Cocktail tonic: Calypso Rose

Cocktail tonic : Calypso Rose

Rocher de Palmer : Bordeaux /Cenon
13/04 /2017

Vous la croiseriez dans la rue, toute menue, avançant doucement en traînant les pieds, vous l’aideriez immédiatement à traverser la rue et à porter ses paquets, tellement elle semble fragile, et prête à rompre, . …
Mais ce bout de femme de 77 printemps au premier muguet ( elle est née le 27 Avril) est une icône, une institution, un monument dans les Caraïbes, la reine incontestée de cette tonifiante musique de carnaval qu’est la Calypso. Avec ses 800 chansons et sa vingtaine d’albums, c’est une légende vive et pétillante que la France a découverte, il y a peu avec son nouvel album, réalisé avec Manu Chao. Un succès éclatant couronné par une Victoire de la musique et une tournée dans tout l’hexagone..
Dans la 1200 places du Rocher de Palmer, les fans sont à touche–touche et chauds bouillant. On se faufile comme on peut en essayant de ne pas écraser les pieds de son voisin, ni de recevoir un coup de coude malencontreux. Les gambettes remuent déjà. Les visages sont souriants à l’avance. Il y a des jeunes, des moins jeunes, des filles, des gars et même des gamins, sans compter quelques drapeaux de Tobago qui s’agitent en dansant, en attendant celle qui pendant une heure et demie va remettre le bonheur au centre de la vie.
Après une entrée en scène à fond de ses musiciens ( une trompette et un trombone éclatants de peps, une guitare bourrée d’énergie et de rythme, une basse et une batterie déchaînées, un clavier à l’avenant et deux choristes pulpeusement chaloupées aux voix claires et bien placées) la voici enfin.

Calypso Rose

Appuyée sur le bras de son régisseur-nounou , Calypso Rose , un bouton d’or à elle toute seule, entame sa première chanson et immédiatement l’impression de fragilité disparaît. La voix est forte, malicieuse et tonique. La Caraïbe vous déboule dessus, soleil et vent du sud en prime. Ca y est, les guiboles démangent et les hanches se tortillent. On est aspiré dans la danse et le rythme.
La reine de la Calypso vibre en effet d’une énergie à toutes épreuves et la transmet à son public à pleines brassées, elle rigole, interpelle, soulève sa tenue pour montrer ses fesses qui ondulent, accroche coquinement le micro à sa culotte. Le sourire et la malice sont en effet les piliers de son combat. Mais sous sa sincère joie de vivre, et sa bouille qui inspire la sympathie, affleure un esprit vif, prompt à pointer des aberrations du monde autour d’elle. Et elle n’oublie rien de ce qu’elle est, de ce qu’elle a vécu et de ses origines d’esclave venant d’ Afrique ( Une belle chanson intitulée Back to Africa nous le rappelle).

Car c’est une battante, une féministe, une dame pas trop politiquement correcte, qui s’est cognée à tout le machisme de son île : un père qui la trouvait trop moche et qui ne voulait pas qu’elle chante, « Oh my daddy he never never likes me/Said I was black and ugly » ses propres compères en musique qui lui refusait l’ accès à la compétition de Calypso réservée aux mecs et qu’elle a ensuite gagné cinq fois ( paf dans les dents !) et les hommes en règle générale qui ne lui ont pas été tendres. Love Me or Leave Me appelle à ne pas subir le manque de respect d’un compagnon . «  Never married and not for money » ajoute elle en entonnant «  No madame » .  Les hommes de l’assistance approuvent… ses musiciens se mettent à genoux devant elle en riant et chacun de sauter partout. Les photos fusent, les mains se déplient en cœur. La joie est là. On embrasserait presque son voisin surtout s’il a vingt ans de moins !!
Après deux morceaux de rappel, c’est avec Calypso Queen qu’elle termine ce concert, fatiguée tout de même mais visiblement si heureuse de l’accueil que lui ont réservé ses fans qu’elle a du mal à quitter le plateau. On ressort de là avec un pêche incroyable, une patate grand format, le bonheur accroché aux chevilles et le sourire béat, retonifié de l’intérieur, prêt à en découdre avec la vie.
«Une chanson peut renverser un gouvernement, placer un homme politique au pouvoir et faire que des hommes se comportent comme des êtres humains et non comme des bêtes » a t elle déclaré à une radio, il y a peu…
Une vraie leçon. Cette mamie là est une grande dame, malgré son mètre cinquante, un talent à l état pur et une belle personne radieuse dont on aimerait que pleins de sosies bienfaisants se répandent dans le monde. Vive la Calypso !! Rose bien sûr !!

Un commentaire sur “Cocktail tonic: Calypso Rose

  1. Piarou Irène dit :

    Je suis à New Orléans et ce compte rendu de concert me fait monter les larmes aux yeux….
    Magnifique, cela permet de se réconcilier avec le genre humain.
    Merci Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *