Jazz vocal : Thierry Valette reçoit Sophie Bourgeois.

Par Philippe Desmond, photos Philippe Marzat.

Vendredi 9 juin 2017

La diffusion en live de la musique et surtout du jazz est multiple : les salles de spectacle, les festivals, les bars, les restaurants, la rue même mais aussi les concerts privés ou semi-privés. Ces derniers sont toujours à l’initiative de passionnés qui prennent ainsi le risque d’oser. Invitations lancées dans le réseau d’amis et de connaissances, d’amis d’amis, bouche à oreille et voilà les choses qui s’organisent. Ce soir-là du côté de Castillon la Bataille c’est Thierry Valette qui recevait dans la vieille bâtisse modernisée en loft de son domaine viticole.

Thierry est un passionné, chanteur de jazz à ses heures, il s’est déjà produit notamment au Saint Emilion Jazz Festival et a dans le passé organisé des jams vocales à Bordeaux. Voir le lien en bas de l’article.

_DSC5129-2_GF

Ce soir il reçoit une autre passionnée elle aussi chanteuse de jazz amatrice – un mot en rien péjoratif car venant du verbe aimer, c’est important à rappeler – Sophie Bourgeois (voir Gazette Bleue # 19 et Blog Bleu).

_DSC4406-2_GF

La libournaise, elle y tient, installée à Bordeaux dans un tout autre domaine était entourée du sacré trio avec lequel elle a enregistré l’an dernier son premier album « This is New » : au piano William Leconte qui parmi d’autres projets est titulaire du clavier depuis plus de quinze ans dans une des formations de Jean-Luc Ponty.

_DSC4685-2_GF

Avec lui son frère Samuel Lecomte à la batterie, avec qui il joue dans son propre trio et la contrebassiste bordelaise Nolwenn Leizour, très demandée, et que Sophie tenait à avoir à ses côtés pour son disque. Des musiciens d’exception.

_DSC4636-2_GF

L’intérêt des concerts privés c’est la proximité et le contact avec les artistes. Quand on en a peu l’habitude ce dernier est toujours intimidant, peur de déranger, de passer pour un casse-pied. Mais avec de vrais artistes on se rend très vite compte que pour eux ce contact est important, ils apprécient non qu’on les flatte, mais qu’on leur parle de leur travail, du plaisir ou de l’émotion qu’il a donné. Ils en sont toujours reconnaissants car eux aussi remplis de doutes. La proximité c’est autre chose c’est voir se fabriquer la musique devant ses yeux, sentir les échanges entre musiciens, ressentir les vibrations et les sons naturels des instruments. Et il est vrai qu’on y prend goût et qu’il est ensuite plus dur d’assister à des concerts dans des grandes salles ou sous de grands chapiteaux, suivez mon regard…

_DSC4101-2_GF

Un autre intérêt des concerts privés c’est aussi une certaine convivialité avec le principe de l’auberge espagnole et ici ce soir une dégustation, voire plus, de produits de la vigne du domaine !

Concert en deux parties avec d’abord la restitution de l’album « This is New » (voir Gazette Bleue # 19) et ses standards revisités habilement par William Lecomte. Sophie les maîtrise parfaitement le trio lui ouvrant la route idéalement. William est un remarquable pianiste original dans ses chorus et ses interventions DANS le piano, Samuel fait de la dentelle à la batterie et ayant piaffé toute la soirée nous fera un solo sensationnel vers la fin, quant à Nolwenn sur des grilles qu’elle avoue complexes elle est impeccable avec son élégance habituelle.

_DSC4477-2_GF

Quel plaisir cela doit être de chanter dans ces conditions ! Et en plus voilà le trio qui s’étoffe avec un autre sacré musicien au saxophone ténor, Carl Schlosser au CV long comme le bras. Mon titre favori reste « All Of You » quant à « Obvilion » d’Astor Piazzola c’est un vrai moment d’émotion. Le lendemain soir c’est au Caillou du Jardin Botanique que le public a pu profiter de cette formation.

_DSC4454-2_GF

En deuxième partie c’est Thierry Valette lui-même qui s’est « offert » le trio pour des standards de jazz, des titres de Michel Legrand et de bossa nova sublimés par ces musiciens. Carl a régalé avec la flûte cette fois et Sophie a ensuite rejoint la troupe pour un final en sextet. Des moments précieux.

_DSC5107-2_GF

Cette pratique du jazz à la maison n’est finalement pas si rare et inaccessible quand on fréquente un peu le milieu comme nous le faisons, il suffit juste de franchir le pas et d’oser en faire partie.

Un grand merci à Thierry Valette de cette initiative, à Sophie Bourgeois et aux remarquables musiciens présents ce soir-là.

http://www.actionjazz.fr/gazette-bleue-n19-novembre-2016/

http://blog.actionjazz.fr/sophie-bourgeois-dans-un-ecrin-de-jazz/

http://www.thierryvalettejazz.com/

http://lozt.free.fr/William/

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *