David Tixier Trio au Caillou samedi 21/01/17

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

 David Tixier Trio 21-01-17 174

Ce n’est pas toujours facile de faire sortir le public de chez lui un samedi soir hivernal, surtout pour écouter du jazz à Bordeaux. Pourtant, certains organisateurs, comme Music [at] Caillou, parviennent plutôt bien à le décider, avec des têtes nouvelles, des thèmes qui savent se renouveler et des courants musicaux toujours très variés. Et sa table plait, ce qui est aussi un atout ! Ainsi, ce soir-là, c’était spécial « RDV Europe jazz », prétexte à rencontrer la jeune scène européenne. La mention « fresh jazz » a dû en attirer plus d’un,  car la salle est bien remplie pour accueillir  le trio du pianiste David Tixier. Dans ce groupe basé en Suisse, notre jeune leader est accompagné de deux excellents musiciens : Blaise Hommage à la contrebasse et Lada Obradovic à la batterie, porteuse par ailleurs de son propre projet. Souvenons-nous qu’il y a presqu’un an, le Caillou nous avait déjà présenté l’affriolant trio du pianiste Gauthier Toux, français mais ayant lui aussi attache en Suisse ; tout force à croire que, d’évidence, il s’en passe des choses là-bas ! David  Tixier a 27 ans. Il est tombé dans la marmite jazz à 12 ans à Bergerac et ne s’est plus arrêté depuis. Il étudie ensuite aux conservatoires de Bordeaux et de Mont-Marsan, puis il est diplômé du conservatoire régional de Paris et file en Suisse où il étudie (comme Gauthier Toux) à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU), dont il ressortira diplômé. Maintes fois primé, et fort de multiples rencontres avec de prestigieuses figures, il compose un jazz inspiré, passionné et savant, qui a l’heur d’avoir sa propre personnalité et de ne pas trop emprunter les très fréquentés chemins tendances des E.S.T. (pour le mood nordique mystérieux) et autres Bad Plus (pour le tatouage rock). Même s’il ne rechigne pas à taquiner l’électronique, notamment dans le « Project » de sa batteuse, le trio de ce soir est entièrement acoustique et sonne effectivement très « fresh ».  Le jeu de David Tixier est pointu, ambitieux et volubile, ce qui ne veut pas dire bavard. Il développe de très beaux thèmes, une sorte de « nu-new jazz » qui réactualise par moment  les échappées et l’intense vibration lyrique qui ouvrit les portes des seventies, et dont on  sent qu’ici le souffle est de retour (un soupçon de Jarrett par ci, un embrun de Bley par là…). Cependant, de par la tournure de ses phrases, le jeu de ses mains, et l’oblicité à peine perceptible de certains de ses accords, on percevra furtivement aussi dans son jeu, des humeurs à la Brad Mehldau,  sans toutefois le tourment intérieur. Deux sets pleins d’émotion, portés par des musiciens de grand talent, précis, inventifs et en constant interplay, où l’écriture se révèle en une bonne dizaine de capiteux morceaux. De « Why » qui ouvre le 1° set, à « Through the Window » en rappel, on aura traversé de bien jolies histoires. Parmi elles, « Blind & deaf », « Tribute to an old man », « Delivrance » et « The way we’ve changed ». A noter que David Tixier est actuellement en tournée pour la sortie de l’album « The giant corners », projet en piano solo, avec Sachal Vasandani en invité. Le trio prépare quant à lui un disque que nous attendons tous impatiemment !

Par Dom Imonk, photos Irène Piarou

www.davidtixier.com

David Tixier 21-01-17 (9)Lada Obradovic (4)  Blaise Hommage (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *