Chroniques Marciennes 3.15

Chapiteau de Marciac le 09 Aout 2017, Chronique Fatiha Berrak photos Thierry Dubuc

Wynton Marsalis Septet, invite Naseer Shamma

 

Wynton Marsalis : trompette

Naseer Shamma : oud

Walter Blanding : saxophone

Jeffery Miller : trombone

Immanuel Wilkins : saxophone

Dan Nimmer : piano

Carlos Henriquez : contrebasse

Ali Jackson : batterie

 

Il n’y a que Wynton Marsalis pour s’affranchir de toutes les réticences, et oser se lancer dans une telle expérience ! A-t-on encore besoin de le présenter ? Parrain du festival et personnalité « phare » de Jazz In Marciac à l’aura internationale. Ce soir son invité est Naseer Shamma, d’origine irakienne. C’est lors d’une cérémonie qu’Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, l’a nommé « Artiste de l’UNESCO pour la paix », le 23 février 2017. Naseer Shamma prête son talent pour des collaborations scéniques, des bandes-son de films, des pièces de théâtre et des feuilletons. Installé en Egypte, il a fondé et dirige une école de musique prestigieuse, Bayt al ûd (la Maison du luth).

Les deux artistes font se côtoyer et rimer cet instrument qui a vu le jour il y a plus de quatre mille ans avec les cuivres et cordes plus récents. La trompette et le oud semblent aux antipodes l’un de l’autre. Les sonorités de la trompette sont souvent légères et lumineuses. Alors que celles du oud, sont habitées la plupart du temps par une indescriptible profondeur, teintée de nostalgie et peut-être même d’un soupçon de mystère ancestral.

Il y a un ajustement habile, une lumière intermédiaire, entre l’aube et le crépuscule. Cet ajustement, précisément apporté par le jeu du oud à la façon d’une guitare ou parfois d’un banjo, un curieux pont au design arabo – new orléanais, qui interpelle l’oeil de notre oreille tel un impromptu. C’est le jazz qui crée de nouveaux reliefs, de nouveaux visages. Ces nouveaux reliefs qui se suspendent aux murs d’un univers jazz et que l’on peut regarder, tel un tableau original fantaisiste ou encore telle une fenêtre ouverte, à l’aube d’un nouveau jour musical.

En fin de concert, Gregory Porter nous a fait la surprise de se joindre au septet

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *