Can I swing … au Phare

Par Bernard Labat

Can I swing

Phare Jazz Club de Capbreton

Salles municipales vendredi 06 novembre

CAN I SWING quartet

 

Le Phare jazz Club organisé par l’association capbretonnaise Jazz Partner’s  joue à guichet fermé pour cette dernière session de l’année. Les salles municipales de Capbreton résonnent des conversations d’avant concert. Les derniers gourmets reprennent place à leurs tables avec desserts et café. Présentation faite, notre quartet palois du soir Can I Swing rentre en scène. Anne Lesterle au chant, Jean-Luc Fabre à la contrebasse, Jean Michel Hillereau et Laurent Ferratges aux guitare s’installent tranquillement. Take the Train une composition de Billy Strayhorn écrite en 1941 pour Duke Ellington plante le décor. Suit une belle version de There Will Never Be immortalisé par Chet Baker. Anne  précise que cette soirée est placée entre autre sous le signe des grandes chanteuses « historiques » Ella, Billie…  It’s All Right With Me joué dans la foulée

rappelle la place occupé par Sarah Lazarus dans le paysage contemporain du jazz vocal. N’oublions l’album éponyme enregistré avec Biréli Lagrène. Sans aucun doute nos amis de Can I Swing prennent un réel plaisir dans l’ exécution de ce morceau.

Voilà notre quartet bien en place. La belle voix d’Anne swingue et scate avec allégresse à côté de la guitare rythmique racée de Jean Michel, la contrebasse harmonique de Jean Luc et les solos inspirés de Laurent. Ils nous proposent une suite de voyage aux Caraïbes Sway, des duos chant contrebasse avec notamment des versions remarquées de Day Dream et Moon River, une interprétation d’ Air Mail, scat intégral comme le définit Anne. Ella Fitzgerald en son temps en avait fait un des morceaux de bravoure de ses tours de chant. Ella une nouvelle fois à l’honneur avec How High the Moon, un douce ambiance du Carnegie Hall plane dans la salle. De belles ballades en trio guitares et contrebasse, Sonny Boy, Valse à Hum permettent à Anne de reposer sa voix quelques minutes et de mettre en valeur le talent de sidmen de ses compagnons de scène.

D’autres morceaux continuent de retenir l’attention des spectateurs conquis. La chanteuse annonce Whatever Lola Wants, et oui Sarah Vaughan se rappelle à notre bon souvenir. Anne un brin espiègle, en profite pour nous expliquer que Lola Montés « obtient tout ce qu’elle veut, quand elle veut ».

Le dernier morceau est annoncé, Route 66 exécuté avec l’aide conviviale et talentueuse du public. Les applaudissement fusent. Les deux rappels sont incontournables et incontournés.

Nous tenons là quatre remarquables, conviviaux et swinguant musiciens. Merci à Anne, Jean-Luc, Laurent et Jean-Michel pour cette belle session. Nous sommes fiers d’avoir clôturé notre saison avec eux.

Rendez-vous en 2016 pour une nouvelle programmation et de nouvelles aventures.

 

Labat Bernard

Association Jazz Partner’s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *