
De leurs aînés jazzmen, ils ont gardé le sens aigu du groove, de la mélodie et une  habileté instrumentale diabolique tout en délaissant la structure classique thème/impro; de leurs pères rockeurs ils ont travaillé le sens du tempo, la phrase choc, la folie douce ou furieuse et de leur propre jeunesse  les mélodies populaires et les écoutes pop tout azimut.
Cela donne un mélange qui pourrait être simplement détonnant mais qui se déguste chatoyant et presque gourmand avec une sacrée palette de textures . Le premier mot qui se faufile c’est «Miam», le second c’est «Wouah».
Les morceaux sont intensément structurés mais souples, sans efforts et  sans excès avec un éventail coloré qui peut passer du gris mélancolique au jaune riant  évoquant la force furieuse de Tingvall trio, ou l’originalité du jazz Suédois.
Sur des entrées simplissimes, très rythmiques ( tambourin et basse sur trois notes) le piano s’élance en gouttes de porcelaine, rejoint par une discrète grosse caisse puis par la contrebasse qui brode autour de la mélodie et les sensations surgissent très vite. L’intensité va croissant. On écoute en  riant «la tourte» hommage à un soit disant oiseau disparu, On s’émeut de la très belle suite  «Un homme sur la lune» avec trois mouvements en enfilade.
Certains auditeurs ferment les yeux, d’autres claquent des doigts, mais le sourire est présent chez tous, les images défilent happées par les sonorités. Le ballast s’estompe en rayures floues sous le train, de la terre ocre s’arrache en éclats, les ailes des oiseaux d’altitude glissent sous le vent, les fumées noires des usines se dispersent. Erik Satie n’est pas loin et la bossa nova non plus.

La rythmique constamment créative ( sonnettes de vélos, cloches et voix enregistrées)  et une osmose qui en dit long sur leur bonheur de jouer, et on  obtient une musique voyageuse (des steppes lointaines aux herbes folles en passant par le blues profond) sans formalisme pesant, glissant de la pure ballade au groove le plus rock avec une aisance jubilatoire,
Pas étonnant alors qu’ils soient bardés de récompenses ( concours montréalais “Jazz en Rafale” ,  Grand Prix du Festi-Jazz de Rimouski, Révélation Jazz 2013-2014 par Radio-Canada ) car leur talent vous saute aux oreilles. Ils sont éclatants comme une fanfare ou délicats comme un lever de lune, ces trois là.
Et puis ils sont ce que l’on a plaisir à constater de plus en plus dans les jeunes groupes de jazz émergents : pas de simples individus jouant, pas de simples musiciens mercenaires mais des complices liés dans la même recherche, des groupes véritables, soudés dans le même souci de créativité, creusant ensemble leur route et se faisant confiance. Ils cherchent et visiblement ils trouvent.!En tous cas, ils s’amusent bien et ce bonheur là est communicatif
Lorsqu’ après un rappel ( une belle impro autour de Bozo de Félix Leclerc)  le set se conclue, la salle du Caillou est debout, à l’unanimité, ce qui est plus que rare. La plupart des convives présents n’ont pas du beaucoup s’attarder sur  ce qu’ils avaient dans les assiettes tellement ce qu’il y avait dans les oreilles était délicieux.
Si vous ne les connaissez pas filez vite écouter leur musique, elle se déguste sans faim et sans fin., nom de nom !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *