Apéro Jazz au Cuvier : Roger Biwandu Trio

par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc

Depuis cette année, à l’initiative de la nouvelle équipe municipale, la salle de spectacle du Cuvier à Artigues-près-Bordeaux diversifie sa programmation jusqu’ici quasiment réservée la danse moderne. En effet  le Cuvier en est un lieu de référence national et y accueille régulièrement les plus grands. Ainsi le service culturel m’a demandé –et donc Action Jazz – de les mettre en relation avec des musiciens de divers horizons pour trois dates.

Le principe de l’ « Apéro Jazz » est simple, le spectacle est gratuit – pas pour le service culturel de la Ville – et une association, différente à chaque fois, assure le bar et les tapas, ce soir c’est le club de basket. Ça commence à 19 heures, évidemment à l’heure de l’apéro,  jusqu’à 21h30. Ça ne se passe pas – encore  – dans la grande salle mais dans le hall équipé d’un très joli bar ; on y est plus près de l’Apollo que du Fémina si vous voyez.

Ce soir Roger Biwandu joue en trio lors d’un « Apéro Jazz ». Celui-ci fait suite à deux « Apéro Pop » en janvier et mars où il s’était produit avec ses potes, les remarquables Mark Brenner (basse, guitare, ukulélé, chant) et Thomas Drouart (claviers). Ils avaient d’ailleurs mis le feu avec un répertoire de tubes pop, soul qui avait enchanté un public de tous âges ; certains n’étaient venus que pour l’apéro et ils ont été contents du voyage…musical. Ils retrouveront d’ailleurs ici-même, mais dans la grande salle, les deux derniers le 3 octobre prochain pour le spectacle « 100 % Beatles » avec le reste du Mark Brenner Band.

Ce soir ambiance plus cool et jazzy (Roger Biwandu a horreur de ce mot c’est pour le taquiner que je l’emploie) avec autour du batteur, le guitariste Dave Blenkhorn (mon jumeau dit Roger, ils sont nés le même jour de Noël) et le contrebassiste Laurent Vanhée.

TDBB6131

Le milieu du jazz les connaît mais pas forcément le public présent ce soir ; c’est donc amusant de voir les réactions d’étonnement devant la qualité musicale du trio. Mais d’où sont-ils ? D’ici ! L’un d’entre eux à même été élevé tout près à Cenon Palmer où vivent toujours les parents Biwandu.

TDBB6171

Le répertoire est fait de standards, de Cole Porter, George Gershwinn, Wes Montgomery, Coltrane, un peu de bossa, un peu de blues… La voix de Dave fait souvent penser à celle de Chet Baker et question guitare le kangourou bordelais est vraiment excellent, tout ça sans pédales d’effets, un bon son jazz. On sent les dames sous le charme, les messieurs aussi.

TDBB6158

Tout se passe dans une belle ambiance…d’apéro. Les amis se retrouvent, débriefent la semaine (la seule sans jour férié de mois de mai, dur dur !) on bavarde, on écoute, on boit, on n’écoute pas, on grignote, on écoute, on boit, on tape des mains, on grignote, on applaudit et pour beaucoup on découvre avec bonheur ce fameux jazz qui fait tant peur. D’ailleurs ce soir il y a moins de monde que les fois précédentes, concurrence de la grosse machine de la Fête du Fleuve, week-end prolongé ou bien timidité ou crainte envers le « d’jazz ». Combien de fois avons-nous entendu ce « j’aime pas le jazz » auquel je réponds que c’est aussi absurde que de dire « j’aime pas la nourriture », il y a forcément des choses qu’on aime et bien sûr d’autres qu’on n’aime pas ; « goûte au moins » disaient nos mères.

Les présents, nombreux quand-même, en tout cas eux se régalent, il faut dire qu’ils ont la chance d’entendre de fameux musiciens. Quel travail nous fait Roger avec seulement la caisse claire, la grosse caisse une cymbale et le charley ! Baguettes, balais, mailloches sont à la fête, son cou moins, il  est quasi bloqué ce soir. Laurent assure l’assise de tout ça avec délicatesse ou groove, il réussit à capter l’attention avec de beaux chorus ; jamais simple avec cet instrument. Et Dave, en tenue d’été, qui ensoleille l’atmosphère de sa voix et du beau son de sa demi-caisse.

TDBB6166

A la fin le rappel fait danser la salle, une magnifique et aérienne version de « Sunny ». Sourires partout sur les visages.

Merci à la ville d’Artigues de cette initiative qui doit se poursuivre en 2015-2016 sur le même principe. Des concerts payants cette fois dans la grande salle du Cuvier sont aussi à l’étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *