Il était une fois …

Par Annie Robert, photos : Thierry Dubuc

Kyle Eastwood

Kyle Eastwood

                                           Entrepôt du Haillan  3/11/2015

Il était une fois…
Ménagères de plus de cinquante ans, jouvencelles en baskets roses, pétroleuses décomplexées, déçues du courrier du cœur, abonnées aux sites de rencontres, ou simples célibataires romantiques, j’ai pour vous une bonne et une mauvaise nouvelle ( les gars vous pouvez écouter aussi…) .
La bonne nouvelle, c’est que j’ai enfin croisé la route du prince charmant (oui,oui!) en la personne de Kyle Eastwood.
Raffiné, élégant, décontracté, propre sur lui, une allure de mannequin suédois, ce quadra a vraiment tout pour séduire …un modèle de gendre idéal.
Mauvaise nouvelle… ce prince charmant est musicien !
Pas si grave que cela me direz-vous. Mais si, mais si. Car Kyle Eastwood ne joue pas de la flûte, de la mandoline ou du luth sous les balcons, il ne fait pas dans la romance à sirop, dans la balade au clair de lune, il n’est pas soliste classique à l’air pénétré et à la chevelure soyeuse, agité de grandes inspirations.  Il joue du jazz (!)  vous savez, cette musique de dingues, à la fois simple et complexe, raffinée et brutale, intellectuelle et animale, un vrai paradoxe à elle toute seule… Et en plus il en joue plutôt bien.
Kyle Eastwood est un artiste et un créatif. Le prince charmant n’est donc pas une potiche à la Ken et Barbie, tout fout le camp je vous jure… je n’en crois pas mon recueil de contes de fées !!

TDBD1496-Modifier

Il était quand même une fois … un jeune garçon que son  comédien de père, passionné de jazz, entraînait à sa suite aux concerts de Duke Ellington, Count Basie et Miles Davis. Pas trop mal comme héritage musical et comme  enfance difficile.
Tâtant au début du piano, rêvant de batterie, c’est à la contrebasse, instrument difficile, qu’il se forme. Il dit adieu à l’ombre un peu distanciée de papa Clint pour mener sa trace dans le monde du jazz. Il explore discrètement différents registres, collabore avec de grands maîtres, tâte de la musique de film, de la pop et s’ouvre à tous les registres.
Il est ce soir accompagné de quatre mousquetaires affûtés : Andrew McCormack, au piano agile et fougueux comme un cheval des steppes, Quentin Collins à la trompette claire et déliée, Brandon Allen qui sait chercher la note qui fait mal au saxophone  et Chris Higginbottom, à la batterie pour un soutien sans pesanteur.
En trio, en duo ou au complet, alternant standards aimés, compositions personnelles ou musiques de film revisitées, le set se présente comme autant de petites fenêtres ouvertes sur le monde du jazz :le cadran de l’horloge , un « Time Pieces » en forme de panorama. Les atmosphères sont diverses et fortes: hommage au groove d’Horace Silver, sons des jazz clubs des années 50, latin jazz ou balade d’Herbie Hancock mais elles sont  toujours lyriques, harmonieuses et peaufinées. Le groupe se jette dedans avec un parti pris de rythme, d’esthétique, d’énergie et de plaisir qui emporte l’adhésion et fait vibrer la salle.
L’ensemble est d’une facture plutôt classique, sans grosses prises de risques, mais peu importe. La fougue, l’élégance et la générosité sont là, c’est bourré de vitalité et l’amour pour ce jazz qui a rempli et construit sa vie, se perçoit à chaque instant. La belle introspection  musicale que voilà !
Kyle Eastwood est un contrebassiste fidèle à ses maîtres, révérencieux et sincère et c’est un musicien talentueux, avec des solos colorés et inventifs. D’ailleurs, pour moi, le plus beau moment du concert a peut-être été cette compo magnifique intitulée « Marrakech », commencée au violoncelle à l’archet où l’instrument se fait Oud, d’une grande délicatesse où l’on entrevoit l’étendue et la profondeur de son univers personnel.
Après ce disque hommage à ses amours jazzistiques, ce « Time Pieces » on attend avec impatience cette nouvelle voie exploratoire et l’on pressent qu’elle sera  bien intéressante.

Comme quoi, les contes de fée ne sont pas toujours cruels, et ne finissent pas toujours mal… Et c’est très bien. Longue vie musicale au Prince Charmant !!

TDBD1606-Modifier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *