EYM, une équation ?

 

Par Alain Piarou, photos Alain Pelletier

©AP_EYM-0123

Non, EYM comme Elie, Yann et Marc, un trio lyonnais venu présenter leur projet, pour la première fois à Bordeaux. Et, c’est au Comptoir du Jazz qu’ils débutaient leur tournée régionale. Leur musique a enchanté l’auditoire. Pas la grande affluence mais des amateurs attentifs et très vite fascinés par ces 3 « gones » et leurs compositions. Pas étonnant qu’ils aient remporté le Tremplin de la Défense et celui de Saint Germain des Prés  à Paris, devançant in extrémis, nos représentants locaux, Edmond Bilal Band.

Le trio a déroulé, en 2 sets, des compositions très bien écrites avec par moment des accents bulgares venant du professeur d’Elie Dufour,  pianiste virtuose du groupe. Cohésion et bonne humeur étaient au rendez-vous de cette soirée.

©AP_EYM-0063

Yann Phaypet, l’excellent contrebassiste nous gratifiait d’une ligne de basse solide et de quelques superbes chorus qui suscitaient de larges applaudissements. Le métronome de ce trio, Marc Michel, lui aussi brillant batteur (qui étudie et vit à Londres) ne se contentait pas d’assurer le tempo mais prenait une part active tout au long du concert, apportant un soutien sans faille, relançant régulièrement avec subtilité et efficacité. Une évidente complicité entre ces musiciens qui tournent déjà depuis plusieurs années ensemble, confortait la qualité de ce concert.

Ces 3 artistes proposaient un premier set de compos, conclué d’une reprise de Chick Coréa et le public était conquis. Puis un deuxième set, toujours avec des thèmes originaux qui se terminait par une reprise de Duke Ellington « Take the A train » arrangée par Michel Pettruciani. L’auditoire enthousiaste refusait de les laisser partir et ces 3 brillants et généreux musiciens nous offraient 2 rappels magnifiques. Alors, si vous n’avez pas pu assister aux 2 concerts bordelais de ce groupe, procurez-vous leur album « Genesi » auprès de leur manager ( acvella.management@gmail.com) en attendant une suite aussi belle, l’an prochain.

Et retenez bien ce nom, EYM car on en reparlera.©AP_EYM-0019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *